En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Enquête

Mort d'un bébé en Essonne : un couple en garde à vue

Publié le 17 janvier 2013
Le nourrisson âgé de 3 mois est décédé suite à des violences.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le nourrisson âgé de 3 mois est décédé suite à des violences.

Garde à vue en Essonne après la mort d'un nourrisson. Un couple originaire de Corbeil-Essonnes a en effet été placé en garde à vue mercredi matin après la découverte de leur bébé mort suite à des violences.    Le couple, composé d'un homme de 25 ans et d'une jeune femme de 20 ans, et soupçonnés d'avoir donné la mort de leur bébé âgé de seulement 3 mois, ont ainsi été arrêté à leur domicile de Corbeil-Essonnes.

Une source proche de l'enquête a indiqué que le bébé était mort dans la soirée de mardi à l'hôpital après y avoir été conduit en fin de matinée par les pompiers appelés pour un malaise. L'examen médical a confirmé que le décès du nourrisson avait été causé par des violences.

L'autopsie prévue ce jeudi permettra toutefois d'en savoir un peu plus sur les violences en question et découvrir si elles étaient volontaires ou bien si l'enfant a été "secoué" a par ailleurs expliqué la source proche du dossier.

La sûreté départementale du département de l'Essonne a été chargée de l'enquête.

Vu sur : Lu sur TF1 News
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

02.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

03.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

04.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

05.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

07.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires