En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
© Reuters
Enfin il a parlé !

Jérôme Cahuzac : "Je n'ai dit la vérité à personne"

Publié le 26 juin 2013
L'ex-ministre du Budget était entendu ce mercredi à l'Assemblée nationale par une commission d'enquête.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'ex-ministre du Budget était entendu ce mercredi à l'Assemblée nationale par une commission d'enquête.

Ses déclarations étaient attendues de tous. Ce n'est pas un euphémisme de le dire. Jérôme Cahuzac avait rendez-vous ce mercredi avec la commission parlementaire. L'homme par qui le scandale est arrivé allait enfin s'expliquer. Donner les raisons de son acte (compte bancaire caché en Suisse ndlr). Livrer sa vérité aux députés lui faisant face. Une explication qui nécessairement allait être décortiquée, analysée, commentée. Il faut dire que c'était la première fois que celui qui avait été un des ténors du gouvernement revenait à l'Assemblée nationale. Une Assemblée qu'il avait quitté sous l'opprobre général. Et ce qu'il convient de dire c'est que dans l'ensemble, l'ancien ministre du Budget a répondu aux questions qui lui étaient posées. Mais Jérôme Cahuzac a aussi gardé quelques explications pour lui.

Arrivé vers 16H30 dans la salle d'audition, il a prêté serment à la demande du président de la Commission parlementaire Charles de Courson. "Je le jure", a-t-il lâché avant de refuser de faire une "déclaration liminaire". Et c'est Alain Claeys, le rapporteur PS de la commission, qui entame l'interrogatoire. Il pose une série de questions à Jérôme Cahuzac. Questions auxquelles répond sans ambages l'ancien ministre. Ainsi, à propos de son retentissant démenti devant la représentation nationale le 5 décembre, il a expliqué l'avoir prononcé alors qu'il avait "menti au président de la République et au Premier ministre dans les heures qui précédaient". Il a également assuré n'avoir jamais eu de contact sur cette affaire avec le ministre de l'Intérieur Manuel Valls et la Garde des Sceaux Christiane Taubira.

Jérôme Cahuzac a insisté sur le fait qu'il n'avait parlé à personne de la demande de renseignements que le fisc lui avait envoyé sur d'éventuels comptes à l'étranger. "Il y a deux tabous que je n'ai pas transgressé, je n'ai jamais juré ne pas détenir de compte sur la tête de mes enfants, et deuxième tabou, mentir à l'administration dont j'avais la charge, m'a semblé impossible", a déclaré l'ancien ministre pour justifier le fait de n'avoir pas répondu au fisc. Il aussi assuré que Pierre Moscovici ne l'avait pas prévenu de l'envoi d'une demande d'entraide administrative à la Suisse. "J'ai été informé du sens de la réponse, de mémoire, une dizaine ou quinzaine de jours après", a-t-il précisé, certifiant qu'il n'était pas à l'origine des fuites qui avaient suivi dans la presse.

Mais l'ancien brillant orateur du gouvernement à demandé à plusieurs reprises aux députés de ne pas lui demander d'"étaler ses sentiments personnels". Aussi, l'homme est apparu fatigué, la voix régulièrement bloquée par l'émotion, n'hésitant à évoquer sa "douleur". De plus, l'ancien ministre du Budget a plusieurs fois refusé de répondre aux questions des parlementaires. Il a ainsi décliné les questions directes sur les banques dans lesquelles il avait placé de l'argent à l'étranger, sur les dates de transferts ou encore sur ses voyages en Suisse. A ses yeux, ces questions empiètent "pleinement sur l'information judiciaire en cours" sur son affaire, qui marque la limite du travail de la commission parlementaire. Jérôme Cahuzac a d'ailleurs précisé sèchement aux députés que ses non-réponses ne valaient "pas approbation au libellé des questions".

"Si je suis une victime, je suis victime de moi-même et de personne d'autre", a aussi déclaré l'ancien ministre. Interrogé une nouvelle fois de savoir qui dans son entourage était au courant de l'existence de son compte en banque en Suisse, il affirme : "Je n'ai dit la vérité à personne, pas même à mon avocat qui était un ami, pas à mes collaborateurs, c'est ainsi". Enfin concernant l'enregistrement révélé par Michel Gonelle, il se contente de dire: "Je n'ai jamais reconnu que c'était ma voix. La police scientifique a assuré qu'à 60% il s'agissait de ma voix". "Avant le 2 avril (date des aveux, ndlr), je veux bien vous donner acte que les propos que j'ai tenus n'aient pas été convaincants. Depuis le 2 avril, je n'ai pas tenu de propos sur cet enregistrement, et je n'ai pas l'intention d'en tenir tant que la justice n'a pas éclairci cette affaire".

En définitive, Jérôme Cahuzac aura laissé sur leur faim bon nombre de députés. A la sortie de son audition, la vérité n'a toujours pas éclaté au grand jour. Une audition de deux heures, pour autant de temps de langue de bois.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

03.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

04.

Voilà ce qu’on protège vraiment en protégeant le mode de vie européen (et pourquoi le défi est de taille)

05.

Pourquoi le sectarisme flambe

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

07.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Insécurité : la sombre réalité française dans le match des criminalités européennes

04.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

05.

L’insécurité, grenade dégoupillée pour la fin du quinquennat Macron ?

06.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

01.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

02.

Peurs sur la consommation : bienvenue dans l’ère de l’irrationalité

03.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

04.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

05.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

06.

Université d'Evergreen (États-Unis) : une terrifiante vidéo qui montre le vrai visage de la nouvelle bête immonde

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires