En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Zakaria ABDELKAFI / AFP
Revers pour le gouvernement
Loi anti-casseurs : le Conseil constitutionnel censure l'article sur les interdictions administratives de manifester
Publié le 05 avril 2019
Les Sages viennent de prendre une décision forte sur la loi anti-casseurs. Le Conseil constitutionnel a censuré jeudi un article emblématique de cette loi censée apporter des solutions face aux violences en marge des manifestations des Gilets jaunes.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Sages viennent de prendre une décision forte sur la loi anti-casseurs. Le Conseil constitutionnel a censuré jeudi un article emblématique de cette loi censée apporter des solutions face aux violences en marge des manifestations des Gilets jaunes.

Le Conseil constitutionnel a censuré jeudi un article emblématique de la loi anti-casseurs sur l'interdiction administrative de manifester.

Les Sages ont indiqué que "l'article 3 de la loi visant à renforcer et garantir le maintien de l'ordre public lors des manifestations est contraire à la Constitution".

Christophe Castaner, le ministre de l'Intérieur, et Laurent Nunez, son secrétaire d'Etat, ont pris "acte" de "l’analyse du Conseil constitutionnel, qui en a jugé les conditions insuffisamment précises et encadrées". Ils étudieront les suites à donner à cette décision. 

Emmanuel Macron avait saisi la plus haute juridiction française au sujet de trois articles de la loi anti-casseurs. 

L'article donnant la possibilité au préfet de prononcer des interdictions administratives de manifester a donc été censuré par le Conseil constitutionnel ce jeudi 4 avril. Cette mesure très contestée de la loi anti-casseurs avait été élaborée afin de répondre aux violences commises en marge des manifestations des Gilets jaunes, notamment sur les Champs-Elysées à Paris. 

L'article 3 de cette loi, adoptée le 12 mars par le Parlement, permettait aux préfets de prononcer des interdictions administratives de manifester. Les sanctions prévues pouvaient aller jusqu'à six mois d'emprisonnement et 7.500 euros d'amende. L'article 3 autorisait les préfets à interdire de manifestation "par arrêté motivé" toute personne "à l'égard de laquelle il existe des raisons sérieuses de penser que son comportement constitue une menace d'une particulière gravité pour l'ordre public".

Pour le Conseil constitutionnel, le législateur "a porté au droit d'expression collective des idées et des opinions une atteinte qui n'est pas adaptée, nécessaire et proportionnée".

Le syndicat de police Alliance a en revanche dit "regretter" une décision "qui obère le travail des forces de l’ordre dans leurs missions de maintien de l’ordre public."

Les Sages ont en revanche donné leur accord à deux autres articles controversés. Les deux autres articles, qui autorisent la fouille des sacs et de véhicules dans les manifestations et non loin des sites concernés ainsi que l'article sur la création du délit de dissimulation volontaire du visage puni d'un an d'emprisonnement et de 15.000 euros d'amende ont été validés. 

Le 5 février, un nombre record de 50 députés La République en marche s'étaient abstenus sur cette loi. Le texte avait finalement été approuvé au Sénat le 12 mars. 

Le texte de loi devrait être promulgué prochainement. Il sera donc privé de son article 3. 

Vu sur : Franceinfo
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
04.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
05.
Le paradoxe des sacs plastiques ou quand le remède (de leur suppression) est pire que le mal
06.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
07.
Emmanuel et Brigitte Macron profitent d'un bain de foule au Touquet
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
04.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
05.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
06.
Faut-il craindre l'opération "Revanche pour le Sham" de l'EI
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pharamond
- 08/04/2019 - 17:19
Lettre de cachet
"lettre de cachet..." diable,on ne s'en était pas rendu compte!
GP13
- 08/04/2019 - 11:22
@Benvoyons
La lenteur de la justice est d'ordre conjoncturel.
Donner au préfet un pouvoir discrétionnaire est d'ordre structurel.
Dans une vraie démocratie nul ne peut être privé de liberté sans la décision d'un juge.
alam
- 07/04/2019 - 21:51
Conseil constitutionnel : à gauche toute !
Le droit de manifester et de casser passe avant les droits les plus élémentaires: sécurité des personnes et des biens. On a bien à faire à l 'idéologie de gauche.