En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© GERARD JULIEN / AFP
Sur la même ligne

Nicolas Sarkozy défend Viktor Orbán : "Quand on a des frontières, on doit les défendre"

Publié le 23 mars 2019
L'ancien président français soutient le premier ministre hongrois, suspendu par le Parti populaire européen (droite).
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'ancien président français soutient le premier ministre hongrois, suspendu par le Parti populaire européen (droite).

Le Parti populaire européen, coalition des partis de droite au Parlement européen, a voté à 190 voix pour et 3 contre, mercredi 20 mars, en faveur d’une suspension avec effet immédiat du parti du premier ministre hongrois Viktor Orbán, le Fidesz. Mis à l'écart par ses pairs, il peut néanmoins compter sur son "ami" Nicolas Sarkozy, qui s'est exprimé ce samedi 23 mars lors d'un colloque international sur sur le thème des "migrations".

"On essaye de faire nos différences une force, c’est pour ça que je suis aux côtés de Victor et du Fidesz. L’Europe ne doit pas être sectaire. Personne n’a de leçon à vous donner", a lancé Nicolas Sarkozy. Critiquant Schengen, l'ancien président français a estimé que "quand on a des frontières, on doit les défendre". "On ne peut plus faire de tourisme social en Europe. On ne peut pas aller en Europe pour toucher des allocations. Je suis favorable à ce que les aides sociales ne soient dues qu’à partir de 4 ou 5 années de présence", a-t-il ajouté.

Pour Nicolas Sarkozy, "il faut plusieurs Europe, celle de l’euro qui a besoin de plus d’intégration, celle de Schengen. Et il y a l’Europe de l’Union, qui aujourd’hui s’occupe de beaucoup trop de choses. Elle doit s’occuper du marché commun et de quelques politiques économiques. Tout le reste doit revenir aux États."

Viktor Orbán, depuis son accession au poste de Premier ministre en 2010, s'est positionné contre l'Union européenne à plusieurs reprises, en particulier sur la question migratoire. Mais la goutte de trop pour le PPE est venue d'une campagne d'affichage lancée le 19 février, qui montre Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, ricanant aux côtés du milliardaire américain d’origine hongroise George Soros, en les accusant de soutenir l’immigration en Europe.

Vu sur : L'Incorrect
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

03.

Démence sénile : une nouvelle étude montre qu’il est possible d’agir même en cas d’antécédents familiaux lourds

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

06.

La fête est finie : les constructeurs automobiles obligés de tirer les leçons de la baisse importante de leurs ventes

07.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

05.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

03.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

04.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

05.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 25/03/2019 - 12:49
Sarkosy, le retour?
Pourquoi aller chercher bien loin un improbable sauveur de la droite éplorée alors qu'avec Nicolas Sarkosy, elle en a un dans les starting-blocs, prêt à lui raconter tout ce qu'elle a envie d'entendre et surtout de ne faire qu'une bouchée de Marine Le Pen?
cloette
- 25/03/2019 - 07:49
derrière la tête
Sarkozy n'est pas allé voir V Orban, comme s'il faisait une visite de courtoisie , il a une idée derrière la tête, laquelle ?
Félicie
- 24/03/2019 - 13:13
Courageux et intelligent
Merci M. Sarkosy. Votre courage, votre intelligence et votre compétence nous manquent.
Quant aux sempiternelles rengaines : Qu'a t'il fait .... ? L'intelligence est précisément d'évoluer avec le temps, en fonction des évènements. Quand Sarkosy était au pouvoir, Merkel n'avait pas encore décédé de laisser submerger l'Europe de pseudo réfugiés, et s'il avait été là, il l'aurait certainement retenue. Pour rassurer, une amie allemande me disait récemment : Maintenant ils ne sont plus que 500000 en Allemagne ! Oui, sans doute, ou sont les 500000 autres qui n'ont pas obtenu le droit de rester ? Personne n'a jamais entendu de retours massifs dans leurs pays. Ils sont dans les autres pays d'Europe, qui doivent se débrouiller avec ces clandestins. Merci Merkel, qui a encore le culot de faire la leçon à Orban.