En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
Nouvelle attaque
Quand l'Union syndicale des magistrats critique le bilan de Christiane Taubira
Publié le 18 novembre 2013
Ce vendredi la ministre de la Justice s'est rendue au 39e congrès du syndicat qui représente les deux tiers des magistrats.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce vendredi la ministre de la Justice s'est rendue au 39e congrès du syndicat qui représente les deux tiers des magistrats.

Rien ne va plus pour Christiane Taubira. En plus d'être la cible de très nombreuses attaques racistes ces dernières semaines, la ministre de la Justice est aussi critiquée pour son travail. En effet, la garde des Sceaux a été vivement contestée ce vendredi par l'Union syndicale des magistrats (USM) lors du 39ème congrès de ce syndicat qui se tenait au Palais de justice de Paris. Un désaveu d'autant plus important que ce syndicat est majoritaire (68,4%) chez les 8 200 magistrats de France. Il lui a été notamment reproché un manque de concertation sur les grandes réformes de la justice.

"L'an passé à Colmar, vous aviez bénéficié de notre part d'un accueil chaleureux et même d'une standing ovation", a tout d'abord rappelé dans son discours Christophe Régnard, le président de l'USM, avant de lancer l'offensive. "Dix-huit mois après votre arrivée place Vendôme, nous sommes déçus. Après des débuts prometteurs, chacune de nos rencontres a été source de tensions. De plutôt conviviales, nos rencontres ont quelque peu tournée à l'aigre", a-t-il constaté en interrogeant la ministre. "L'année qui vient de s'écouler, au-delà des paroles publiques souvent apaisantes est clairement celle des désillusions quant aux actes" a-t-il poursuivi.

"Serait-ce que le dialogue social, annoncé comme essentiel, soit finalement vécu comme un obstacle" ou "doit-on l'imputer à votre proximité, réelle ou supposée, avec d'autres que nous dans la magistrature ?", a-t-il demandé en référence au Syndicat de la magistrature (gauche, minoritaire). Enfin Christophe Régnard s'est inquiété du manque de moyens des juridictions en s'interrogeant : "la justice est-elle vraiment la priorité du gouvernement ?"

Face à tant de critiques, Christiane Taubira s'est défendue. "En vous écoutant, j'avais le cœur serré en me disant que le ministère de la Justice n'avait jamais connu de garde des Sceaux aussi hostile à la magistrature" a-t-elle tout d'abord répondu. Avant de poursuivre : "Vous êtes un syndicat majoritaire et cela vous donne une responsabilité supérieure", en reconnaissant que "des désaccords, des divergences peuvent être actés". Mais, "la parole des magistrats est irremplaçable et j'ai la responsabilité de l'entendre dans sa diversité", a ajouté la garde des Sceaux en réaffirmant son désir de consolider "le dialogue social". "Vous aurez la parole et je vous invite à la prendre", a-t-elle proclamé. Reste à savoir si cette mise au point de part et d'autres portera ses fruits.

Vu sur : lu sur Le Monde
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
02.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
03.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
04.
Un pognon de dingue pour Notre-Dame de Paris ? Oui, car l'Homme ne vit pas que de pain
05.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
06.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
07.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
04.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires