En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Critique

Christian Jacob assure que Jean-Marc Ayrault et Harlem Désir sont "d'anciens repris de justice"

Publié le 09 avril 2013
Le chef de file des députés UMP a rappelé le passé judiciaire des deux socialistes.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le chef de file des députés UMP a rappelé le passé judiciaire des deux socialistes.

Les noms d'oiseaux fusent avec la relance du débat sur la moralisation de la vie politique suite à l'affaire Cahuzac. Christian Jacob, chef de file des députés UMP, a ainsi qualifié le Premier ministre Jean-Marc Ayrault et le premier secrétaire du Parti socialiste Harlem Désir "d'anciens repris de justice" pour leurs anciennes condamnations.

Les déclarations de Christian Jacob ont été faites alors qu'il répondait devant les caméras à une question sur le rapport "Sauvé sur les conflits d'intérêts" de janvier 2011 en sortant de sa conférence de presse hebdomadaire à l'Assemblée nationale. Il a ainsi expliqué que "ce rapport, nous l'avons demandé, et moi contrairement à M. Ayrault, je ne suis pas un ancien repris de justice, moi je n'ai pas a été condamné à six mois de prison, ou comme M. Harlem Désir, à 18 mois", ajoutant qu'après le rapport Sauvé, l'ancienne majorité a créé "une sanction pénale contre les déclarations de patrimoine erronées".

Pour rappel, Jean-Marc Ayrault a en effet été condamné l'année 1997 à six mois de prison avec sursis et 30 000 francs d'amende, soit 4 600 euros, pour favoritisme dans l'attribution d'un marché public dans la ville dont il était maire, Nantes. Le Premier ministre a toutefois bénéficié pour cette condamnation d'une réhabilitation comme cela est prévu par le Code pénal.

Quant à Harlem Désir, il a été condamné en 1998 à dix-huit mois avec sursis. Le premier secrétaire du PS était en effet accuser d'avoir reçu d'une association des salaires fictifs. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires