En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© FREDERICK FLORIN / AFP
"Made in Italy"
Rejet du budget italien : Angelo Ciocca, député de la Ligue, piétine les documents de Pierre Moscovici
Publié le 24 octobre 2018
Afin de protester contre la décision de la Commission européenne, un député de la Ligue a essuyé sa chaussure sur les notes de Pierre Moscovici.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Afin de protester contre la décision de la Commission européenne, un député de la Ligue a essuyé sa chaussure sur les notes de Pierre Moscovici.

Un nouveau coup d'éclat est venu symboliser les tensions entre l'Union européenne et l'Italie. Angelo Ciocca, le député européen de la Ligue, a eu un geste fort afin d'exprimer son mécontentement face à la décision de la Commission européenne de rejeter le budget italien, une première dans l'histoire de l'Union européenne. Le député italien a littéralement retiré sa chaussure pour écraser les notes du commissaire européen aux Affaires économiques et financières, Pierre Moscovici. 

Angelo Ciocca a posté la vidéo de ce geste de protestation sur Twitter : 
 
"A Strasbourg, j'ai marché (avec une semelle fabriquée en Italie) sur la montagne de mensonges que Moscovici a écrite sur notre pays. L'Italie mérite le respect". 
 
Pierre Moscovici a répliqué sur les réseaux sociaux : 
 
"Ceux qui écrasent des textes et des décisions à coup de chaussure ne respectent ni les règles, ni les institutions, ni la démocratie. Ils ne respectent même pas leur fonction".
 
Alors que Pierre Moscovici finissait son intervention à Strasbourg, Angelo Ciocca s’est donc glissé jusqu'à la tribune avant de s’emparer des notes du commissaire européen, incrédule. Angelo Ciocca s'est alors déchaussé et a essuyé sa semelle contre les documents.
 
Le précédent gouvernement italien de centre gauche avait promis un déficit public de 0,8% du PIB en 2019. La coalition populiste au pouvoir en Italie prévoit dorénavant d'atteindre 2,4% l'an prochain. La dette publique, à 131% du PIB, sera ramenée à 126,5% en 2021.
 
Le budget a donc été rejeté par la Commission européenne. A la suite de cette décision, le ministre de l’Intérieur italien, Matteo Salvini, s'est également emporté : "Ils ne sont pas en train de s'attaquer à un gouvernement mais à un peuple." 
 
Le bras de fer ne fait donc que de débuter entre l'Italie et la Commission européenne. 
 
 

A #Strasburgo, HO CALPESTATO (con una suola Made in Italy!!!) la montagna di BUGIE che #Moscovici ha scritto CONTRO il #NostroPaese !!! L’Italia merita RISPETTO e questi #EuroImbecilli lo devono capire, non ABBASSIAMO PIÙ LA TESTA !!! Ho fatto bene ??? pic.twitter.com/Dx5OeM0RMs

— Angelo Ciocca (@AngeloCiocca) 23 octobre 2018

Je croyais qu’il s’agissait d’un agent du Parlement, qui récupérait mes notes. Non, c’était un député! Ceux qui écrasent des textes et des décisions à coup de chaussure👞 ne respectent ni les règles, ni les institutions, ni la démocratie. Ils ne respectent même pas leur fonction

— Pierre Moscovici (@pierremoscovici) 23 octobre 2018
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
02.
Comment Donald Trump est en train de se sortir des soupçons qui pèsent sur lui d'une collusion entre la Russie et sa campagne électorale de 2016
03.
Et les pays qui participent le plus à l’extension des forêts sur la planète sont…
04.
Le coffre-fort d'Alexandre Benalla aurait été déplacé par Chokri Wakrim, le compagnon de l'ancienne cheffe de la sécurité du Premier ministre
05.
François Ruffin craint d’être visé après les perquisitions chez Mediapart et La France Insoumise
06.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
07.
Le mystère de la chambre (d’écho des Gilets) jaune(s)
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Il faut détruire Jean-Luc Mélenchon et le secret de l’instruction avec…
03.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
04.
Laeticia Hallyday s'ennuie à L.A; Johnny Depp craque pour la fille d'un vieux pote; Dany Boon veut que vous sachiez qu'il est amoureux (pour vous faire oublier ses impôts); Nicolas S. & Carla B. qu'ils étaient à Venise pour leur anniversaire de mariage
05.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
06.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
03.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires