En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© MENAHEM KAHANA / AFP
Ça déménage

Israël : après le cessez-le-feu avec le Hamas, le ministre de la Défense claque la porte avec fracas

Publié le 14 novembre 2018
Avigdor Lieberman, le ministre de la Défense israélien, a remis sa démission à Benjamin Netanyahou pour exprimer son désaccord avec la politique sécuritaire du pays, qu'il estime trop laxiste.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avigdor Lieberman, le ministre de la Défense israélien, a remis sa démission à Benjamin Netanyahou pour exprimer son désaccord avec la politique sécuritaire du pays, qu'il estime trop laxiste.

C'est la couleuvre de trop à avaler. Le ministre de la Défense israélien, Avigdor Lieberman, a démissionné de ses fonctions ce mercredi 14 novembre, au lendemain d'un accord de cessez-le-feu passé avec les groupes palestiniens de la bande de Gaza, rapporte Le Figaro. Il accuse le chef du gouvernement de "faiblesse face aux terroristes".

Netanyahou jugé trop conciliant

Après que des dizaines de roquettes ont été tirées depuis la bande de Gaza vers Israël mardi soir, l'aviation israélienne a frappé des positions palestiniennes, notamment le bâtiment de la télévision du Hamas, Al-Aqsa TV. Des dispositifs non explosifs ou de faible puissance ont été préalablement employés par Tsahal pour signifier aux civils d'évacuer les lieux. On compte au total trois morts côté palestinien et plusieurs blessés côté israélien. Un accord de cessez-le-feu avait été passé dans la soirée.

De quoi susciter l'ire du ministre de la Défense israélien, également chef de file du parti ultranationaliste Beitenou, qui exigeait une opération militaire d'envergure contre le Hamas. Benjamin Netanyahu, quant à lui, s'est positionné en faveur d'une désescalade des violences et souhaite trouver d'autres options qu'une offensive aérienne massive ou une invasion terrestres de Gaza pour tenter de mettre fin aux violences, qui ont déjà fait plus de 200 morts depuis sept mois.

La goutte d'eau qui fait déborder le vase

Avant de remettre sa démission, Avigdor Lieberman a réclamé l'organisation d'élections législatives anticipées, afin de solder les divergences qui immobilisent la droite israélienne. En effet, le Premier ministre dispose d'une majorité fragile au parlement israélien, la Knesset. Avant cet ultime désaccord au gouvernement, Avigdor Lieberman avait déjà réclamé sans succès en septembre l'évacuation par la force du camp bédouin de Khan al-Ahmar en Cisjordanie. Il s'était également opposé en octobre à la livraison de carburant par le Qatar pour alimenter la centrale électrique de Gaza et avait dénoncé le versement la semaine dernière par un diplomate qatari de 15 millions de dollars en espèces à destination des fonctionnaires du Hamas. Il avait estimé qu'Israël était là "complice du financement des terroristes" qui menacent le pays.

Vu sur : Le Figaro
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Marie-E
- 14/11/2018 - 20:33
Je suis pour Netanyahu depuis
Je suis pour Netanyahu depuis fort longtemps. Cependant devant la situation catastrophique du sud d'Israël depuis des années et surtout depuis mars et les essais de compromis de Netanyahu et de Tsahal avec les terroristes enragés du Hamas, je comprends presque Lieberman.
Mais je pense que Netanyahu a d'autres soucis en tête comme le Hezb et l'Iran.
Mais bon attendons en espérant que ça se calme pour les populations civiles du sud. Je vois beaucoup de solidarité sur les réseaux sociaux pour inviter des familles. Ce n'est pas que je ne voudrais pas mais vu la proximité du Hezb je pense que peu viendraient.
Marie-E
- 14/11/2018 - 20:33
Je suis pour Netanyahu depuis
Je suis pour Netanyahu depuis fort longtemps. Cependant devant la situation catastrophique du sud d'Israël depuis des années et surtout depuis mars et les essais de compromis de Netanyahu et de Tsahal avec les terroristes enragés du Hamas, je comprends presque Lieberman.
Mais je pense que Netanyahu a d'autres soucis en tête comme le Hezb et l'Iran.
Mais bon attendons en espérant que ça se calme pour les populations civiles du sud. Je vois beaucoup de solidarité sur les réseaux sociaux pour inviter des familles. Ce n'est pas que je ne voudrais pas mais vu la proximité du Hezb je pense que peu viendraient.