En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Accusations

Rachida Dati : deux enquêtes du Point et de i>Télé sur son salaire et un possible conflit d'intérêt

Publié le 12 décembre 2013
Alors qu'elle avait assuré il y a plus d'un an gagner environ 6 000 euros par mois en tant qu'eurodéputée, l'hebdomadaire indique de son côté qu'elle perçoit en fait 50 800 euros par mois.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors qu'elle avait assuré il y a plus d'un an gagner environ 6 000 euros par mois en tant qu'eurodéputée, l'hebdomadaire indique de son côté qu'elle perçoit en fait 50 800 euros par mois.

L'ancienne garde des Sceaux de Nicolas Sarkozy doit faire face ce jeudi à de troublantes révélations dans la presse. Tout d'abord c'est Le Point qui revient sur le réel montant de son salaire. Alors que Rachida Dati avait assuré il y a plus d'un an gagner environ 6 000 euros par mois en tant qu'eurodéputée, l'hebdomadaire indique de son côté qu'elle perçoit en fait 50 800 euros par mois. (Suite à la publication de cet article, le cabinet de Rachida Dati nous a indiqué que "ces chiffres étaient faux" et qu'une "procédure était en cours contre les journalistes" qui ont révélé ces infos).

Pour expliquer une telle différence, le magazine certifie que "l'élue passe sous silence ses confortables revenus d'avocate, métier qu'elle exerce en parallèle de ses mandats de parlementaire et de maire du 7e arrondissement de Paris". Si dans sa déclaration de transparence financière exigée par le Parlement européen, Rachida Dati estime ses "activités annexes" à plus de 10 000 euros par mois, le montant calculé par Le Point est bien différent. "Rachida Dati a perçu l'année dernière 512 416 euros d'honoraires d'avocat, auxquels s'ajoute une rémunération de 98 000 euros en tant qu'élue" peut-on lire sur le site de l'hebdomadaire.

Et ces informations sembleraient recoupées par celles révélées ce jeudi par i>Télé. En effet, dans un courrier daté du 6 novembre rendu public par la chaîne d'informations, l'ONG Friends of the Earth Europe demande des comptes à Rachida Dati et la soupçonne d'un éventuel trafic d'influence. Pour interpeller l'ancienne ministre, l'association évoque certains articles de presse assurant qu’elle est consultante pour le groupe GDF Suez. Ce qui n’est pas indiqué dans la déclaration d’intérêt financier de Rachida Dati. "Etes-vous employée par le groupe comme consultante ou vos relations sont-elles liées à votre métier d’avocate ?" "Dans ce cas-là, quelles activités et tâches votre relation avec GDF Suez inclut-elle ?"questionne l’ONG selon i>Télé.  A ce jour, la maire du VIIe arrondissement de Paris n’a apporté aucune réponse à l’ONG, qui avait pourtant fixé à l’élue comme date butoir le 18 novembre comme l'assure i>Télé.

Plus problématique Le Point et i>Télé rappellent " ce n'est pas la première fois que Rachida Dati est accusée de mélange des genres ". En effet, trois mois après son arrivée à Strasbourg, elle avait déclenché la polémique en omettant de faire figurer dans sa déclaration de transparence financière la société de consulting qu'elle venait de créer.

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

04.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

05.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

06.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

07.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

01.

DSK : le candidat des classes moyennes

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires