En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
Conditions d'enregistrement
Affaire Benalla : la rédaction de Mediapart dénonce un acte grave et s'oppose à la perquisition dans ses locaux
Publié le 04 février 2019
La rédaction de Mediapart a été visée ce lundi 4 février par une tentative de perquisition dans le cadre de l'affaire Benalla. Ce refus a été justifié car l'enquête préliminaire est "susceptible d'atteindre le secret des sources".
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La rédaction de Mediapart a été visée ce lundi 4 février par une tentative de perquisition dans le cadre de l'affaire Benalla. Ce refus a été justifié car l'enquête préliminaire est "susceptible d'atteindre le secret des sources".

Nouveau rebondissement dans le cadre de l'affaire Benalla. Les locaux de Mediapart ont été visés par une perquisition ce lundi 4 février. Deux procureurs, accompagnés de trois policiers, se sont rendus dans les locaux de la rédaction afin de mener une perquisition à 11h10. Cette perquisition intervient dans le cadre d'une enquête ouverte par le parquet notamment pour atteinte à la vie privée d'Alexandre Benalla et enregistrements illicites. Ces informations ont été communiquées par la rédaction de Mediapart

Cette perquisition fait suite aux "révélations de la semaine dernière". Mediapart a dévoilé, le jeudi 31 janvier, des extraits d'une conversation entre Alexandre Benalla et Vincent Crase, un gendarme réserviste. Les deux hommes apparaissaient sur la vidéo des incidents de la place de la Contrescarpe, en marge des manifestations du 1er mai. L'enregistrement montrait la proximité entre les deux hommes alors qu'ils n'avaient pas le droit de se rencontrer depuis leur mise en examen. Les déclarations d'Alexandre Benalla dans cet enregistrement laissaient entendre qu'Emmanuel Macron soutenait l'ancien chargé de mission de l'Elysée malgré la tourmente médiatique et judiciaire. 

La rédaction de Franceinfo a cité une source judiciaire au sujet de la tentative de perquisition de ce lundi :  

"Le parquet de Paris a été rendu destinataire d'éléments ayant justifié l'ouverture d'une enquête préliminaire des chefs d'atteinte à l'intimité de la vie privée et de détention illicite d'appareils ou de dispositifs techniques de nature à permettre la réalisation d'interception de télécommunications ou de conversations. Dans ce cadre, deux magistrats du parquet, accompagnés d'enquêteurs se sont présentés dans les locaux de Mediapart ce jour afin de saisir les enregistrements diffusés la semaine dernière".

Mediapart a dénoncé sur Twitter un "acte inédit – et particulièrement grave – dans l'histoire de Mediapart".

La loi permet à la rédaction de Mediapart de refuser cette perquisition dans le cadre du secret des sources et lors d'une enquête préliminaire comme l'a précisé le journaliste Fabrice Arfi à Franceinfo et à l'AFP

Le procureur pourrait revenir ultérieurement pour effectuer cette perquisition avec un mandat du juge des libertés et de la détention.

Le parquet de Paris a donc ouvert une enquête pour "atteinte à l'intimité de la vie privée" et sur les conditions d'enregistrement de la conversation entre Alexandre Benalla et Vincent Crase en juillet dernier. 

La rédaction de Mediapart a organisé une conférence de presse ce lundi 4 février sur cette perquisition. Edwy Plenel a précisé qu'il n'était pas présent à la rédaction ce lundi matin à cause de l'affaire Baupin. 

Edwy Plenel s'est étonné que le procureur de Paris n'ait pas d'autres urgences "que de faire cet acte violent rarissime de venir perquisitionner un journal, porter atteinte à une liberté fondamentale". Dans le cadre de cette conférence de presse, Fabrice Arfi a expliqué les conditions de la tentative de la perquisition. Il a rappelé que le journal a utilisé son droit à refuser la perquisition. 

La rédaction de Mediapart s'étonne que le fond du dossier ne soit pas la priorité de l'enquête. Selon le journaliste Fabrice Arfi, la priorité semble être d'identifier la source de Mediapart dans l'affaire Benalla. Le journaliste Antton Rougert a indiqué que la profession entière était menacée.  

Christophe Deloire, le secrétaire général de Reporters sans frontières, a également pris la parole dans le cadre de cette conférence de presse. Il a indiqué que cette affaire était inquiétante et stupéfiante en estimant que le journalisme d'investigation était en danger en France, concernant cette "tentative de violation du secret des sources". 

Vu sur : Franceinfo
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
02.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
03.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
04.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
05.
Cette fâcheuse addiction du monde contemporain à la pornographie émotionnelle
06.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
07.
Notre-Dame et Gilets jaunes : le week-end à hauts risques d'Emmanuel Macron
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 04/02/2019 - 23:10
BenallaGate (suite)
Macron envoie un procureur pour s'emparer de pièces qui le compromettent (et les éliminer), sous le prétexte d'atteinte à la vie privée.
Ce que révèlent ces enregistrements est bien plus grave que ce petit délit, pour Benalla et surtout pour Macron et son entourage.
Une perquisition précipitée dans un journal, sans motif sérieux, sans validation par un juge: la macronie s'affole et accumule les bourdes.
Les moyens utilisés pour cacher les liens réels entre Macron et Benalla laissent supposer qu'il y a du lourd. Mais quoi ?
del1968
- 04/02/2019 - 21:52
Aussi fragile que précieux
Loi sur les fakes news, loi anti casseurs / GL (manifestations libres ... conformément à notre constitution et aux droits de l'homme - anticonstitutionnelle semble-t-il, est-ce pour cela qu'on en parle si peu ? - perquisition chez Mediapart qui sort des révélations gênantes sur Benalla, à mettre en regard avec les poursuites concernant ce dernier et leur diligence.
De trop rares voix s'élèvent comme celle de M. de Courson (https://twitter.com/LCP/status/1090684705371013123) ou celle de M. Taché - mais si je puis me permettre quand on est contre on vote contre, on ne s'abstient pas.
Notre démocratie prendrait-elle des airs de dictature ? Avons-nous oublié que ce régime est aussi fragile que précieux ?