En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
But contre son camp

Taxe à 75% : Gérard Collomb se lâche contre le gouvernement PS

Publié le 12 mars 2013
Le sénateur-maire PS critique en particulier la taxe à 75%, les messages contradictoires et la trop grande prudence de Hollande.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le sénateur-maire PS critique en particulier la taxe à 75%, les messages contradictoires et la trop grande prudence de Hollande.

Gérard Collomb n'a pas sa langue dans sa poche. Dans une interview au Monde datée du mercredi 13 mars, le maire de Lyon se lâche même complètement contre le gouvernement Ayrault. L'impôt à 75 % ? "Une connerie" qu'il serait "judicieux" d'oublier. La flexibilité ? "Si le principal défi est la modernisation de nos entreprises, je ne comprends pas pourquoi cette expression est toujours considérée comme un gros mot à gauche."

Le sénateur-maire de Lyon a invité François Hollande à avoir "un langage clair et de fixer un cap", alors qu'il était interrogé sur le contexte actuel de crise. "Les messages sont parfois contradictoires. Il (François Hollande) veut réindustrialiser le pays, mais une partie de la gauche continue de signifier aux entreprises qu'elle ne les aime pas. Comment y arriver dans ces conditions ?", a-t-il lancé. "Je ne défends pas les patrons, je défends un socialisme de l'offre. Pas par une vision idéalisée de l'entreprise, mais parce que si on ne stimule pas le goût de l'innovation, on ne s'en sortira pas", a ajouté Gérard Collomb. Depuis 10 mois, il observe François Hollande s'emparer des problèmes de compétitivité "à la façon hollandaise", c'est-à-dire trop prudemment à ses yeux.

Il a également tenu à critiquer un système qu'il trouve en bout de course : "À chaque fois que cela n'allait pas, a-t-il appuyé, on relançait par la dette, gauche et droite confondues. On est arrivé au bout du système. On aurait pu assumer plus tôt", a également estimé le sénateur-maire de Lyon, interrogé sur les mesures en faveur de la compétitivité adoptées depuis le début du quinquennat.

Ce n'est pas la première fois que le sénateur-maire fait une sortie de route contre le gouvernement socialiste. Le mensuel Lyon Capital nous relayait la semaine dernière une réflexion de Gérard Collomb à sa secrétaire quand il a appris que sa ville n'était pas sélectionnée pour devenir une "Cité de la gastronomie" : "Je ne veux plus voir à Lyon un seul putain de ministre de ce gouvernement de merde ! " avait-il déclaré.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
PS, Lyon, Hollande, Gérard Collomb, 75%
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

02.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

03.

A ses ralliés, la République (En marche) pas reconnaissante

04.

La fête est finie : les constructeurs automobiles obligés de tirer les leçons de la baisse importante de leurs ventes

05.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

06.

Quand Nelson Mandela rejoignait Johnny Clegg sur scène

07.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

01.

Des tares pas si mauvaises pour l'économie

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

05.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

04.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

05.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires