En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Rien ne sert de courir...

École numérique : Vincent Peillon dévoile les mesures phares

Publié le 13 décembre 2012
La France a accumulé pas mal de retard dans le domaine. Elle est 24e sur 27 pays de l'OCDE.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La France a accumulé pas mal de retard dans le domaine. Elle est 24e sur 27 pays de l'OCDE.

Raccordement des zones rurales au très haut débit, équipement des établissements, formation des profs aux usages, production de ressources pédagogiques et services pour élèves, parents et profs... Vincent Peillon a présenté jeudi sa "stratégie globale" pour l'éducation numérique. Les cinq grandes lignes du plans :

  • Appréhender toutes les dimensions du numérique de l'équipement, du raccordement à la maintenance, aux contenus, à la formation des acteurs.
  • Combler son retard. La formation des enseignants aux usages du numérique n'a jamais été abordée, pas plus que l'offre de contenus pédagogiques de qualité. La France est effectivement 24e sur 27 pour l'utilisation du numérique dans l'éducation, selon l'étude Pisa de l'OCDE.
  • Réduire les fractures territoriales et sociales. La plupart des métiers de demain nécessiteront des compétences numériques.
  • Des services numériques pour élèves, parents et professeurs, seront mis en place entre 2013 et 2017 : contenus pour apprendre l'anglais en primaire, sujets d'examens et corrections en ligne, démarches administratives dématérialisées, "campus numérique" et réseau social pour les enseignants, site Web avec infos sur la vie scolaire dans les écoles.
  • Le projet de loi sur l'école prévoit un service public de l'enseignement numérique et de l'enseignement à distance et l'encouragement d'une "filière d'édition numérique pédagogique française".


En revanche, pas un mot sur l'interdiction en vigueur des téléphones portables dans les écoles et les collèges, ni sur les filtrages. Pourtant, il va bien falloir éduquer les élèves pour qu'ils soient à même d'utiliser internet.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

06.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

07.

Yémen, la situation évolue discrètement cet été à l'abri des regards des vacanciers

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

06.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Salvatore Migondis
- 14/12/2012 - 07:34
Peillon.. ou couillon..?
"LOS ALTOS, Calif. — The chief technology officer of eBay sends his children to a nine-classroom school here. So do employees of Silicon Valley giants like Google, Apple, Yahoo and Hewlett-Packard.

But the school’s chief teaching tools are anything but high-tech: pens and paper, knitting needles and, occasionally, mud. Not a computer to be found. No screens at all. They are not allowed in the classroom, and the school even frowns on their use at home."

L'inspecteur gadget a tout compris..!

Cap2006
- 14/12/2012 - 07:19
Les outils ne changeront rien au manque d'efficience de l'E.N.
Le 21° siecles n'a pas besoin d'enfants sevrés d'outils numérique....

- ils se débrouillent très bien tous seuls...
- les outils d'aujourd'hui ne seront pas ceux dans 10 ans....
- l'essentiel est vraiment ailleurs : sur le fond.... Que souhaitons nous enseigner aux générations futures de travailleurs et de citoyen ? la définition du metier des années 50, revisitée par 68 est elle pertinente ? etc...
svt
- 14/12/2012 - 00:48
M. Peillon va affronter son premier mammouth
A la conjoncture de l'éducation nationale et du monde de l'informatique il se trouve un mammouth auquel M. Peillon va devoir se mesurer. Ce mammouth s'appelle Renater. Avec son inertie et sa charte, cet bestiau a une capacité d'enlisement de n'importe quelle réforme utile qui est parfaitement redoutable.

Mais d'autres prédateurs attendent le ministre, à commencer par la multitude de vendeurs de soupe, de services et d'usages qui ne manqueront pas de lui présenter leurs vessies pour des lanternes.

Courage M. Peillon, mais n'oubliez pas de vous entourer de techniciens désintéressés pour prendre les bonnes décisions : le monde associatif est plein de gens très compétents qui vont aideront, appuyez-vous sur eux.