En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Posthume

Autobiographie de Delarue : son ex-compagne attaque la maison d'édition en justice

Publié le 26 décembre 2012
Elisabeth Bost a décidé d'assigner en justice Les Editions de l'Archipel pour avoir publié l'autobiographie de Jean-Luc Delarue, "Carnets secrets".
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Elisabeth Bost a décidé d'assigner en justice Les Editions de l'Archipel pour avoir publié l'autobiographie de Jean-Luc Delarue, "Carnets secrets".

Cela fait plusieurs semaines qu'Elisabeth Bost avait annoncé qu'elle attaquerait en justice les Editions de l'Archipel pour avoir publié "Carnets secrets", l'autobiographie de Jean-Luc Delarue dont elle est l'ex-compagne : c'est chose faite depuis le 21 décembre dernier. La maison d'édition a été assignée en justice par Elisabeth Bost et son fils mineur, Jean Delarue : ils demandent l'arrêt de la diffusion de l'autobiographie posthume de l'animateur.

Quelques jours avant la sortie du livre déjà, le 5 décembre, Me Isabelle Wekstein avait demandé l'arrêt de la publication et la communication du manuscrit à Jean Delarue et à sa mère qui en est le représentant légal, dans une mise en demeure envoyée à l'éditeur. Les Editions de l'Archipel s'y étaient refusé. Selon l'éditeur, l'autobiographie aurait été écrite et terminée entièrement du vivant de l'animateur. Des propos remis en cause par l'ex-compagne ainsi que le père de l'animateur vedette de France 2 disparu.

Jean-Claude Delarue conteste notamment l'authenticité du livre posthume. "On ne sait pas ce qui a été écrit par Jean-Luc et ce que a été éventuellement rajouté", a-t-il déclaré sur VSD. Elisabeth Bost déclarait de son côté : "Ce n'est pas le livre de Jean-Luc. C'est le contraire de Jean-Luc. C'est un livre sale. Cruel pour mon fils Jean". Dans ces mémoires, l'ancienne compagne de Jean-Luc Delarue y est notamment présentée comme très hostile. "Elle a tellement initié de procédures que nous avons privé Jean d'une enfance normale", aurait écrit l'animateur. "Aucune autorisation n'a jamais été sollicitée auprès de Jean Delarue, unique descendant" et "unique titulaire du droit moral de divulgation des œuvres posthumes" de l'animateur décédé en août dernier, explique le texte de l'assignation délivrée le 21 décembre.

Elisabeth Bost estime que l'autobiographie "porte gravement atteinte à l'intimité de sa vie privée et à celle de son fils et qu'elle contient également de graves propos diffamatoires à son égard ". Selon elle, "les révélations privées et mensongères aggravent la douleur morale de Jean Delarue-Bost, âgé de 6 ans, qui vient de perdre son père et celle d'Elisabeth Bost dont la vie privée se voit dénigrée et donnée en pâture dans les médias".

Mais Elisabeth Bost ne fait pas que demander l'arrêt de la publication de l'autobiographie posthume. Dénonçant des "conséquences d'une particulière gravité sur la vie familiale des demandeurs", l'avocate exige donc "la cessation de l'exploitation du livre" qui a été tiré à 60 000 exemplaires et la destruction des exemplaires en stock, avec une astreinte de 1 000 euros par jour de retard. En réparation de l'atteinte à la vie privée de Jean Delarue et Elisabeth Bost, 50 000 euros sont demandés pour chacun. Mme Bost demande enfin 80 000 euros à titre de dommages et intérêts en réparation de la diffamation commise à son encontre.

Vu sur : Lu sur TF1 News
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires