En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© TIZIANA FABI / AFP
La nuit porte conseil

Italie : le président Sergio Mattarella s'accorde un délai de réflexion pour le choix de Giuseppe Conte

Publié le 21 mai 2018
Le chef de l'État italien Sergio Mattarella a besoin de réfléchir au choix du Mouvement 5 étoiles (M5S) et de la Ligue pour la présidence du Conseil. Cette information a été dévoilée ce lundi 21 mai, en début de soirée, selon une source proche des services du président italien.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le chef de l'État italien Sergio Mattarella a besoin de réfléchir au choix du Mouvement 5 étoiles (M5S) et de la Ligue pour la présidence du Conseil. Cette information a été dévoilée ce lundi 21 mai, en début de soirée, selon une source proche des services du président italien.

La décision finale ne devrait donc pas être formellement officialisée dans la soirée du lundi 21 mai. Le président italien Sergio Mattarella s'accorde un délai de réflexion afin de trancher la question sur la nomination de Giuseppe Conte. 

Sergio Mattarella a reçu ce lundi les différents chefs de file du Mouvement 5 étoiles et de la Ligue. Luigi Di Maio et Matteo Salvini ont suggéré de confier à Giuseppe Conte la mission de former un gouvernement de coalition. Conte est un professeur de droit à l'université. Ce membre du Mouvement 5 étoiles est âgé de 54 ans. 
 
Sergio Mattarella n'a donc pas encore convoqué Giuseppe Conte pour le nommer à la présidence du Conseil. Le chef de l'Etat italien a demandé à rencontrer mardi les présidents des deux chambres afin de faire le point sur la situation et sur les prochaines étapes cruciales pour la démocratie italienne.
 
Cette coalition "anti-système" fait craindre le pire à l'Union Européenne. La possibilité d'une sortie de l'Italie de la zone euro, les positions de la Ligue et du Mouvement 5 étoiles sur la dette, sur l'économie italienne ou bien encore sur l'immigration donnent des sueurs froides à de nombreux parlementaires à Bruxelles et à des dirigeants européens, 
 
Le ministre de l'Economie français, Bruno Le Maire, a dévoilé ce dimanche 20 mai dans le cadre de l'émission "Le Grand Rendez-vous", l'état d'esprit des dirigeants européens face à la coalition annoncée en Italie.
 
"Si le nouveau gouvernement prenait le risque de ne pas respecter ses engagements sur la dette, le déficit, mais aussi l'assainissement des banques, c'est toute la stabilité financière de la zone euro qui serait menacée".
 
Le contrat de gouvernement en Italie, passé entre la Ligue et le Mouvement 5 étoiles, devrait permettre d'appliquer des mesures fortes à l'avenir grâce à cette alliance inédite. Un revenu de citoyenneté, une "flat tax", le renvoi massif de migrants ou même le scénario d'un "Italexit" pourraient être mis en oeuvre dans les mois et les années à venir. 
Vu sur : Lu sur Le Figaro
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

02.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Comment St Gobain est devenu le Google français de la transition énergétique

05.

Greta Thunberg : un voyage à New-York en bateau... mais six vols en avion pour l'organiser

06.

Grand est le désespoir de Donald (Trump) : Greta (Thunberg) a été d’une cruauté sans pareille avec lui.

07.

Les relations entre frères et soeurs : un lien primordial

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

En deux siècles, les forêts ont doublé en France et voici pourquoi

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
thierry_st_malo
- 22/05/2018 - 14:26
Et voilà !
Je l'avais bien dit pas plus tard que dimanche, que ce n'était pas fait ! ils sont fabuleux, ces Italiens ! Cela dit, moi aussi je suis europhobe ! Il fallait faire quelque chose d'européen, c'est sûr, mais PAS COMME ÇA !!!
lima59
- 21/05/2018 - 23:41
Chacun pour soi
Cette coalition fait craindre le pire à la commission de Bruxelles. Mais elle donne un espoir fou , a une partie des peuples Européens, qui en ont ral le bol de se faire dicter des lois par des technocrates. Je souhaite que les 2 mouvements aient la force d'aller jusqu’à la rupture. Il n'y a jamais eu autant de concurrence entre les pays européens, au niveau économique, fiscal etc. Arrêtons de nous leurrer.
pitron67
- 21/05/2018 - 23:24
bis répétita
t'en as pas marre de raconter toujours la même chose !!!!tu nous les gonfles