En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Suite

Policiers tués sur le périphérique : les deux suspects ont été présentés à un juge d’instruction

Publié le 23 février 2013
Une information judiciaire pour "meurtres aggravés sur fonctionnaire de la police nationale" a été ouverte ce samedi.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une information judiciaire pour "meurtres aggravés sur fonctionnaire de la police nationale" a été ouverte ce samedi.

L’affaire de la mort des deux policiers est loin d’être terminée. Une information judiciaire pour "meurtres aggravés sur fonctionnaire de la police nationale", "tentative de meurtres aggravés", "refus d'obtempérer", "conduite sous l'empire d'un état alcoolique en récidive" et "conduite sans permis en récidive" a ainsi été ouverte ce samedi par le parquet de Paris alors que les deux suspects devaient être présentés dans la journée à un juge d’instruction selon une source judiciaire.

Pour rappel, deux fonctionnaires de police ont été tués jeudi par un chauffard de 22 ans, ivre et sans permis. Le jeune homme a percuté le véhicule des policiers sur le périphérique après une course-poursuite avec des agents de la fonction publique. Un troisième policier se trouve toujours à l’hôpital entre la vie et la mort.

Le chauffard et son passager âgé de 20 ans ont été déférés dans la soirée de vendredi à la fin de leur garde à vue.

Le chauffard avait été accusé par le procureur de Paris François Molins d’avoir délibérément" percuté le véhicule des forces de l’ordre précisant qu'"aucune trace de freinage n'a été décelée sur les lieux".

Le jeune passager de 20 ans risque quant lui une condamnation pour "complicité de meurtres aggravés et de tentative de meurtres", "détention, transport ou usage de stupéfiant" et "port d'arme de sixième catégorie", en l'occurrence un couteau.

Des rassemblements devraient avoir lieu devant les commissariats mardi, jour des obsèques des deux agents de la Bac nuit 75 qui aura lieu en présence du ministre de l’Intérieur Manuel Valls qui a par ailleurs reçu dans la journée de vendredi place Beauvau les familles des policiers tués ainsi que celle de l’agence toujours entre la vie et la mort.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
FIGAROCB
- 25/02/2013 - 10:12
Absence d'autorité et récidive !
M. VALLS se dit étonné par l'augmentation de la grosse délinquance et le manque de respect du à notre police !
Il faut avoir un certaine culot pour prononcer ce genre d'ineptie. Si les peines accordées aux assassins des forces de l'ordre étaient à la hauteur de qu'ils méritent, nous n'en serions pas là. En l'occurrence, avec récidive la peine de mort devrait être rétablie ! Il faut nous débarrasser de cette racaille ! La présence des plus hautes autorités de l'État devrait être systématique aux obsèques des policiers tués par les voyous !
Il serait grand temps que l'esprit de respect et de discipline soit restaurée dans notre pays, et ce n'est pas avec une gauche "molle" que la France en prend le chemin.
Quant aux médias, ils faut qu'ils appellent "un chat un chat", en l'occurrence dans cette affaire ces deux voyous devraient être appelés "ASSASSINS" c'est à dire ce qu'ils sont vraiment. De plus, ces assassins étant majeurs, leurs noms devraient être donnés ; ce serait le cas s'ils s'appelaient "Durand" ou "Dupont" mais il doit vraisemblablement venir de cette fameuse "diversité" que tous nos politiques veulent nous imposer !
marie93
- 24/02/2013 - 14:21
Encore une preuve que le
Encore une preuve que le livre de Laurent Obertone "France Orange mécanique" n'est pas une affabulation comme veulent le faire croire les toujours bien-pensants de gauche. Les noms des 2 criminels rappellent bien l'origine des sauvages et des barbares qu'il y décrit.
Gégé Foufou
- 24/02/2013 - 11:59
Mardi
Si vous le pouvez allez aux rassemblements des policiers devant les commissariats.
Ca leur fera plaisir de voir des citoyens les soutenirs
Un militant F.N.