En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
Revue de presse des hebdos
Alain Juppé est-il le même qu'en 1995 ? ; Emmanuel Macron, candidat à la présidentielle de 2017 ? ; Patrick Drahi : industriel ou simple "deal maker" ?
Publié le 23 octobre 2015
Mais aussi l'Express spécial New York et l'état d'urgence en Israël. C'est la revue de presse des hebdos, par Sandra Freeman.
Sandra Freeman est journaliste et productrice. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sandra Freeman
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sandra Freeman est journaliste et productrice. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mais aussi l'Express spécial New York et l'état d'urgence en Israël. C'est la revue de presse des hebdos, par Sandra Freeman.

Alain Juppé, N°1 : le présidentiable préféré des Français ! (Une couverture cette semaine)

Aujourd’hui, Alain Juppé est le présidentiable préféré des Français. On nous le répète depuis quelques semaines et quelques sondages. On commence à le savoir. Mais, allons plus loin : "au pouvoir, serait-il courageux ?". C’est la question que pose Le Point cette semaine en lui offrant sa couverture.

Pour l’heure, il semble déjà bien décidé et plein d’énergie. Le journal rappelle "son vibrant plaidoyer pour une identité heureuse en 2014, suivi de la déclamation de son triptyque rassembler, apaiser, réformer" qui a fait que "Juppé a marqué sa différence et donné du grain à moudre à ses rivaux".

Le magazine qui l’interviewe longuement, publie aussi cette réponse qui conforte sa volonté de ne pas en découdre. Il déclare : "Je m’inscris en faux contre l’idée d’une France immobile ", ou "Je me bas contre l'idée d'un déclinisme inéluctable contre les chantres d'un prétendu Age d’or révolu. En même temps, je sens partout une aspiration profonde à changer les choses, à des réformes structurelles ce qui n'exclut pas visibilité extrême et stabilité : les gens ont envie de savoir où on va les conduire".

Alors justement, puisqu’on en parle, où nous conduirait le Juppé-Président ?

Vers "l’emploi". Vers "la sécurité". Mais à le lire dans cet entretien, il y a un point majeur dont il ne se sépare pas dans son parcours politique : les "régimes spéciaux".

Le Point trace un pont entre le Juppé-candidat version 2015 et le Juppé-Premier-Ministre version 1995. Quelle est sa lecture aujourd’hui de la grande grève de 1995 qu’il a dû affronter ? Juppé leur répond : c’est "la théorie de la goutte d'eau. C'est vrai, j'aurais dû écouter les conseils de certains sur les régimes spéciaux. Peut-être ai-je été emporté par mon ardeur réformatrice. Sans doute ai-je voulu en faire plus que de raison. Et c'est cette annonce qui a entraîné une paralysie du pays durant un mois. J'en tire la conclusion que la France est réformable, mais, qu’à l’énergie et l’ambition, doit s’ajouter une certaine forme de réalisme".

"20 ans après, il tire les leçons de cette épreuve", affirme le l’hebdo. Dans cette perspective de réforme, le candidat-Juppé de 2015 affirme aujourd’hui que "globalement, 57 % du PIB de dépenses publiques ce n’est pas viable. Que la moitié d’entre elles sont des dépenses sociales. Il ne faut pas renoncer à des mécanismes de solidarité mais les rendre plus efficace et plus juste". Juppé pense aussi à réformer "des systèmes qui dérivent totalement" : "il n’est pas normal de venir de l’étranger et se faire opérer gratuitement en France alors qu’on aurait pu se faire opérer chez soi". Et il ajoute : "De même je réfléchis à un système de plafonnement de l’ensemble des avantages sociaux de façon que chacun ait toujours intérêt à travailler. Car quelqu’un qui travaille au SMIC en se levant de bonne heure peut avoir le sentiment que son voisin touche presque autant que lui en cumulant les aides". Il conclue : "c’est déresponsabilisant... Et c’est aussi le terreau du FN".

Emmanuel Macron, N°3 : candidat à la présidentielle ? (2 couvertures cette semaine : studieux vs show-off)

"Novice en politique, il est devenu la troisième personnalité préférée des Français, loin derrière Alain Juppé mais au coude à coude avec François Bayrou (…) avec une hausse spectaculaire de six points en septembre », dixit le baromètre Odoxa. Challenges montre, en Une, l’image d’un Macron studieux, tête baissée, plongé dans ses livres avec cette question : "Mais qu’a-t-il en tête ?"

La question se précise, plus clairement, sur la fin du papier qui s’interroge sur une possible campagne éclair d’Emmanuel Macron pour 2017 : "Dans son entourage, certains sont grisés par sa popularité et l’imaginent déjà en lice pour 2017, dans l’hypothèse où François Hollande renoncerait. Pour l’heure, Macron n’a constitué aucune équipe pour un éventuel saut vers la présidentielle. Mais peu à peu, il élargit son champ et construit sa pensée, en dehors de l’économie. Par exemple, Shahin Vallée, son ancien conseiller à Bercy parti à « London School of economics », l’alimente en notes sur l’identité nationale, la citoyenneté et l’immigration. D’autres proches réfléchissent à une campagne éclair, en dehors d’un parti, via les réseaux sociaux. Et les soutiens commencent à s’organiser (…) Un démarrage qui fait sourire les vieux renards de la politique".

Emmanuel Macron est aussi mis en avant par L’Obs . Cette fois, d’allure moins concentrée, il apparaît plus show-off, souriant, éclatant, se remontant ostensiblement les manches, mais la question engagée remet M. Bercy à sa place : "Le dynamiteur : Macron va–t’il trop loin ?". Tout le déroulé du papier décrit un personnage ambigu : "ambition féroce -tête à claque ", "fossoyeur - rénovateur"."Le Rastignac de Bercy (…) bouscule son camp, tape sur les nerfs des énarques du PS et agace nombre de ses collègues ministres. Mais l'énergique Emmanuel Macron s'appuie sur l'opinion pour réformer, convertir la gauche au "social libéralisme" et viser plus haut. Jusqu’où ira l’enfant gâtée de la "Hollandie" ?

Dans cet article, L’Obs parle de sa fascination pour la figure de Mendès France, de son engagement pour la "deuxième gauche", de ses meetings qui "relèvent du one man show à la Lucchini", mais aussi de son image à l’étranger : "Le Guardian et le Wall Street Journal sont tombés sous le charme du « réformateur Gaulois » au point d’en négliger le « French bashing »."

L’homme apparaît comme bien certain de son devenir et se verrait selon l’hebdomadaire comme "un nouvel astre dans la galaxie politique". D’ailleurs, l’Obs le prouve par son parcours, jusque-là : "Cheville ouvrière du programme économique de François Hollande, Emmanuel Macron décroche le poste de secrétaire général adjoint de l'Élysée. Au bout de 18 mois, le jeune homme pressé trépigne. Il se plaint auprès de ses visiteurs de « l’ingratitude » du maître de céans qui lui refuse le Maroquin de secrétaire d’État au budget". Pour sa plus grande satisfaction, lors du départ d’Arnaud Montebourg, il obtiendra finalement le  Bercy. Mais, L’Obs ne s’emballe pas pour autant : "Son sort ne tient qu'à un fil, il le sait. Pour le moment, Macron a l'opinion de son côté et exerce la liberté de parole de  l’outsider, un pied dedans, un pied dehors. Ainsi, François Hollande peut élargir son compas sur sa droite, et Manuel Valls récupérer une partie du terrain perdu à gauche. Mais attention ! Macron n’est pas un serviteur docile".

Ici, pas question de l’habiller en candidat. La question est tout simplement : "sera-t-il un atout ou un boulet pour la gauche en 2017 ?"

L’Express "Spécial New York" en couverture ; mais spécial dédicace à son actionnaire Patrick Drahi dans ses pages intérieures

On apprenait la semaine dernière, dans Le monde entre autres, que les journalistes de L’Express avaient adopté mardi 12 octobre une motion de défiance contre le nouvel actionnaire du groupe, Patrick Drahi, et le directeur des rédactions, Christophe Barbier, pour protester contre un plan social qui vise 125 salariés.

Une semaine plus tard, le magazine qui paraît en kiosque propose : "New York ; capitale du monde" en couverture, pour attirer le lecteur. Il y sera question donc de "New York. Toujours plus rayonnante, la ville affirme son rang de place forte financière, artistique et médiatique. Les milliardaires de la planète s’offrent des pieds à terre à 100 000 dollars le mètre carré. Ses musées flamboyants neufs confortent son leadership culturel. Il y a aussi de jeune start-uppers qui y révolutionnent les médias". Bref, une gouleyante la grosse pomme, tellement "attractive".

Patrick Drahi : "industriel ou simple deal maker" ?

Mais le papier d’analyse qui fait mouche, cette semaine, se situe en page 76 de l’hebdo. Il y est question du fameux "nouvel actionnaire du groupe, Patrick Drahi". Le titre : "Patrick Drahi, le frein sur la dette". Le journal resitue, chiffres à l’appui, la situation financière de son propriétaire, mais surtout décrypte une "méthode Drahi" : "L'homme est connu pour repérer les entreprises mal géré les restructurer afin de rembourser ses dettes" y lit-on.

Et concrètement, "L’Express" (informant de son lien avec le sujet, sans faire allusion à son propre cas de plan social) raconte : "A force d’acquisitions menées à vive allure, Altice, le groupe du nouveau poids lourd des télécoms, a accumulé un endettement de 48,2 milliards d’euros. Mais les marchés jusqu’ici emballés, lui imposent de lever le pied. Ils ont tiré un coup de semonce après sa dernière grosse prise dans le câble américain".

Pour faire court : "En un an, le propriétaire de câblo-opérateur Numéricâble s’est lancé dans une course effrénée aux acquisitions avec ses diverses sociétés Altice - aux Pays-Bas, aux Etats-Unis etc.- (…) Mais, ces derniers jours, l’ultime opération outre atlantique de 17,7 milliards de dollars (soit 15,5 milliards d’euros), sur Cablevision s’est révélée plus compliquée à mener (…) Autre embarras pour le milliardaire : afin de boucler son opération américaine, son capital destiné à faire entrer 1,8 milliards d’euros dans les caisses n’a rapporté que 1,6 milliard en raison de la chute du titre en bourse…"

Face à ce constat, comment s’applique la dite "méthode Drahi" ? Le magazine affirme que "les Drahi boys ont l’habitude de passer les entreprises, qui tombent entre leurs mains, à la paille de fer" et qu’en l’occurrence, chez Cablevision, une réduction des coûts se profile : "les quelques 300 responsables locaux, payés de 260 000€ à 900 000€ par an, ont du souci à se faire. Tout comme les salariés du centre d'appels, estimé trop nombreux pour gérer les problèmes de facturation. Et une petite flotte d'hélicoptère et d'avion destinée à assurer les déplacements de certains dirigeants américains risque de disparaître. Car chez Altice, on se félicite de voyager en règle générale sur les compagnies low cost".

Face à sa série d’acquisitions, face à sa capacité à réduire les coûts très rapidement, le journal interroge la capacité de son actionnaire "à développer les activités" : "industriel ou simple deal maker.

Israël : Tsahal contre Netanyahou ; un Etat d’urgence ?

Face à l'actuel cycle de violence qui ébranle à nouveau Israël, Le point affirme que "depuis des années, les responsables de Tsahal (militaires) et les patrons de Shin Beth (la sécurité intérieure) ne cessent de répéter que : seul un processus politique peut atténuer la colère dans les territoires palestiniens". Selon leurs prévisions, "sans perspective d'espoir une nouvelle explosion de violence est inéluctable". Cette analyse, validée par les violences aujourd’hui, mais les "lanceurs d'alerte se refusent pourtant à les qualifier de troisième intifada".

Autre analyse intéressante portée dans les pages de Télérama cette semaine, face à l’impossibilité croissante d’une solution à deux Etats du Proche Orient. Ils y rapportent la réflexion de l’écrivain israélien Avraham Yehoshua qui "prône désormais le cheminement vers un Etat unique"... mais "binational" ! Explication rapide : "par la colonisation, Israël a détruit la solution à deux Etats. Mélanger deux populations totalement différentes ne pouvait qu’aboutir à une catastrophe. C’était une terrible erreur".

Ainsi, Avraham Yehoshua poursuit :" je ne dis pas que « l’Etat binational » est idéal, mais il n’y a plus d’autre choix (…) Pour les palestiniens, « ce serait pour eux un soulagement. Ils disent : si on ne peut pas avoir un petit Etat, nous sommes prêts à être israéliens (…) on pourrait commencer par leur donner la citoyenneté israélienne, donc des droits à la Sécurité Sociale".

Et de conclure, "les Européens ont le devoir et le pouvoir d’imposer une solution".

A bon entendeur !

 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
02.
Mais pourquoi les Français épargnent-ils une part non négligeable du pouvoir d’achat gagné ces derniers mois ?
03.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
04.
Tensions grandissantes en Algérie : Bouteflika n’est plus là, mais les généraux, si
05.
Automobile : des centaines de milliers de moteurs Renault suspectés de malfaçon
06.
Forte hausse des cleantechs. Bulle financière ou investissement d’or et déjà productif ?
07.
"Les nationalistes stupides aiment leur pays… et n'aiment pas ceux qui viennent de loin" (Jean-Claude Juncker)
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
03.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
04.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
05.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
06.
Mais que ferait l’UE face à une répétition de la grande crise 2008 ? Le sujet étrangement absent de la campagne des Européennes
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
03.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
04.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
05.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
06.
L'arrêt des soins de Vincent Lambert a débuté
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Mandataire
- 23/10/2015 - 10:36
JUPPÉ fin…
Nous Citoyens, limitons les Mandats pour que la Politique soit au Service du Bien commun et non un Métier. Et destituons les condamnés de leur/s Mandat/s avec remboursement des sommes perçues à ce/s titre/s.__Pour voir JUPPÉ retraité à 57 ans de la Ponction Publique… se faire moucher par un Communiste pragmatique, c'est par ici: http://www.dreuz.info/2014/09/23/video-alain-juppe-se-prend-une-lecon-de-morale-de-lambassadeur-de-chine/#sthash.cxmu3ltA.dpbs
Mandataire
- 23/10/2015 - 10:36
JUPPÉ suite…
2007 et suivantes, sa politique économique bordelaise "panem et circenses" ; ses déclarations de ne briguer que le Mandat de Maire!?__2011 sa décision d'aller en guerre en LYBIE pour le résultat que nous connaissons.__2013 ses 794€/hab. d’impôts locaux, +36,7% depuis 2001__2014 son projet bordelais de Centre islamiste de 12 000m2 ; son refus de livrer les Mistral, Contrat signé en 2011… par lui-même!?__2014 ses dépenses courantes bordelaises 1.417€/hab. ; ses embouteillages bordelais 23mn/h. de conduite sauf pour lui en voiture de Fonction__2015 son augmentation de 5% des impôts locaux bordelais ; son epic fail des accès au nouveau stade__2017 Président à 72 ans après 15 ans de retraite? Cherchez l'erreur, place aux Jeunes !__Sans compter qu’il n’a jamais créé un seul Emploi avec ses deniers, sauf peut-être un Emploi ménager ; son ambition exclusivement pour lui-même… et non le Pays !__Un homme n’est pas malheureux parce qu’il a de l’ambition, mais parce qu’il en est dévoré.—Charles-Louis de SECONDAT__Encore un "responsable mais pas coupable", et encore moins redevable de ses actes.
Mandataire
- 23/10/2015 - 10:35
JUPPÉ le meilleur…
… des impayables Thrombonnards®—sauf avec l’argent du Contribuable—qui sévissent dans les fromages du Pays de l’escargot lancé au galop contre le mur économique !__Comme leur bilan : lamentables !__Responsable pour partie de l'état du Pays car… le bien qu’il fit, il le fit mal, le mal qu’il fit, il le fit bien. Pour donner des leçons, il se pose là !__
1995 ses arrangements locatifs pour lui et son Fils à la Mairie de PARIS ; sa capitulation devant les Ponctionnaires.__1996 sa maîtrise économique : Thomson un franc symbolique ; ses augmentations d’impôts sans réformes.__1997 sa dissolution de la Chambre.__1999 sa mise en examen pour "abus de confiance, recel d'abus de biens sociaux, et prise illégale d'intérêt".__2002 retraité de la Fonction Publique à 57 ans avec ±15 000€ mensuels. Soit 3 600 000€ placés à 5% par an… sans payer l'ISF, comme tout bon Thrombonnard® !__2004 sa condamnation en 1ère instance à 18 mois de prison avec sursis et à 10 ans d'inéligibilité, réduite en appel à 14 mois de prison avec sursis et un an d'inéligibilité.