En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

03.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

06.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

07.

Le Coronavirus, occasion forcée de se "débarrasser" de la mondialisation ? Petits contre-arguments pour ne pas jeter le bébé (de notre prospérité) avec l’eau du virus

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

ça vient d'être publié
pépites > Environnement
Justice
La société Lubrizol a été mise en examen pour "atteinte grave" à la santé et à l’environnement suite à l'incendie de son site de Rouen
il y a 6 heures 57 min
light > Culture
Grande famille du cinéma français ?
45e cérémonie des César : Brigitte Bardot publie un message de soutien à Roman Polanski qui "sauve le cinéma de sa médiocrité"
il y a 8 heures 12 min
light > Economie
Nominations
Nicolas Sarkozy et Guillaume Pepy vont entrer au conseil de surveillance de Lagardère
il y a 9 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Hokusai, Hiroshige, Utamaro. Les grands maîtres du Japon" : splendeurs du Japon à Aix-en-Provence: Les Maîtres de l’époque Edo (1600-1867)

il y a 12 heures 37 min
pépites > Santé
Etat de santé
L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"
il y a 14 heures 47 min
pépites > Santé
Virus en sommeil
Une femme japonaise contracte le coronavirus une seconde fois après avoir été guérie
il y a 17 heures 49 min
pépite vidéo > Politique
Double langage ?
Didier Guillaume arrache le micro d'un journaliste après une question sur l'abattoir Sobeval
il y a 18 heures 46 min
décryptage > Société
Réaction politique

Injustice intergénérationnelle : les dangers d'une génération extorquée

il y a 19 heures 40 min
décryptage > Politique
A mort !

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

il y a 20 heures 30 min
décryptage > Politique
Tri sélectif

Chasse aux ex-LR "trop conservateurs" : le pari politique risqué des LREM à Paris

il y a 21 heures 23 min
pépites > Justice
Centre hospitalier de Mont-de-Marsan
Claude Sinké, l’auteur présumé des coups de feu à la mosquée de Bayonne, est mort
il y a 7 heures 31 min
pépites > Santé
Nouveau bilan
38 cas de coronavirus ont été identifiés en France dont 12 liés au patient infecté dans l’Oise
il y a 8 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Russie et la France, de Pierre Le Grand à Lénine" de Hélène Carrère d’Encausse, de l’Académie française : une mine d’informations sur le passé… avec une trop brève réflexion sur l’avenir !

il y a 12 heures 27 min
pépite vidéo > Santé
Difficultés du monde hospitalier
Emmanuel Macron interpellé par un médecin sur la crise des hôpitaux
il y a 14 heures 6 min
pépites > Justice
"Pendaison" et Ancien Régime
L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon
il y a 16 heures 53 min
pépites > Santé
Coronavirus
Emmanuel Macron à la Pitié-Salpêtrière : "On a devant nous une épidémie" qu'il va falloir "affronter au mieux"
il y a 18 heures 22 min
décryptage > Politique
Réforme(s)

Edouard Philippe, patron de Licence IV, Bruno Le Maire, gérant d’auto-école

il y a 19 heures 22 min
décryptage > Politique
Passage en force

Recours au 49-3 : cet ultime baril de poudre qu'Emmanuel Macron roule dans la fabrique d'allumettes

il y a 20 heures 13 min
décryptage > Défense
Graal du XXIeme siècle ?

Défense : le retard technologique de la France s’accumule

il y a 20 heures 49 min
décryptage > Politique
Casse-tête

Retraites : 49.3, retrait ou "bidouille", quel chemin de sortie de crise serait le moins dommageable pour Macron ?

il y a 21 heures 41 min
© Reuters
© Reuters
Live

EN DIRECT - Présidence de l'UMP : Sarkozy appelle à revoter

Publié le 27 novembre 2012
Jean-François Copé a été confirmé comme président de l'UMP. François Fillon devrait déposer une procédure civile.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-François Copé a été confirmé comme président de l'UMP. François Fillon devrait déposer une procédure civile.
  • La commission nationale de recours (CNR) qui se trouve au centre de la bagarre entre fillonistes et copéistes s'est réuni aujourd'hui au siège de l'UMP. Elle valide la victoire de Jean-François Copé.
  • Les fillonistes ont annonçé en fin de matinée la suspension de leur participation à la commission des recours, qui a malgré tout décidé de poursuivre ses travaux. 
  • Nicolas Sarkozy entre dans la danse. Il estime qu'un nouveau vote serait préférable et déconseille à François Fillon de faire appel à la Justice.
  • Alain Juppé a abandonné sa mission de médiation.
  • François Fillon va saisir la justice pour "rétablir la vérité des résultats".

21h40 : D'après le communiqué, Copé refuserait un second vote

Dans un communiqué aux militants de l'UMP, il affirme : "Le résultat est là. Chacun doit désormais respecter votre vote et les statuts de notre famille politique. C'est la seule voie possible". Il ajoute "Maintenant, il appartient à chacun, en conscience, de prendre ses responsabilités et de choisir. Choisir le pardon plutôt que la division. Choisir le travail en équipe plutôt que les querelles personnelles. Choisir l'avenir plutôt que la rancœur. Moi, devant vous, avec vous, je fais ce choix, sans aucune ambiguïté".

 21h30 : Yves Jégo craque

"Je fais une overdose jusqu'à la nausée, je n'en peux plus, je ne sais plus quoi vous dire", a lâché sur iTélé le député de l'UDI, Yves Jégo au sujet de "la rupture à l'UMP".

21h10 : Sarkozy déconseille la voix judiciaire

L'ancien président de la République déconseille François Fillon de saisir la justice. Il incite à effectuer un nouveau vote.

21h00 : Karoutchi ne craint pas un groupe parlementaire.

Roger Karoutchi, proche de Jean-François Copé, a affirmé lundi que "plus des trois quarts des parlementaires" avaient confirmé leur appartenance à l'UMP et que la création d'un groupe distinct derrière François Fillon, "qui serait très peu nombreux, n'aurait pas d'impact sur la vie politique".

20h45 : Fillon ne s'arrêtera pas tant la vérité ne sera pas rétablie

"Il va de soi que nous (...) n'arrêterons pas là, et que nous obtiendrons par la voie judiciaire la décision qui s'impose", "l'annulation du vote", a déclaré à la presse Me François Sureau, avocat de François Fillon à l'issue d'une audience devant le tribunal des référés de Paris portant sur la communication des documents électoraux. L'avocat entend ainsi "obtenir par la voie judiciaire ce qui n'a pas été possible de faire sous l'empire de la simple raison, s'agissant d'une élection marquée par énormément d'irrégularités" et un "écart de voix très faible entre les candidats". "L'UMP par une espèce de coup de force institutionnel a proclamé des résultats, ce à quoi on s'attendait", a-t-il ajouté. "J'espère que nous obtiendrons la saisie des documents à notre bénéfice afin de pouvoir préparer pour le juge ce travail que les autorités statutaires de l'UMP nous ont refusé", a-t-il dit. Lors d'une audience devant le tribunal des référés à Paris, les deux camps ont semblé s'accorder sur l'accès égal aux documents électoraux. Le tribunal rendra sa décision demain à 10 heures.

20h30 : Benoist Apparu : "Sur le terrain on se fait massacrer par les électeurs"

"Demain il y a la réunion du groupe UMP, c'est-à-dire des députés qui se réunissent. Ils reviennent de leur circonscription où ils ont dû, j'imagine comme moi, se faire insulter tout le week-end", a déclaré ce soir Benoist Apparu sur le plateau du Grand Journal de Canal +. "L'une des solutions peut être, c'est que la base parlementaire dise 'stop! Ça suffit vos conneries. Nous, on se fait massacrer sur le terrain par nos électeurs et par nos militants'", a ajouté l'ancien ministre du Logement dans le gouvernement de François Fillon.
 
"Si la base demain s'énerve profondément, ça peut ramener à la raison les deux protagonistes", a continué Benoist Apparu qui ne s'était engagé pour aucun des deux candidats à la présidence de l'UMP.

20h15 : 16 000 signatures pour revoter

La députée Nathalie Kosciusko-Morizet a réitéré aujourd'hui sa proposition de procéder à une nouvelle élection pour la présidence de l'UMP, revendiquant 16 000 signatures à la pétition "jeveuxrevoter.fr" qu'elle a lancée en début de matinée.

20h02 : Les griefs de Fillon, pas pris en compte par la CNR

La commission des recours de l'UMP a rejeté des demandes formulées par l'équipe de François Fillon sur le déroulement du scrutin du 18 novembre arguant qu'elles ne faisaient "pas l'objet de griefs précis et articulés". Dans les "considérants" de sa décision, la Commission des recours a détaillé avec précision les griefs de Jean-François Copé sur le déroulement du scrutin en Nouvelle-Calédonie, dans l'Aisne, en Meurthe-et-Moselle, en Côte d'Or, à Paris, dans les Alpes-Maritime et dans un bureau de Cannes-Mandelieu. Elle a expliqué que "le courrier que lui a adressé l'ancien premier ministre le lundi 26 novembre contestait 'les conditions, la tenue et les résultats de l'élection interne du président de l'UMP' et mentionnait que (ses) griefs seraient développés devant la commission présidée par Alain Juppé". Elle a indiqué également que ce texte soulignait "spécialement que le résultat des trois fédérations d'outre-mer (Nouvelle Calédonie, Mayotte et Wallis-et-Futuna) n'aurait pas été pris en compte et (...) formulait diverses demandes" mais, sans en préciser la nature. Elle a expliqué cependant ne pas les avoir prises en compte car, les demandes de François Fillon ne faisaient "pas l'objet de griefs précis et articulés, alors même que l'ensemble du matériel électoral (...) conservé sous main d'huissier était tenu à l'entière disposition des candidats". Pour la Commission présidée par Yanick Paternotte (pro-Copé) sont en effet "irrecevables les recours lorsque les griefs sont formulés en termes généraux ou ne sont pas assortis, dans le délai du recours, d'éléments concrets ou des justificatifs permettant d'en apprécier le bien-fondé". Elle a ajouté que "d'éventuels griefs susceptibles d'être présentés ultérieurement devant une commission non prévue par les statuts ne (pourront) prospérer".
 

19h49 : 30 000 voix contestables

Parmi les éléments du recours de François Fillon figuraient 30 000 voix contestables, notamment sur la base de procurations.

19h45 : Les fillonistes discuteront demain de la formation d'un groupe parlementaire distinct

Le député UMP de Paris pro-Fillon Philippe Goujon a confirmé aujourd'hui que les partisans de l'ex-premier ministre allaient discuter de la création d'un groupe parlementaire distinct à l'Assemblée demain, lors de leur réunion autour de François Fillon à partir de 9h30.

19h20 : La décision de la Commission nationale des recours est mise à disposition des parties

 

18h57 : "C'est la "troisième fois que Jean-François Copé annonce ou fait annoncer sa victoire"

Jérôme Chartier, le porte-parole de François Fillon, a estimé ce soir que "l'UMP s'est transformé en 'Fort Chabrol'". "Jean-François Copé a pris la décision de s'enfermer dans une stratégie qui est la sienne, mais qui n'est pas une stratégie ni d'ouverture, ni de rassemblement", a-t-il déclaré. "C'est la "troisième fois que Jean-François Copé annonce ou fait annoncer sa victoire", a ironisé le député.
 

18h50 : Appel à l'unité de 40 députés copéistes et fillonistes

40 députés copéistes et fillonistes - dont David Douillet - ont "appelé à l'unité", par la voie d'un communiqué, après le verdict de la CNR. Ils sont contre un recours en justice contre l'élection de Jean-François Copé. Selon eux, "le recours devant la justice est également un acte définitif qui nous interdirait toute forme de réconciliation. Comme dans toute famille, lorsqu'on demande l'arbitrage du juge, c'est que la conciliation est considérée comme impossible".
 

18h40 : Retour à la case départ selon Juppé

Alain Juppé a commenté les derniers rebondissements à l'UMP. "Je ne veux pas rajouter de commentaires à cette décision. Je pense que rien n'est réglé en fait" a-t-il estimé.

18h27 : "François Fillon se réserve tout moyen pour obtenir un résultat incontestable et incontesté" selon Chartier

Jérôme Chartier a indiqué que ses partisans n'excluaient aucune démarche, y compris un nouveau vote. "L'objectif de François Fillon reste le même : obtenir qu'il ait la proclamation des résultats réels", a-t-il dit à la presse. "François Fillon se réserve tout moyen pour obtenir un résultat incontestable et incontesté et, si les conditions l'obligent, reproduire un vote." affirme le porte-parole du candidat.

18h09 : Fillon n'est (toujours) pas d'accord...

François Fillon dénonce "un coup de force" de Jean-François Copé et récuse à nouveau les résultats.

18h00 : Copé dit avoir "besoin de Fillon"

Jean-François Copé a appelé François Fillon à se rassembler. "Je m'engage à composer un collège avec différentes personnes de notre famille politique, peu importe leur vote, et je propose à François Fillon et à ses proches de participer à ce travail", a déclaré le président de l'UMP. "Nous avons besoin de lui", a-t-il assuré.

17h38 : la délibération du document officiel qui valide l'élection de Jean-François Copé

 

17h30 : Pendant ce temps...

... François Hollande observe. Jean-Pierre Bel, a jugé "un peu curieux" que l'UMP appelle à la rescousse Nicolas Sarkozy pour tenter de sortir de la crise qui menace le parti d'explosion. À la sortie d'un entretien avec François Hollande à l'Élysée, il a dit avoir abordé le sujet avec le chef de l'État, qui s'est montré, selon lui, "très réservé" sur le sujet: "il constate" 

17h20 : Copé vainqueur avec 952 voix d'avance

La Commission nationale des recours devrait annoncer la victoire de Jean-François Copé à la présidence de l'UMP, avec 952 voix d'avance sur son rival. La Commission a invalidé les bureaux de Nice et de Nouvelle-Calédonie.

17h15 : les fillonistes dénoncent encore

Le camp de François Fillon accuse ses adversaires copéistes "d'avoir bourré les urnes avec 30.000 procurations"

16h40 : Résultats à 17h00 

"Les travaux de la commission des recours sont terminés", selon l'un des membres de la commission, qui précise que l'annonce du résultat est attendue à 17h00, selon les informations de BFMTV. 

16h05 : Une procédure civile lancée par Fillon ?

Selon Me Sureau, François Fillon va déposer une procédure civile. "Cette élection est entachée par des fraudes et des irrégularités massives", elle a donné "des résultats extrêmes ténus" et la "commission des recours est totalement incompétente pour statuer puisque cinq de ses membres sur neuf, et son président, ont appelé à voter en faveur de Copé", a déclaré l'avocat de l'ex-Premier ministre. "La règle classique" dans un tel cas "est qu'on fait une nouvelle élection", a-t-il ajouté.
 

15h55 : Sarkozy n'interviendra pas publiquement

Selon l'agence Reuters, Nicolas Sarkozy n'a pas prévu d'intervenir publiquement. "Il est très préoccupé par la situation de l'UMP, il suit cette situation au plus près dans une volonté d'apaisement. Il écoute, il entend, il est disponible pour ceux qui veulent le voir et lui parler", a-t-on souligné dans son entourage. Mais il n'est pas dans un rôle de médiateur. "Ce n'est pas le prolongement de la mission d'Alain Juppé. Il n'est pas prévu qu'il intervienne publiquement", a-t-on indiqué.

15h36 : Estrosi appelle à revoter

"Comment être légitime quand les conditions d'organisation du vote ont empêché des milliers de militants de pouvoir voter et ont entraîné beaucoup d'irrégularités que l'on se jette à la figure ?", estime Christian Estrosi. "Comment être légitime quand le trésorier du parti démissionne en dénonçant l'utilisation abusive des moyens du parti par l'un des candidats?", ajoute le maire de Nice, en allusion au départ un peu plus tôt lundi de Dominique Dord.

Dans le froid, les journalistes attendent donc la déclaration de la CNR devant le siège de l'UMP... twitter.com/AlexLemarie/st…

— Alexandre Lemarié (@AlexLemarie) Novembre 26, 2012

 

14h50 : Rencontre terminée entre Fillon et Sarkozy

François Fillon et Nicolas Sarkozy se seront entretenus durant une heure et demie. Aucune indiscrétion n'a filtré pour le moment.

Nicolas Sarkozy "écoute et entend", mais "il n'est pas prévu qu'il intervienne publiquement" : bit.ly/TdRVlg

— Antoine Bayet (@fcinq) Novembre 26, 2012

14h10 : Conférence de presse de l'équipe Fillon à 17h30

Le député UMP Jérôme Chartier tiendra une conférence de presse au nom de l'équipe Fillon à 17h30 à l'Assemblée nationale. 

13h45 : Réplique juridique de Copé

Lundi après-midi, le camp de Jean-François Copé va demander à la justice une annulation de l’ordonnance de François Fillon, selon les informations d’Europe 1.

En attendant, tout ça vire au juridico-technique... Limite si on s'ennuie pas #UMP

— Bastien Hugues (@bastienhugues) Novembre 26, 2012

13h05 : Le nom du gagnant connu dans quelques heures...

La commission des recours va proclamer le nom du vainqueur cet après-midi, selon des proches de Jean-François Copé.

12h45 : Marine Le Pen parle de "faux président"

Maine Le Pen a confié à Atlantico.fr son sentiment sur la situation à l'UMP. "Jean-François Copé et François Fillon sont irrémédiablement discrédités et illégitimes dans la direction de l'UMP. La légitimité ne doit pas seulement s’acquérir dans son propre camp, mais surtout à l'égard de ses concurrents et de ses adversaires. Quelle sera la légitimité de quelqu'un que l'on va appeler des mois et des mois "Monsieur le faux président de l'UMP" nous a-t-elle expliqué.

12h30 : Démission du trésorier de l'UMP

Dominique Dord, soutien de François Fillon, a annoncé sa démission au "Dauphiné Libéré".

Dominique Dord annonce sa démission du poste de trésorier de l'UMP. Filloniste, il ne veut pas "cautionner cette mascarade"

— Gwendal Perrin (@GwendalPerrin) Novembre 26, 2012

12h20 : Sarkozy a appelé Copé

Nicolas Sarkozy et Jean-François Copé ont eu "une longue et chaleureuse conversation téléphonique" ce lundi à 11h30, soit avant le déjeuner que l'ancien chef de l'Etat doit avoir avec François Fillon, a indiqué l'entourage de Copé.

11h54 : L'huissier repart du siège de l'UMP

L'huissier venu saisir les documents électoraux à la demande du tribunal de Paris a quitté le siège de l'UMP. Un journaliste du Monde.fr présent sur place indique que l'huissier de justice mandaté par ordonnance s'appelle Denis Calippe.

11h43 : Dominique Paillé, proche de Borloo tacle Copé

Sur RFI, Dominique Paillé a indiqué "nous avons un homme qui se comporte un peu comme le faisait Bokassa il y a quelques années. C'est-à-dire 'je me proclame empereur et puis tout autour de moi, tout est monté pour confirmer ce sacre, ce sont mes amis qui vont entériner ma victoire'.

11h08 : Un député filloniste refuse la scission

Soutien de François Fillon, Damien Meslot, député du Territoire de Belfort et secrétaire national de l’UMP a dit refuser l'idée d'une scission. "La scission au sein du groupe impliquerait une explosion de notre mouvement et ce serait le meilleur cadeau que l’on pourrait faire à l’extrême droite. En pratiquant, ainsi, on abandonnerait durablement le pouvoir aux socialistes" prédit-il.

10h52 : Fillon passe à l'action

François Fillon a demandé la "saisie à titre conservatoire" des données électorales du scrutin controversé du 18 novembre pour la présidence de l'UMP, et des huissiers ont été mandatés à cette fin au siège du parti.

10h40 : même lui ne comprend plus rien à l'UMP...

AH BRAVO L'UMP !!!!!!! :(((((RT @officielmv C'est fini , je suis convaincu , la politique de droite ou de gauche je n'y crois plus !

— Christophe Carron (@krstv) Novembre 26, 2012

10h05 : Bruno Le Maire veut stopper la "bataille de chiffonniers"

Pour Bruno Le Maire, la"bataille de chiffonniers médiocre et indigne", entre deux personnes qui veulent toutes deux "devenir président de la République" doit s'arrêter. L'ancien ministre a estimé sur Canal+ que la "seule façon" de sortir de la crise, "c'est qu'on déconnecte totalement la question de la présidence de la République de la question de la présidence de l'UMP". Pour cela, a-t-il dit, il faut que le prochain président "annonce qu'il ne sera pas candidat aux primaires" de 2016.

UMP: Fillon demande "la saisie" des données électorales du scrutin (communiqué)

— Jean-Baptiste Huet (@jbhuet) Novembre 26, 2012

9h34 : Reprise des travaux de la Conar

La commission des recours de l'UMP a repris ses travaux lundi matin, selon un proche de Jean-François Copé.

9h11 : Borloo, le nouvel homme fort de l'opposition

"Je constate l'affaiblissement de l'UMP, et c'est le devoir de l'UDI d'incarner le leadership de l'opposition", a déclaré Jean-Louis Borloo lundi sur France Inter.
 

8h58 : Pour Marine Le Pen, "l'UMP n'existe plus"

Marine Le Pen était sur le plateau de France 2 dans l'émission les "4 vérités". Et la patronne du Front national n'y est pas allée par quatre chemin. "Soit, ils refont l'élection, ce qui serait raisonnable, soit l'UMP constate son décès et à ce moment là créer deux structures", a-t-elle déclaré. "Moi, ce que je dis aux militants de l'UMP, c'est fini, quel que soit la résultat, celui qui dirigera l'UMP n'a aucune légitimité" a ajouté la présidente du FN.

Jean-François #Copé : "nous ne devons pas instrumentaliser Nicolas #Sarkozy" bit.ly/Tpwlgx#UMP

— itele (@itele) Novembre 26, 2012

8h38 : Copé veut concilier les "ambitions personnelles et collectives"

"Alain Juppé a proposé une médiation mais cela ne peut fonctionner car il y a des statuts à respecter. Lors de la réunion que l'on a eue dimanche soir, je leur ai dit qu'on laisse les choses comme elles sont, que c'était à la commission des recours de statuer. Pas à une médiation. C'est un problème juridique. (...) Il n'y a pas eu des fraudes partout. Ce ne serait pas responsable de revoter. Cela n'aurait pas de sens. Il faut qu'on arrive à concilier les ambitions personnelles avec celles qui sont collectives. Il n'y aura ni vainqueur, ni vaincu. J'ouvrirai les bras à tout le monde. Je n'avance avec aucune rancune" a jugé Jean-François Copé.

"Nicolas Sarkozy ne m'a pas appelé. Il ne se mêlera pas de la situation. Il a toujours dit qu'il se mettait en retrait de ce processus. Il y a une règle de droit et il n'a rien à voir avec cela. Le plus important, c'est que l'on se retrouve tous ensemble. Je pense aux militants que j'ai défendus. Je souhaite de tout coeur que François Fillon n'aille pas en justice. Il faut s'arrêter. Les amis de François Fillon doivent accepter qu'il y ait un gagnant autre que lui. Si je suis proclamé une nouvelle fois, il faudra se rassembler. Ce qui nous rassemble est plus fort".

8h32 : NKM et sa pétition

Nathalie Kosciusko-Morizet a estimé que "l’élection était ratée. Aujourd’hui, il y a un problème de légitimité, d’éthique. Après l’échec de la médiation Juppé, il n’y a qu’une seule solution pour préserver l’unité de ma famille politique : c’est de revoter." Donc l’ancienne ministre de l’Ecologie a annoncé avoir lancé une pétition sur Internet intitulée jeveuxrevoter.fr

8h20 : Luc Chatel estime que la décision de Sarkozy "sera la bonne"

Luc Chatel a lui aussi exprimé sa pensée sur le chaos au sein du parti et le rôle que pourrait jouer l'ex-président de la République. "Je ne vois pas très bien Sarkozy intervenir maintenant. Il s’informe depuis longtemps sur le déroulement du scrutin donc il peut écouter, conseiller, et sa décision sera la bonne. J’ai toujours dit qu’il fallait respecter ses choix à venir. S’il veut venir sauver l’UMP, très bien, mais je ne suis pas sur que ce soit sa logique actuelle" a jugé l'ancien ministre.

8h07 : Apparu pense que l'UMP est dans "l'irrationnel"

Pour Benoist Apparu, "l’UMP vit encore, le cadavre bouge encore, mais l’UMP est dans une situation dramatique. Sarkozy a été, comme Juppé, un des deux présidents de l’UMP. Le premier a essayé, donc le deuxième va lui aussi essayer, avec quelques coups de téléphone. Mais la vraie difficulté, c’est que nous sommes dans l’irrationnel",a-t-il indiqué.

8h00 : Guéant pense que Sarkozy ne bougera pas

Invité d'Europe 1, Claude Guéant a indiqué son sentiment sur le rôle que pourrait avoir ou non Nicolas Sarkozy. "Je doute qu'il plonge dans la mêlée. Il a un autre statut qu’organisateur de parti aujourd’hui. Mais il faut en tout cas que l’on trouve une solution. Il n’est pas exclu qu’il fasse un communiqué pour dire qu’il faut mettre un terme à tout cela. Il y a en tout cas des solutions alternatives à un recours en justice", a expliqué l'ancien ministre.

7h45 : Alain Juppé ne veut stigmatiser personne

Alain Juppé était sur RTL ce lundi. Le maire de Bordeaux s'est confié sur la situation à l'UMP. "Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir. Nicolas Sarkozy est le seul à avoir l'autorité suffisante pour sauver le parti de la crise. Il n'y a pas de solution aujourd'hui. (...) J'ai tout fait pour éviter que la querelle aille à l'extérieur du mouvement et qu'il n'y ait pas de plainte en justice. Car cela va aggraver la fracture. Mais là, nous allons vers l'explosion. Recommencer le vote ? Je pense d'abord aux militants et ce serait un traumatisme pour eux de recommencer. Ce qui se passe est dramatique pour l'UMP. Les seuls vainqueurs sont Marine Le Pen, le gouvernement et ceux qui veulent résusciter l'UDF via l'UDI. Il faut trouver un processus qui satisfait les deux parties. (...) 

Dimanche, la réunion était assez tendue entre François Fillon et Jean-François Copé. On ne s'est pas tapé dessus car nous sommes des personnes responsables. Comme on dit en politique nous sommes des amis de 30 ans. (rires).

7h30 : Déjeuner aujourd’hui entre Nicolas Sarkozy et François Fillon

L'Agence France Presse a annoncé que l'ancien président de la République Nicolas Sarkozy déjeunait aujourd'hui avec François Fillon.

 

7h05 Christian Estrosi : "Il faut redonner la parole aux militants !"

Sur BFMTV, Christian Estrosi, soutien de François Fillon, souhaite que soit organisé un nouveau scrutin pour désigner le chef de l'UMP. "Je dis très clairement que je ne veux pas rester dans cette situation. Etre clair, c'est trouver le temps pour que les militants puissent s'exprimer", a-t-il déclaré.
 
 

6h55 : La Commission des recours reprend ses travaux à 9h00

Cette instance chargée d'examiner les "irrégularités" de l'élection à la présidence de l'UMP, avait suspendu ses travaux dans la nuit de dimanche à lundi, peu après 00h15.

 

6h45 : Juppé sur RTL à 07h50, Copé sur RMC à 08h30

L'ancien Premier ministre est l'invité de la radio RTL ce lundi 26 novembre à 07h50. Il sera interrogé notamment par Jean-Michel Apathie. Jean-François Copé sera lui reçu par Jean-Jacques Bourdin de BFM TV et RMC Info à 08h30.

 

Résumé de la soirée du dimanche 25 novembre : 

Alain Juppé a jeté l’éponge, estimant que les conditions de sa médiation pour la présidence de l'UMP entre Jean-François Copé et François Fillon n'étaient "pas réunies" et que, par conséquent, sa mission était "achevée".

Jean-François Copé a répété qu’il attendait la décision de la commission des recours. François Fillon s’en est lui pris à son rival qu’il juge “seul responsable” de la pagaille actuelle. L'ex Premier ministre a décidé de saisir la justice "pour rétablir la vérité".

Je saisirai la justice pour rétablir la vérité des résultats et rendre la parole aux militants.

— François Fillon (@FrancoisFillon) Novembre 25, 2012

La commission des recours a fini d’examiner les demandes faites par Jean-François Copé, elle doit dorénavant se pencher sur celles de François Fillon. La commission devrait statuer dans la journée de ce lundi 26 novembre.

Sur France 3, Jean-François Copé a assuré qu'il tendra "une nouvelle fois les bras" à tous à l'UMP, parti qui "vivra". Il n'accepte que le verdict de la commission des recours, "notre conseil constitutionnel" selon lui. "L'UMP n'est pas au bord de l'explosion", dit-il, mais elle "vit une crise très dure. Nous connaissons à l'évidence une très grande inquiétude les uns et les autres".

Le député filloniste Lionel Tardy souhaite "un groupe indépendant à l'Assemblée Nationale". Il estime que toutes les conditions sont réunies pour qu'il y ait "une scission" au sein du groupe UMP au Palais Bourbon. "Je souhaite qu'au minimum il y ait un groupe différent de celui de Jean-François Copé à l'Assemblée nationale, puisqu'il y a un désaccord complet", a-t-il précisé.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

03.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

06.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

07.

Le Coronavirus, occasion forcée de se "débarrasser" de la mondialisation ? Petits contre-arguments pour ne pas jeter le bébé (de notre prospérité) avec l’eau du virus

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

Commentaires (88)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
quesako
- 27/11/2012 - 00:32
La nuit des longs couteaux ?
ça arrive comme ça.
On n'a plus besoin de tuer physiquement, on tue via les media.
Copé une honte pour la droite FRANÇAISE !
Ne nous demandons pas comment Laval a pu arriver au pouvoir !
Teo1492
- 26/11/2012 - 23:38
Comment mettre de l'huile sur le feu ?
Demandez l'avis de Nicolas Sarkozy...
rudi11
- 26/11/2012 - 23:06
ah bien
au moins, on voit la grande confiance des elus envers le fonctionnement de la justice...

ne pourrait on supprimer tout ce ministere et ses serviteurs ? on reglerait les differends comme en corse...on y gagnerait beaucoup de temps !!