En direct
Best of
Best of du 18 au 24 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Révolution en Grande Bretagne : Boris Johnson va interdire la "réparation de l’hymen" !

02.

Anus au soleil : la nouvelle méthode pour être en pleine forme

03.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

04.

Des déchets nucléaires recyclés permettraient d'obtenir des batteries quasi éternelles

05.

LR : ce que le parti devrait retenir de la stratégie sans concession de Rachida Dati

06.

Coronavirus : quand les experts américains en sécurité biologique alertaient sur les risques posés par le laboratoire chinois ultra sensible de… Wuhan

07.

Pourquoi l’indépendance de la justice ne signifie pas que les magistrats ne doivent aucun compte aux Français

01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

03.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

04.

Macron est content, Martinez ronge son frein et Berger engrange les adhésions. Mais la France va mieux ou pas ?

05.

Des déchets nucléaires recyclés permettraient d'obtenir des batteries quasi éternelles

06.

Pourquoi le projet de loi de lutte contre la cyber haine représente une menace aussi grave que la réalité qu’il entend combattre

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

04.

Mais pourquoi la droite semble-t-elle incapable de capitaliser sur le rejet du duel retour Macron / Le Pen ?

05.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

06.

Pourquoi l’indépendance de la justice ne signifie pas que les magistrats ne doivent aucun compte aux Français

ça vient d'être publié
light > Insolite
Ouvrez vos...
Anus au soleil : la nouvelle méthode pour être en pleine forme
il y a 5 heures 9 min
pépites > France
Pompiers VS policiers
Manifestation nationale à Paris: de violents incidents ont éclaté entre pompiers et policiers
il y a 7 heures 16 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 28 janvier 2020 en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 10 heures 49 min
décryptage > International
Une ingérence qui pèse

La privatisation de la guerre par les EAU en Libye et au Yémen ou comment Abu Dhabi recrute de jeunes soudanais pour « leurs » guerres

il y a 12 heures 19 min
décryptage > France
Chômage 2019

Pourquoi la baisse du chômage ne se joue pas à Paris

il y a 13 heures 25 min
décryptage > Santé
Septicémies

Alerte à l’empoisonnement du sang : une mort sur 5 dans le monde causée par les sepsis

il y a 13 heures 48 min
décryptage > Politique
Une stratégie sans faille ?

LR : ce que le parti devrait retenir de la stratégie sans concession de Rachida Dati

il y a 14 heures 27 min
pépites > High-tech
Apple Pay
2020 : 99 % des cartes françaises seront compatibles Apple Pay
il y a 1 jour 3 heures
pépite vidéo > Media
Un bad buzz
Rognée d'une photo officielle : Vanessa Nakate dénonce un acte raciste
il y a 1 jour 6 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dépendances" : une pièce de théâtre où la fratrie est mise en avant

il y a 1 jour 9 heures
pépites > Politique
Sur le devant de la scène
Invité de "Vous avez la parole" sur France 2, François Fillon prendra la parole à nouveau
il y a 6 heures 22 sec
pépite vidéo > Politique
Municipales 2020
"Je ne fais pas de combine" : Rachida Dati se défend sur sa candidature
il y a 9 heures 55 min
décryptage > International
Un accord de paix

Ce plan Trump pour la paix dont les Palestiniens ne sauront pas plus saisir que des précédents

il y a 11 heures 54 min
décryptage > International
Ils veulent du sang

Révolution en Grande Bretagne : Boris Johnson va interdire la "réparation de l’hymen" !

il y a 12 heures 39 min
décryptage > High-tech
Décryptage High-Tech

SILICON VALLEY : le célèbre berceau américain de la Tech abandonnerait-il la culture « start-up » que le monde lui envie, en matière d’innovation ?

il y a 13 heures 33 min
décryptage > International
Atlantico Business

Coronavirus : la Chine en profite pour donner des leçons d’efficacité au monde occidental

il y a 14 heures 14 min
décryptage > Justice
Justice en France

Pourquoi l’indépendance de la justice ne signifie pas que les magistrats ne doivent aucun compte aux Français

il y a 14 heures 47 min
pépites > Politique
Et après ?
Brexit : Quelles sont les démarches que les Français devront effectuer pour se rendre en Grande-Bretagne ?
il y a 1 jour 4 heures
pépites > Santé
Conoravirus
Coronavirus : comment les Français atteints du virus sont-ils pris en charge sur le territoire ?
il y a 1 jour 7 heures
décryptage > Politique
C'est grave docteur ?

Et Benjamin Griveaux dérailla gravement à la gare de l'Est…

il y a 1 jour 9 heures
© Reuters
© Reuters
Live

Présidence de l'UMP : Fillon ne cède pas, Copé veut désormais se concentrer sur "sa mission"

Publié le 28 novembre 2012
François Fillon a rejeté l'ultimatum de Jean-François Copé et maintient son groupe parlementaire. Dans l'autre camp, on assure que le président de l'UMP ne tendra plus la main au vaincu.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Fillon a rejeté l'ultimatum de Jean-François Copé et maintient son groupe parlementaire. Dans l'autre camp, on assure que le président de l'UMP ne tendra plus la main au vaincu.
 
  • Le groupe filloniste Rassemblement-UMP a officiellement été déposé à l'Assemblée mardi soir.
  • Jean-François Copé annonce qu'il retire sa proposition de tenir un référendum car "les conditions ne sont pas réunies" selon lui.
  • Le président de l'UMP lance un ultimatum à Fillon. S'il retire son groupe parlementaire avant ce mercredi 15h00, il y aura référendum
  • Fillon maintient son groupe. Dans le camp Copé, on estime que les négociations sont terminées.

 

21 h18 : Sarkozy se dit "sidéré" que sa médiation n'ait pas abouti. 

Selon une journaliste du Parisien, un proche de l'ancien président confie qu'il "savait que c'était fragile mais il n'en est pas revenu. Il croyait qu'on tenait le bon bout, même s'il leur avait un peu forcé la main". "Ca a tenu 12h", a-t-il dit à ses amis.

21h05 : Qui est furieux ? Qui est minable ? Copé ou Fillon, au choix !

Selon les informations du Figaro, conciliabules et tentatives de conciliation se poursuivent ce soir entre les deux camps Fillon et Copé. Un visiteur de Sarkozy, au sortir de son bureau rue de Miromesnil, a traduit la pensée de l'ancien président : "L'un est un furieux, l'autre est un minable."

20h35 : Hortefeux pour un référendum

Brice Hortefeux, proche de Nicolas Sarkozy, affirme qu'il "garde bon espoir" dans un dénouement de la crise à l'UMP, en se prononçant à nouveau pour la solution du référendum interne, dans une interview au Figaro à paraître jeudi. Mais il appelle au passage à "(arrêter) le désastre".

20h30 : Arnaud Robinet, député de la Marne, seul UMP et RUMP à l'Assemblée

Je suis le seul élu UMP et RUMP dans l'hémicycle, c'est pas beau l'unité retrouvée!

— Arnaud Robinet (@DeputeARobinet) Novembre 28, 2012

 

20h10 : Estrosi dit "non" !

Il y a des moments dans la vie où il faut savoir dire non ! On ne peut pas tout accepter ! #RassemblementUMP

— Christian Estrosi (@cestrosi) Novembre 28, 2012

 

20h00 : Borloo tente de ramener la couverture de son côté

Le président de l'UDI, Jean-Louis Borloo, a refusé mercredi soir sur Europe 1 de commenter la situation à l'UMP. Er revanche, il a pris soin de souligner que l'UDI voulait être "leader" en cas de coalition avec l'UMP. "On est en train de le faire", a indiqué l'ancien ministre.

19h45 : Deux députés des Bouches-du-Rhône rejoignent le RUMP

Valérie Boyer et Guy Teissier, députés UMP des Bouches-du-Rhône, qui avaient soutenu la candidature de François Fillon à la présidence de l'UMP, ont décidé mercredi de quitter le groupe UMP pour rejoindre le groupe RUMP.

19h30 : 71 députés réclameraient que Fillon renonce au RUMP

Bruno Le Maire (UMP) a affirmé mercredi que 71 députés avaient désormais signé l'appel pour que François Fillon renonce à son groupe parlementaire et qu'un comité des sages soit constitué pour un référendum au sein du parti, estimant qu'un "processus" était "en cours". L'appel avait été lancé, à l'initiative des "non alignés" Bruno Le Maire et Nathalie Kosicusko-Morizet, par 50 députés mercredi matin.
 

19h00 : François Bayrou remet en cause la légitimité de la prise de parole de Sarkozy

François Bayrou remet en cause la légitimité de parler de Nicolas Sarkozy qui est membre du Conseil constitutionnel lors de "Questions d'Info" LCP/Le Monde/France Info/AFP : si Nicolas Sarkozy veut"remettre un minimum d'ordre" à l'UMP, il doit pour cela suspendre son appartenance au Conseil constitutionnel. Toutefois, selon l'enquête menée par Marion Brunet du Figaro, l'ancien président n'a pas bafoué son devoir de réserve en intervenant dans le conflit : "D'une part, parce que l'ancien président ne s'est pas exprimé publiquement et, d'autre part, parce que le sujet abordé - le conflit à l'UMP - a peu de chance de se retrouver un jour à la table du Conseil constitutionnel".

18h44 : Un 69e député rejoint le RUMP

Marcel Bonnot, député du Doubs, a rejoint le Rassemblement-UMP de François Fillon. Il n'était pas sur la liste publiée aujourd'hui au Journal Officiel.

18h30 : Première intervention du RUMP la semaine prochaine à l'Assemblée nationale

Le groupe dissident des pro-Fillon annonce que les députés poseront leur première question à l'Assemblée nationale mardi prochain. Cette déclaration tend à prouver que le RUMP n'est pas près d'être dissous.

18h00 : des militants prennent les choses en main

Des "militants de base lancent un appel à l’union" pour "mettre fin à cette crise ridicule" et contraindre François Fillon et Jean-François Copé, à accepter une sortie de crise. Ces militants appartiennent à des fédérations du Doubs, du Territoire de Belfort, et du Jura. "C’est à présent sur le terrain que la mobilisation va s’organiser pour arrêter cette guerre des chefs stupide, et remettre en ordre de marche dans l’union notre mouvement", concluent les artisans de cette initiative.

17h30 : Debord veut reprendre le travail

Valérie Debord, soutien de Jean-François Copé a tweeté que l'UMP allait reprendre le travail avec à sa tête Jean-François Copé. "Nous avons un Président élu, un parti en ordre de marche et des militants prêts pour la reconquête" a-t-elle dit.

16h53 : MAM n'en peut plus...

Michèle Alliot-Marie s'est déclarée mercredi "exaspérée" par la guerre interne à son parti, en soulignant que ce conflit allait renforcer le "rejet" par les Français du "monde politique et médiatique".


Face à la gauche la plus nulle du monde, ne refaites pas la droite la plus bête du monde #UMP reprenez-vous, la France a besoin de nous !

— Nadine Morano (@nadine__morano) Novembre 28, 2012

 

16h35 : Le camp Fillon prend acte

"On prend acte" a expliqué Lionel Tardy, nouveau membre du Rassemblement-UMP. "Notre groupe parlementaire vit, nous avons des réunions ce soir. Comme l'a dit François Fillon, nous n'avons pas à céder à des ultimatums. Nous verrons ce que cela donnera dans les jours qui viennent" a-t-il indiqué;

16h00 : Fin des négociations entre les deux camps, aucun accord trouvé entre Copé et Fillon 

15h40 : Tabarot veut "se mettre au travail"

"François Fillon n’a pas saisi cette proposition. Maintenant nous arrêtons, nous nous mettons au travail", a assuré Michèle Tabarot au siège de l'UMP. "Nous avons des combats électoraux à mener. Nous sommes décidés à avancer. Nous regrettons cette période qui a été difficile mais après de nombreux jours d’attente, nous sommes prêts à nous remettre au travail".

15h30 : Ultimatum rejeté par Fillon

Selon nos informations, François Fillon a rejeté l'offre d'ultimatum de 15h conjointe de Jean-François Copé et des "non alignés" de retirer son groupe parlementaire R-UMP.

15h25 : Copé et Fillon perdent des points...

Selon le dernier baromètre TNS Sofres pour Le Figaro Magazine, Jean-François Copé comme François Fillon perdent des points dans l'opinion publique. L'ex-Premier ministre dégringole de 6 points. Quant au président de l'UMP, il plonge de 4 points.

15h15 : Et si des bulletins avaient... été oubliés ?

#ump il y aurait 600 bulletins de vote des français de l'étranger toujours pas retirés à la Poste . La Cocoe a une bizarre façon de compter!

— Catherine PROCACCIA (@CProcaccia) Novembre 28, 2012

 

 

14h45 : Pour Jacob, "la scission du groupe UMP serait une tragédie"

"Je pense qu'il faut sans délai mettre en place une commission paritaire indépendante en charge de l'organisation du référendum que nous appelons de nos voeux. Simultanément, il est indispensable que chacune et chacun d'entre vous se retrouvent dans un groupe UMP uni et rassemblé", a écrit Christian Jacob aux députés UMP. "La scission du groupe UMP serait une tragédie pour l'opposition parlementaire que nous incarnons depuis 5 mois", a-t-il souligné.

14h20 : les députés pro-Fillon restent financièrement rattachés à l'UMP

C'est ce qu'a indiqué l'un de leurs porte-paroles, Jérôme Chartier. "Sur proposition de François Fillon et à l'unanimité des membres du groupe, tous les rattachements financiers seront faits au profit de l'UMP", a-t-il déclaré lors d'un point-presse à l'Assemblée après une réunion du groupe séparé RUMP.

13h50 : Rachida Dati en a assez (aussi)

"Il est temps de dire 'stop' aux kamikazes irresponsables qui agissent par intérêt personnel en se servant des militants comme prétexte pour refuser leur échec. Leur combat répond à une logique honteuse 'si je tombe, le parti tombera avec moi" écrit Rachida Dati dans un communiqué.

#ump: estce que ça va s'arrêter! On en a raslebol! Fillon, ancien PM calmos! La France tombe!Sors de ton bocal,ça suffit !

— Christine Boutin (@christineboutin) Novembre 28, 2012

 


13h30 : pour Fillon, "on ne cède pas aux ultimatums chronométrés"

"On est ouvert, main ferme mais tendue, mais on ne cède pas aux ultimatums chronométrés de qui que ce soit. Calme, sang froid. Discutons sereinement sans mouvements de menton ni menaces" a dit François Fillon à ses soutiens, rapporte le JDD.fr.

13h10 : Najat Vallaud-Belkacem donne son avis

"C'est affligeant, préoccupant pour la démocratie parce qu'on sait bien, nous, responsables politiques, que nous avons à pâtir de l'image qui est donnée de nous", a jugé Najat Vallaud-Belkacem.

12h50 : Fillon : "Nous ne cèderons à aucun ultimatum"

C'est ce qu'il a déclaré à plusieurs de ses soutiens :

 

Pour l'instant, Fillon sur la ligne : "nous ne céderons à aucun ultimatum, de qui que ce soit" #UMP

— Neila (@Neila) Novembre 28, 2012

 

12h29 : Copé veut le retrait du groupe parlementaire de Fillon, 50 députés aussi

Jean-François Copé a (re)demandé le démantélement du groupe parlementaire de François Fillon, rejoignant la position de Le Maire et de NKM. Cinquante députés UMP demandent aussi à l'ex-Premier ministre de renoncer à son groupe R-UMP à l'Assemblée. Pour Copé, le revote "n’a de sens qu’à partir du moment où François Fillon prend l’initiative d’arrêter le groupe RUMP et renonce à son recours en justice. Sinon c’est le monde à l’envers. C’est ce que je lui ai dit hier. A peine nous étions nous quittés que quelques heures après il a crée un groupe dissident, publié au JO. Les bras m’en sont tombés. C’est pas comme ça qu’on peut avancer

12h12 : Chatel pas d'accord avec Copé ?

Selon le JDD.fr, Luc Chatel aurait pris ses distances avec Jean-François Copé lors du bureau politique du parti. "Je ne peux me résoudre à l'éclatement en direct de ma famille politique, je ne peux me résoudre à voir tous les jours un nouveau groupe parlementaire se créer", a-t-il prévenu. "Mardi, tu as ouvert une porte de sortie" en acceptant le référendum pour un nouveau vote, aurait assuré Luc Chatel à Jean-François Copé. "On ne peut pas imaginer que cette porte de sortie soit refermée. Chacun doit prendre ses responsabilités pour ne pas abandonner cette issue."

12h00 : L'ultimatum des "non-alignés" de l'UMP

Selon BFMTV, NKM et Bruno Le Maire aurait donné jusqu'à ce mercredi 15h00 à François Fillon pour retirer son groupe parlementaire. Nouvel ultimatum envers l'ex-Premier ministre.

11h45 : les copéistes rejettent la proposition de Fillon

"On ne discute pas sous ces conditions-la",explique un copéiste dans le Figaro.fr. "Ça ne marche pas. S'ils veulent aller en justice, qu'ils y aillent." dit-il encore. La proposition de François Fillon d'organiser un nouveau vote des militants en échange du renoncement à créer un groupe parlementaire dissident est donc rejetée. 

11h20 : Pour Bertrand, "pas le droit de faire un bras d'honneur à Sarkozy et aux militants"

"Nous n'avons pas le droit de faire un bras d'honneur à Nicolas Sarkozy et aux militants", a indiqué Xavier Bertrand. L'ancien ministre se positionne pour un nouveau vote pour élire un "président de l'UMP incontestable".

10h57 : les sénateurs veulent revoter

Les sénateurs qui sont plutôt fillonistes voudrait appeler à l'organisation par une direction collégiale d'un nouveau scrutin pour la présidence de l'UMP.

10h45 : Fillon joue l'apaisement

"A la minute où nous trouverons un accord, le groupe dissident sera dissous. Un groupe se dissout plus vite qu'il se crée !" indique François Fillon selon le JDD.fr


Je renouvelle donc ma proposition d’un nouveau vote des militants, dans un délai très court, avec des garanties d'impartialité et d'équité

— François Fillon (@FrancoisFillon) Novembre 28, 2012

 

Dès accord sur les modalités du nouveau vote, mon groupe réintégrera le groupe UMP et je mettrai fin aux procédures judiciaires en cours

— François Fillon (@FrancoisFillon) Novembre 28, 2012

 

10h40 : Sarkozy pourrait parler... à moins que...

Nicolas Sarkozy pourrait rendre public un communiqué, affirme la chaîne info iTélé. France TV Info dément cette information.

INFO i›TÉLÉ / Crise à l'UMP : Nicolas #Sarkozy fera un communiqué dans la matinée. #UMP @itele

— itele (@itele) Novembre 28, 2012

 


10h27 : Guaino parle de "faute morale"

Henri Guaino a défendu Jean-François Copé ce mercredi matin."Je ne vois pas ce que vient faire le groupe R-UMP dans cette histoire qui est un problème de parti", a-t-il déclaré. "Maintenant, chacun doit se calmer", a-t-il demandé. "Cette idée de référendum était une voie de sortie, j'espère qu'elle le reste" conclut-il.

10h11 : Les sénateurs UMP souhaitent rester unis

Isabelle Debré, sénatrice UMP filloniste sur France Info a expliqué qu'elle espérait "que nous (sénateurs UMP) allons préserver l'unité du groupe. Le Sénat est une maison calme, réfléchie, les sénateurs sont des personnes responsables".

10h04 : Jérôme Chartier dit que "rien n'est rompu"

Le proche de François Fillon ne parle pas de scission et reste optimiste sur la situation du parti. "Un groupe parlementaire, ça disparaît plus rapidement que ça n'apparaît. Personne n'a envie de maintenir deux groupes à l'Assemblée nationale" a-t-il ajouté.

9h53 : Laurent Fabius est "lassé" de cette "guerre d'égo"

Laurent Fabius a indiqué ce matin qu'"on ne doit pas en sourire parce que la réalité, c'est que les gens sont très lassés". "On a le sentiment que c'est plutôt une guerre d'ego", a-t-il dit sur France Inter

plus de plateau télé pour parler de l'UMP mais pour parler des préoccupations des Français. C'est le seul sens de mon engagement politique

— Nadine Morano (@nadine__morano) Novembre 28, 2012

 

9h37 : Wauquiez est déçu

"Celui qui dit toujours non prend une lourde responsabilité", a expliqué Laurent Wauquiez. "Cela me déçoit", a dit le député-maire du Puy-en-Velay. "Il ne faut pas qu'on oublie que les militants en ont ras-le-bol".

9h21 : Sarkozy est "atterré"

Nicolas Sarkozy est "atterré par le spectacle des divisions et de désordre" selon Brice Hortefeux qui s'est confié ce mercredi sur RTL. Toujours pour l'ancien ministre, l'ex-président a agi en médiateur "par conviction et non pas par intérêt". Son rôle a été "utile, discret et efficace", juge son ami.

9h10 : Fillon poursuit les manoeuvres

Selon les informations d'Europe 1, François Fillon serait en route vers le Sénat pour tenter d'y rassembler des soutiens à son groupe parlementaire. La majorité des sénateurs de droite sont d'ailleurs considérés comme des "Fillonistes".

Copé c'est l'homme qui fait des doigts à Juppé et Sarkozy mais toujours avec le sourire et la voix en guimauve de l'élève innocent

— Alexis Braud (@AlexisBraud) Novembre 28, 2012

 

 

8h52 : le R-UMP bel et bien officiel

La création du R-UMP, le groupe parlementaire de François Fillon a bien été publiée dans le Journal officiel. 

8h43 : Xavier Bertrand en a "marre"

"J’en ai marre de ce foutoir ! On doit revoter, et vite, le plus rapidement possible, avec une commission indépendante, et des personnalités reconnues pour leur autorité. Il faut aussi un fichier précis des adhérents. Si on vote en mars, on va avoir des mois de bagarre. (...) Je ne suis pas d’accord avec la création d’un groupe parlementaire" a-t-il expliqué sur Europe 1.

8h29 : Et dire qu'Isabelle Balkany se réjouissait...

Comme d'autres personnalités politiques de l'UMP, Isabelle Balkany se félicitait ce mercredi matin dans la presse. "C’est une excellente initiative qui a été proposée par Nicolas Sarkozy et qui me semble la seule valable pour ramener le calme dans le parti. Donner la parole aux militants est le seul moyen de mettre un terme au climat délétère qui pourrit l'UMP", déclarait-elle dans Métro. Elle n'aura pas été écoutée par les deux parties...

8h15 : "c'est Jean-François Copé qui prend et qui assume cette responsabilité" selon Estrosi

"Maintenant, c'est Jean-François Copé qui prend et qui assume cette responsabilité. C'est dommage mais, allez, il y a encore des heures à discuter", a réagi le député-maire de Nice et pro-Fillon, Christian Estrosi, mercredi matin sur sur Europe 1

7h45 : Copé ne fera pas de référendum

"Dans un esprit de rassemblement, j’ai demandé à voir François Fillon pour lui demander de ne pas constituer de groupe et de ne pas aller en justice. Et ce matin, je constate qu’un groupe a été publié au JO. Les conditions ne sont donc pas réunies. Chacun comprend ce qu’il veut comprendre…Je suis élu président de l'UMP. J'ai fait moi-même un recours et j'ai fait un rapport dénonçant des fraudes. J'ai pris des tas d'engagements. J'ai ouvert grand mes bras. Il y a un temps pour tout. Aujourd'hui, les militants sont effondrés. Il est temps que cela s'arrête. Nicolas Sarkozy a fait beaucoup d'efforts. Je vais m'occuper que d'une chose de la présidence de l'UMP. Je vais redevenir le premier militant et le premier opposant à François Hollande".

Résumé de la journée du mardi 27 novembre : 

François Fillon et Jean-François Copé se sont rencontrés dans l'après-midi à l'Assemblée nationale à la demande de Nicolas Sarkozy. Les deux rivaux se sont accordés sur la tenue d'un référendum auprès des militants afin qu'ils décident de revoter ou non pour la présidence du parti. Cependant, les conditions de ce vote ne font pas consensus. François Fillon a réclamé la mise en place d'une direction collégiale du parti "durant la durée des opérations de vote", Jean-François Copé a affirmé qu'il "resterait président" pendant un éventuel scrutin. "Il est hors de question que Jean-François Copé puisse profiter de sa fonction pour piper une nouvelle fois les dés", prévient un proche de l'ancien Premier ministre.

C'est une information révélée par Atlantico.fr, lors de conversations téléphoniques avec Jean-François Copé et François Fillon, Nicolas Sarkozy a menacé les deux hommes de publier, avant la fin de la journée, un communiqué dans lequel il expliquait avoir "honte" de la situation de l'UMP et qui mettrait en doute les capacités d'homme d'Etat des deux candidats. C'est à ce moment-là que Nicolas Sarkozy a suggéré l'idée d'un référendum des militants UMP. Une idée que Jean-François Copé a reprise à son compte.

Alain Juppé s'est dit "favorable à un référendum" pour sortir l'UMP de la crise.

Je suis heureux d'avoir préparé le terrain. Je suis favorable à un référendum et à un nouveau vote. Je veux une sortie de crise.

— Alain Juppé (@juppealain) Novembre 27, 2012

 

 

Le groupe Rassemblement-UMP (RUMP), présidé par François Fillon, a officiellement déposé sa déclaration politique et la liste de ses 68 membres à la présidence de l'Assemblée nationale. Directeur de campagne de François Fillon, Eric Ciotti a assuré que le groupe Fillon réintégrerait le groupe UMP dès qu'un accord serait trouvé.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Révolution en Grande Bretagne : Boris Johnson va interdire la "réparation de l’hymen" !

02.

Anus au soleil : la nouvelle méthode pour être en pleine forme

03.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

04.

Des déchets nucléaires recyclés permettraient d'obtenir des batteries quasi éternelles

05.

LR : ce que le parti devrait retenir de la stratégie sans concession de Rachida Dati

06.

Coronavirus : quand les experts américains en sécurité biologique alertaient sur les risques posés par le laboratoire chinois ultra sensible de… Wuhan

07.

Pourquoi l’indépendance de la justice ne signifie pas que les magistrats ne doivent aucun compte aux Français

01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

03.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

04.

Macron est content, Martinez ronge son frein et Berger engrange les adhésions. Mais la France va mieux ou pas ?

05.

Des déchets nucléaires recyclés permettraient d'obtenir des batteries quasi éternelles

06.

Pourquoi le projet de loi de lutte contre la cyber haine représente une menace aussi grave que la réalité qu’il entend combattre

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

04.

Mais pourquoi la droite semble-t-elle incapable de capitaliser sur le rejet du duel retour Macron / Le Pen ?

05.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

06.

Pourquoi l’indépendance de la justice ne signifie pas que les magistrats ne doivent aucun compte aux Français

Commentaires (45)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Alice .R
- 29/11/2012 - 15:51
Perdant perdant
Quelle leçon sur la nature humaine!
Ou comment transformer deux vainqueurs en perdants perdants .
En campant sur des positions digne d'une cour de récré :
"c'est moi qui ai gagné ,non c'est moi !"
En prenant la France à témoin ,via les médias ,
de leur guerre fratricide ,démonstration nous a été faite
que la politique est un univers pitoyable .
CN13
- 29/11/2012 - 13:23
à Lrt64 :
Le Président Sarkozy n'a nullement l'intention de revenir dans la politique pour se re-faire insulter par les journaux et par les veaux qui les suivent.
Il faut comprendre une chose, c'est très simple. Le Président Sarkozy a des ami(e)s. Ils font appel à lui. Il ne peut pas ne pas les entendre. En tant qu'ami, Il essaie de donner son point de vue. Point. Fillon et Copé sont des adultes. Ce n'est pas dit qu'ils entendront les conseils.
Est-ce que, VOUS, vous écoutez vos voisins ou bien vous faites ce que bon vous semble ?
CN13
- 29/11/2012 - 13:15
à alchimiste13 :
encore une chose : un violeur et un assassin tue, que faites-vous ? allez-vous attaquer et lyncher les victimes de son acte destructeur ?
J'ai remarqué qu'en France, JAMAIS, on ne s'en prends aux auteurs d'actes criminels, de vols ou de fraude, NON, ils mettent en première ligne les victimes.