En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Dernier recours

Crise : certains Portugais proposent d'être payés en nature pour leur travail

Publié le 24 juillet 2012
Les Portugais particulièrement touchés par la crise sont prêts à échanger leur travail contre de la nourriture.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Portugais particulièrement touchés par la crise sont prêts à échanger leur travail contre de la nourriture.

António et Lídia sont deux Portugais qui subissent la crise de plein fouet. Désespérés, ils en sont réduits à échanger leur  travail contre de quoi manger. Ils ont témoigné dans Courrier International.

Une situation de semi-esclavage, selon Joaquim Dionísio, avocat spécialiste du droit du travail et membre de la direction du principal syndicat portugais : "On est en train d'assister à une régression civilisationnelle. Avec la crise, les cas de semi-esclavage augmentent",

Le jeune António Santos, 24 ans, a tout perdu : son emploi, son logement… Il a donc déposé des annonces sur plusieurs sites internet, proposant de travailler « gratuitement » : «J'ai vraiment besoin de travailler, même si c'est seulement en échange de nourriture et d'un endroit où dormir", explique le jeune homme, qui a une formation professionnelle en commerce.  Malgré tout, ses propositions restent en général sans réponse…

Même schéma pour Lidia, arrivée d'Angola il y a dix ans, mère de plusieurs enfants et financièrement en détresse depuis l’augmentation des tarifs des transports en commun. Elle a donc publié une annonce en février proposant de s'occuper d'enfants, de personnes âgées, ou de faire du ménage en échange de nourriture. 

Or, ces situations précaires favorisent les dérives des escrocs et autres exploiteurs, selon Fausto Leite, spécialiste en droit du travail : "Les abus sont quotidiens. Dans la pratique, on trouve de tout. Ces cas sont symptomatiques d'un désespoir criant", ajoute-t-il. Selon les derniers chiffres de la Sécurité sociale, près de 300 000 demandeurs d'emploi n'ont pas d'allocations de chômage au Portugal.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

02.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

03.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

04.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

05.

Comme Richard Ferrand, nous appelons à un « sursaut collectif contre la violence ». Oui, mais contre toutes les violences !

06.

Pourquoi le ralentissement économique occidental n'a que peu de liens avec la guerre commerciale sino-américaine

07.

Au Yémen, les Emirats Arabes Unis défendent leurs intérêts... au détriment des Saoudiens

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Greta Thunberg : un voyage à New-York en bateau... mais six vols en avion pour l'organiser

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Decebal
- 25/07/2012 - 01:10
Encore une fournée pour la France
Avec les problèmes économiques dans de nombreux pays la France va encore acceuillir qqs milliers de futurs chômeurs, mais ici on a les moyens d'emprunter !! mais nos frontières sont ouvertes, pas de PROBLEME . si avec tout ça on ne fini pas comme eux dans 5/6 ans c'est qu'une guerre atomique aura détruit la terre. Prions pour une attaque nucléaire
boblecler
- 24/07/2012 - 22:57
ben eux mêmes au portugal ils
ben eux mêmes au portugal ils produisent des voitures et du textile, des chaussures et même de l'industrie lourde
kronfi
- 24/07/2012 - 17:20
et on parle que du portugal...
imaginez
la roumanie
la bulgarie
l'espagne
la grece

etc etc...
tous dans la CE....

qui va payer?