Libye
L'Otan serait à court de munitions
Publié le 16 avril 2011
Les bombes de précision feraient notamment défaut.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les bombes de précision feraient notamment défaut.

Mise à jour le 16 avril à 11h30

Moins d'un mois après le début du conflit Libyen, l'Otan serait à court de munitions, et notamment de bombes de précision, rapporte The Washington Post, qui cite des sources anonymes au sein de l'Alliance atlantique, samedi 16 avril.

Une situation qui pourrait pousser les États-Unis à revoir leur position dans l'offensive contre Mouammar Kadhafi. Si l'aviation militaire américaine n'est pour le moment pas engagée dans le conflit, Barack Obama ayant choisi d'apporter seulement son soutien aux opérations, la donne pourrait évoluer, affirme The Washington Post.

Les Etats-Unis disposent en effet de stock de munitions, mais uniquement compatibles avec des avions américains.

 

15 avril

"Il existe un chemin vers la paix porteur d'un nouvel espoir pour le peuple libyen. Un avenir sans Kadhafi, qui préserve la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Libye; un avenir qui restaure son économie, ainsi que la prospérité et la sécurité pour son peuple", écrivent dans une tribune conjointe Barack Obama, David Cameron et Nicolas Sarkozy. Le texte est publié par quatre quotidiens internationaux vendredi 15 avril, dont Le Figaro.

Les trois leaders des pays en pointe dans l'intervention internationale en Libye ne voient pas d'avenir au pays avec le colonel Kadhafi à sa tête :

"Alors pourra commencer une véritable transition d'un régime dictatorial vers un processus constitutionnel ouvert à tous avec une nouvelle génération de dirigeants."

Barack Obama, David Cameron et Nicolas Sarkozy montrent aussi leur détermination à continuer le combat tant que cela sera nécessaire :

"La France, le Royaume-Uni et les États-Unis n'auront de cesse de mettre en œuvre les résolutions du Conseil de sécurité pour que le peuple libyen puisse décider lui-même de son avenir."

Vu sur : Lu sur Le Figaro
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
docteur marcel
- 16/04/2011 - 15:05
le futur
est sombre, je vois des champignons atomiques dans cette région
Israel,Iran .....
slavkov
- 15/04/2011 - 17:53
déjà vu
... kadhafi a rêvé des "états-unis d'afrique et ça lui a attiré la haine des occidentaux qui voient d'un mauvais oeil cette éventualité. avec ces "état--unis africains - c'est la fin du pillage des richesses africaines par les occidentaux ...