En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
Social Justice Warrior
Discours de la Mutualité : « les discours de haine que nous connaissons sont les fruits de nos égoïsmes»
Publié le 13 juin 2018
Emmanuel Macron s’est exprimé à la Mutualité à Montpellier, lors du 42e Congrès de la Mutualité Française. Son discours portait sur l’avenir du modèle social français, pour lequel il prévoit d’importantes transformations.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron s’est exprimé à la Mutualité à Montpellier, lors du 42e Congrès de la Mutualité Française. Son discours portait sur l’avenir du modèle social français, pour lequel il prévoit d’importantes transformations.
Les principales annonces : 
 
  • Le minimum vieillesse augmentera de 30 euros en janvier 2019.
  • Une loi de réforme des retraites sera présentée au début de l’année 2019. Elle ne remettra pas en cause le système par répartition avec solidarité intergénérationelle. 
  • Une autre loi sera présentée en 2019, elle concernera le risque de dépendance, et visera à réformer et financer la prise en charge de personnes dépendantes. 
  • Une paire de lunettes remboursée intégralement tous les deux ans pour chaque Français.
 
 

Le Président de la République était attendu, surtout depuis sa sortie très spontanée et crue de la veille. Il avait alors déclaré que le modèle social français coûtait énormément de « pognon ». Les termes utilisés cette fois-ci étaient beaucoup plus conventionnels :

"Justice sociale, solidarité, dignité, ce sont les engagements républicains (...). Nous continuons à promettre à chaque Français ses droits fondamentaux (...) mais dans les faits, ce que nous constatons c'est que tous les jours l'effectivité de ces droits est remise en cause" 

L’idée défendue par le Président était de renverser l’idée selon laquelle son gouvernement allait détruire le système social. Il a mis en avant sa volonté de redistribuer les richesses qu’il compte créer. 

"C'est le malentendu que je voudrais commencer à lever devant vous : je n'ai pas le sentiment que quand on redresse l'économie on soit contre le modèle social. C'est produire pour pouvoir redistribuer"

Le Président a souhaité mettre en avant la situation critique du système social actuel, incapable selon lui de mener sa mission à bien. 

« Notre Etat-Providence ne garantit pas suffisamment les conditions d'une vie digne. C'est cela que je veux pour ce quinquennat : une vie digne (…) Notre système est efficace, mais il prévient mal. »

Le Président a dès lors fixé un cap autour de trois principes : la prévention, l'universalité, la dignité ».

"Notre mission, c'est de renouer avec cet esprit, de ne pas avoir peur du changement. Car la société a changé. Nous avons cédé à l'adoration des totems".

En refusant de continuer à alimenter l’Etat providence issu de 1945, il a défini trois grands défi pour la protection sociale contemporaine :

"La solution n'est pas de dépenser toujours plus d'argent (...). La question est de regarder en face trois grands défis : la santé, l'âge et l'exclusion".

Pour réduire les coûts et rendre le système actuel efficace, Emmanuel Macron a affirmé qu’il fallait se débarrasser du « trop grand nombre d'actes inutiles, la sur-médication » que la France connait par rapport à ses voisins. 

Il a aussi dénoncé le trop grand nombre de régimes de retraite et le manque de confiance dans le système actuel en place : 

"Nous dépensons beaucoup pour notre système de retraite. Nous n'avons pas réussi à reconstruire la confiance de nos concitoyens dans la durée : certains pensent qu'ils n'auront pas de retraite. La défiance s’est installée car nous avons 42 régimes de retraite"

Le Président a ensuite donné un tour plus politique, faisant de la situation de pauvreté engendrée par notre système social « déshumanisé » le responsable de la montée des « discours de haine ». Interpellé par des personnes présentes dans l’assistance, le Président a aussi affirmé être « prêt à discuter » des questions de fiscalisation des mutuelles. Est venu ensuite le temps des annonces : 

« Le minimum vieillesse a augmenté de 30 euros au 1er janvier dernier et augmentera de 30 euros au 1er janvier prochain. Et j'entends déjà les murmures dans la salle : rares sont les personnes au minimum vieillesse qui payent la CSG à taux plein. Donc c'est uniquement du pouvoir d'achat qu'ils ont gagné. »

Autre dossier, celui des retraites :

"Un euro cotisé devra donner pour tous les mêmes droits. C'est la clé pour retrouver la justice et la confiance dans le système. Une loi [de réforme des retraites] sera présentée au début de l'année 2019 et votée au premier semestre 2019. Ce ne sera pas une énième réforme budgétaire."

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
02.
Changement climatique : Alexandria Ocasio-Cortez déclare que "le monde touchera à sa fin dans 12 ans"
03.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
04.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
05.
Pourquoi Oxfam se trompe de combat (et passe totalement à côté de ce qui se passe dans les pays développés)
06.
Ce biais statistique qui explique pourquoi la redistribution en France est loin d’être aussi efficace qu’on le croyait pour corriger les inégalités
07.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
07.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
04.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
05.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 13/06/2018 - 19:31
ha ha Assou
C'est bien vrai, c'est un "bourge" !
assougoudrel
- 13/06/2018 - 19:27
@Cloette
Combien de fois Ganesha nous a dit qu'il allait en vacances en République Dominicaine. Quand je le lui rappelé, il m'a sorti un bobard, qu'il avait pris un avion-social via le Canada et qu'il a mangé une soupe chinoise dans un gobelet pour 2 euros. La soupe chinoise, il la mange dans de la porcelaine Ming.
cloette
- 13/06/2018 - 19:01
abonnés d'Atlantico
Ganesha en fait partie ! Il se décrit donc, car on a remarqué qu'il en fait des descriptions détaillées, vases chinois , et rejet des pauvres ...