© Reuters
Aveu

Le grand rabbin de France reconnaît le plagiat

Publié le 03 avril 2013
Gilles Bernheim explique avoir eu recours à un nègre pour cet ouvrage, ce qui explique le plagiat de plusieurs passages d'un livre d'entretiens de Jean-François Lyotard.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Bernheim explique avoir eu recours à un nègre pour cet ouvrage, ce qui explique le plagiat de plusieurs passages d'un livre d'entretiens de Jean-François Lyotard.

Gilles Berheim, le grand rabbin de France a avoué son erreur. Dans un communiqué que s'est procuré l'Express, il avoue ainsi que son ouvrage Quarante Méditations juives (Stock, 2011) reprend bien des passages d'un livre d'entretiens donné par Jean-François Lyotard en 1996 (Questions au judaïsme, entretiens avec Elisabeth Weber).

Gilles Bernheim a avoué une "terrible erreur" et qu'il avait eu recours à un nègre pour cet ouvrage-là, par manque de temps.  "C'est la seule et unique fois que je me suis livré à un tel arrangement (…). J'ai été trompé. Pour autant, je suis responsable", affirme cet agrégé de philosophie. Il ajoute : "Je demande pardon aux auteurs dont des textes ont été copiés, aux personnes qui ont lu ces méditations, ainsi qu'à mon éditeur qui n'était pas informé de l'existence d'un tiers."

Cet aveu intervient après que ce diplômé du séminaire israélite de France avait nié les accusations du site Strass de la philosophie,  étayées ensuite par l'auteur du blog de Jean-Noël Darde, Archéologie du copier-coller, comme l'explique le Figaro. Dans un communiqué, il avait dans un premier temps expliqué les ressemblances entre les deux textes par le fait qu'il s'était inspiré de cours qu'il avait donné dans les années 80, insinuant que c'est Jean-François Lyotard qui l'aurait en fait plagié.

"Ma réaction devant la première évidence de plagiat a été émotionnelle, précipitée et maladroite, confie ce chevalier de la Légion d'honneur. Je l'analyse rétrospectivement comme du déni. Aujourd'hui, je le regrette." Le grand rabbin, qui se trouve actuellement à Jérusalem, a promis qu'il écrirait, dès son retour en France, à Dolores Lyotard, la veuve du philosophe du post-structuralisme et penseur de la post-modernité.

Vu sur : Lu sur Le Figaro
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires