En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© ALAIN JOCARD / AFP
Caillou dans la chaussure

Voyage au Tchad : la colère d’Alexandre Benalla après des "propos diffamatoires" de l'Elysée

Publié le 26 décembre 2018
L'entourage d'Emmanuel Macron avait précisé qu’Alexandre Benalla, l’ancien chargé de mission de l’Elysée, n'était "pas un émissaire officiel ou officieux" de la présidence de la République.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'entourage d'Emmanuel Macron avait précisé qu’Alexandre Benalla, l’ancien chargé de mission de l’Elysée, n'était "pas un émissaire officiel ou officieux" de la présidence de la République.

Alexandre Benalla ne cache pas sa colère. L’ancien chargé de mission de l’Elysée a publié un communiqué ce mercredi 26 décembre. Ce document a été transmis à l'AFP. L'ancien collaborateur du président de la République dénonce des "propos diffamatoires" de "certaines personnes de l'Elysée" après les récentes révélations dans la presse sur un récent voyage au Tchad, quelques jours avant celui d'Emmanuel Macron.

Le Monde et La lettre du continent ont révélé lundi qu'Alexandre Benalla s'était rendu au Tchad, à N’Djamena, en compagnie d’une demi-douzaine de personnes. Ce voyage s’est déroulé au début du mois de décembre. 

Lors de la visite au Tchad, le 22 décembre, Emmanuel Macron et le président tchadien Idriss Déby ont parlé ensemble de cette visite d’Alexandre Benalla.

L’Elysée avait publié un communiqué lundi : 

"Quelles que soient les démarches qu'entreprend M. Benalla, il n'est pas un émissaire officiel ou officieux de la présidence de la République. S'il se présentait comme tel, il est dans le faux".

Alexandre Benalla a donc tenu à réagir ce mercredi. 

"Je suis particulièrement choqué et scandalisé par les propos irresponsables tenus par 'l'Elysée', sous-entendant que j aurais dans le cadre de mes déplacements en Afrique pu me prévaloir d'une fonction, d'un titre, ou d'un pouvoir aux fins de démarchages professionnels. Ces propos sont d'autant plus méprisables qu'il est de notoriété mondiale que je n'exerce plus aucune fonction depuis le 1er août 2018".

L’ancien chargé de mission a qualifié ces propos de "diffamatoires", "calomnieux" et "irresponsables". 

"Je ne peux pas accepter de tels propos prononcés par certaines personnes de l'entourage du président de la République dont le seul objectif est de me salir. Ce sont des propos diffamatoires et calomnieux, pour lesquels je vais charger mes avocats de saisir le Procureur de la République. Certaines personnes au plus haut sommet de l'Etat souhaitent me faire taire ou me neutraliser".

Alexandre Benalla a précisé que "l'ensemble des frais concernant ce voyage a été pris en charge par le chef de cette délégation"

"Je suis allé au Tchad, accompagnant une délégation économique étrangère dans le cadre d'investissements qu'ils vont effectuer sur place, l'ensemble des frais concernant ce voyage à été pris en charge par le chef de cette délégation. Je tiens à préciser que j'ai tenu informé la plus haute autorité française de l'ensemble de mes déplacements à l étranger, et de leur nature."

Alexandre Benalla a indiqué à BFMTV qu’il n’était pas au courant du déplacement du président de la République au Tchad : 

"C’est un concours de circonstances. Je ne savais pas que le président de la République se rendait au Tchad quelques jours plus tard. Je fais des missions de consultant. Tout ce que je fais est légal. Je ne peux pas changer mon nom. J’ai une notoriété qui me dépasse. Je n’ai pas voulu cette notoriété."

Vu sur : BFMTV
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Guillaume Larrivé à droite toute ; François-Xavier Bellamy refuse d’enfoncer Wauquiez après les européennes ; Ziad Takieddine nie toute "machination" contre Nicolas Sarkozy ; Benjamin Griveaux ou les ravages de la transparence (anonyme)

02.

Si vous pensiez que la dette américaine détenue par la Chine met Washington à la merci de Pékin, ce graphique pourrait vous surprendre

03.

Finale de la CAN : cinquante nuances de troubles de la visibilité (identitaire) en France

04.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

05.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

06.

Rentrée sous pression : pourquoi la mi-mandat pourrait être fatale pour l’unité de la LREM

07.

Un Rugy de perdu, 10 populistes de retrouvés ? Quand les opérations mains propres ne produisent pas la vertu escomptée

01.

Cap sur 2011

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

05.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

03.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

François de Rugy a démissionné

06.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
siber95
- 28/12/2018 - 17:37
Délégation économique étrangère ?
"Je suis allé au Tchad, accompagnant une délégation économique étrangère " ... Mais dites moi, il ne travaillait pas à l'Elysée comme adjoint au directeur de cabinet il y a 6 mois ?
Il a cotoyé au plus près le chef de l'état, a eu toutes les habilitations secret défense possibles. Et maintenant il travaille pour un pays étranger, sans que personne ne trouve rien à y redire ? Tout en utilisant son passeport diplomatique français ....
Cela ressemble beaucoup à de la trahison
cloette
- 28/12/2018 - 08:44
là franchement
on n'y comprend plus rien . Comment Benalla simple quidam garde du corps, peut-il aller discuter contrats avec des présidents africains ?
spiritucorsu
- 27/12/2018 - 00:27
L'épeé de Damocles;
On croyait le feuilleton achevé,les protagonistes,plutôt embarrassés par tous ces épisodes politico-romano-judiciaires,faisant depuis un moment déjà profil bas,soucieux de ne pas dégrader davantage une image personnelle désormais en lambeaux.C'était sans compter sur l'absence de toute vergogne de ce personnage sulfureux,l'ami,le confident,peut-être plus du monarque dont la faveur avec tous les avantages et privilèges lui était encore acquise voici peu.Les démêlés et les ennuis judiciaires qui normalement auraient mené à la case prison tout autre citoyen lembda,n'ont en rien affecté ni touché cet ancien serviteur zélé,aujourd'hui disgracié,mais certainement détenteur de très lourds secrets pour le moins embarrassant pour son ancien maître,qui dans ces conditions ne peut que dénoncer sa proximité avec ce trouble personnage,faute de pouvoir,épée de Damocles oblige le réduire au silence et mettre un terme à ses magouilles et affaires en tous genres.Aujourd'hui,le roi est nu,Jupiter est redevenu,ce qu'il a toujours été:un simple mortel.