En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Devoir de mémoire

Commémoration du 8 mai : ce qu'il ne fallait pas manquer de la cérémonie

Publié le 08 mai 2013
François Hollande a présidé les cérémonies du 8 mai commémorant la victoire sur le nazisme à l'issue de la Seconde guerre mondiale.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Hollande a présidé les cérémonies du 8 mai commémorant la victoire sur le nazisme à l'issue de la Seconde guerre mondiale.

Comme l'an passé, la commémoration du 8 mai s'est déroulée sous un temps pluvieux. Mais cette année, François Hollande a présidé seul les cérémonies, qui célèbrent la victoire sur le nazisme à l'issue de la Seconde Guerre mondiale. En 2012, deux jours après son élection, il avait participé aux célébrations aux côtés de Nicolas Sarkozy. Après un dépôt de gerbe au pied de la statue du général de Gaulle, en bas des Champs-Elysées, le chef de l'Etat a remonté l'avenue jusqu'à la place de l'Etoile où il a passé les troupes en revue, avant la traditionnelle cérémonie sur la tombe du soldat inconnu.

François Hollande était accompagné du président polonais Bronislaw Komorowski, invité des commémorations. La Pologne a particulièrement souffert de l’occupation nazie durant le conflit et les Polonais ont joué un rôle important dans la Résistance intérieure en France. Ils ont ranimé ensemble la flamme sur la tombe du soldat inconnu sous l’arc de triomphe, avant que soient interprétés les hymnes nationaux et le Chant des partisans qui célèbre la résistance à l’occupant.

Interrogé à l’issue des cérémonies sur les récentes tensions entre la France et l’Allemagne, le président a souligné que Paris et Berlin doivent aujourd’hui se "retrouver ensemble pour une Europe qui soit celle de la croissance et de l’emploi". "C’est le sens du débat que nous avons engagé (...) Il y a un débat et à la fin ça se passe toujours avec un compromis entre la France et l’Allemagne, ce sera encore le cas pour les grands dossiers que nous avons à régler", a-t-il déclaré sur France2.

A propos du climat politique un an après son élection, il a souligné qu'"il n’y a pas de célébration" mais "une obligation de réussir". "Je veux dire aux Français, y compris dans ce moment de gravité, de souvenir, que nous sommes en train de préparer un avenir, nous le faisons en Europe, nous le faisons en France", a-t-il déclaré.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

02.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

03.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Le général iranien Qassem Souleimani, maître de guerre sur le front syro-irakien

06.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

07.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La petite fiancée de l'Amérique

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

06.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires