En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© BERTRAND GUAY / AFP
Explosif

Edouard Philippe ouvre un débat houleux en évoquant des "contreparties" aux aides sociales

Publié le 16 février 2019
Le Premier ministre, vendredi, a émis l'idée de demander des "contreparties" aux citoyens en échange du versement d'aides sociales.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Premier ministre, vendredi, a émis l'idée de demander des "contreparties" aux citoyens en échange du versement d'aides sociales.

Il le reconnaît lui-même : c'est un sujet "explosif". Le Premier ministre Édouard Philippe s'est dit favorable à la mise en place de "contreparties" aux aides sociales en France, vendredi lors d'une réunion avec des élus locaux et des dirigeants de PME à Plomordiern (Finistère), dans le cadre du grand débat.

"Qu'est-ce qu'on demande à ceux qui bénéficient de la solidarité, est-ce qu'on demande quelque chose, et si oui, quoi ? À mon sens c'est une vraie belle question politique, c'est pas de la mécanique, c'est pas de la tuyauterie", a-t-il lancé, avant de poursuivre son raisonnement : "Moi, ma conviction, qui est une conviction personnelle, c'est que compte tenu de l'importance de nos mécanismes de solidarité, compte tenu de nos finances publiques, compte tenu de la situation d'un pays qui est en croissance mais qui reste avec un niveau de chômage élevé, il faut qu'on s'interroge sur ces contreparties. Il faut qu'on regarde ce qu'on peut réfléchir avec nos concitoyens comme contrepartie au versement obligatoire. C'est indispensable d'avoir des mécanismes de solidarité pour ceux qui sont dans la difficulté, on est un pays où la solidarité ça compte, il ne s'agit pas de revenir en arrière, il s'agit de s'interroger sur ‘est-ce que cette solidarité, elle peut s'accompagner de contreparties, d'activités, d'activités d'intérêt général ?".

Pour souligner la caractère "explosif" de cette question, Édouard Philippe a rappelé l'initiative polémique du conseil départemental du Haut-Rhin, qui demandait aux allocataires du RSA de faire sept heures de bénévolat par semaine au risque de se voir privés de l'allocation.

Sans surprise, Edouard Philippe a été critiqué pour cette sortie. Sur Europe 1, le député LFI de Seine-Saint-Denis Eric Coquerel a trouvé "sidérant" ce discours qui "décrédibilise notre système de protection sociale, et rend responsables ceux qui sont victimes de la pauvreté ou du chômage".

La porte-parole de la République en marche, Aurore Bergé, est venue à son secours : "Les syndicats, les associations, les partis, les élus locaux, les parlementaires, les ministres et le Premier d'entre eux ont toute liberté pour proposer des solutions pour notre pays. Sinon: à quoi servons nous ?", a-t-elle tweeté. 

A droite, le Premier ministre peut compter sur des soutiens : "S'il arrive à le faire, oui ! Mais je veux lui rappeler qu'on a essayé à plusieurs reprises de le faire, et que c'est plus difficile à faire qu'à dire", a réagi le député LR de Paris, Claude Goasguen, sur France 2.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Si vous pensiez que la dette américaine détenue par la Chine met Washington à la merci de Pékin, ce graphique pourrait vous surprendre

02.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

03.

Un Rugy de perdu, 10 populistes de retrouvés ? Quand les opérations mains propres ne produisent pas la vertu escomptée

04.

A ses ralliés, la République (En marche) pas reconnaissante

05.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

06.

Quand Nelson Mandela rejoignait Johnny Clegg sur scène

07.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

05.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 17/02/2019 - 08:33
Est-ce trop demander
par exemple de faire traverser les enfants avant l'entrée et la sortie des écoles, alors qu'il y a des gens qui sont payés pour le faire? Au lieu de voir six fonctionnaires sur un terre-plein de 10 m2 pour planter des pensées et autres plantes de ce genre; on ne leur demande pas de casser des pierres.
lilasbleu
- 17/02/2019 - 00:10
Evidence
Évidemment qu’il faut exiger une contrepartie à tout argent donné . Nous sommes en faillite , il y a des centaines de milliers de postes non pourvus et on attends...quoi le déluge , mais il est là
Quand on arrive au pouvoir sans programme précis et surtout priorités , on est rapidement dans l’impasse
Il fallait faire un référendum sur nb de parlementaires, dose de proportionnelle ( je suis pour intégrale totale) etc , faire rapidement les réformes difficiles dont celle de la contrepartie travaillée des aides , les lois favorisant embauche et séparation si moins de travail etc et ensuite seulement on supprime ISF( je suis pour la suppression totale et je ne suis pas assujettie à l’ISF). Les gens aisés continuent de quitter la France
Poussard Gérard
- 16/02/2019 - 19:43
Rsa contre travaux
Cest le département du Rhin qui a voulu l'appliquer. ..est il de verser de l'argent sur un compte bancaire sans savoir ce que le bénéficiaire va faire?
6 millions de chômeurs ou inactifs "remuneres" en france et des milliers de poste non pourvus....et des salariés pauvres qui galèrent notre pays manque de politiques courageux