En direct
Best of
Best Of
En direct
© ERIC FEFERBERG / AFP
Avis
Hollande sur la condamnation de Cahuzac : "La sanction est exemplaire"
Publié le 15 mai 2018
L'ancien ministre du Budget a été condamné par la cour d'appel de Paris à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis, assortis de 300 000 euros d'amende et de 5 ans d'inéligibilité. En raison des aménagements de peine possibles, il devrait échapper à la prison.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'ancien ministre du Budget a été condamné par la cour d'appel de Paris à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis, assortis de 300 000 euros d'amende et de 5 ans d'inéligibilité. En raison des aménagements de peine possibles, il devrait échapper à la prison.

Ce mardi 15 mai, Jérôme Cahuzac a été condamné par la cour d'appel de Paris à quatre ans de prison, dont deux avec sursis, assortis de 300 000 euros d'amende et de cinq ans d'inéligibilité. La cour l’a jugé coupable de fraude fiscale sur la période 2009-2011 et de blanchiment de fraude fiscale pour la décennie 2003-2013. Elle a également établi sa culpabilité pour déclaration mensongère ou incomplète de son patrimoine quand il était ministre. Toutefois, en raison des aménagements de peine possibles, il devrait échapper à la prison.

"Si j'ai un regret c'est de ne pas l'avoir écarté plus tôt"

En visite à Périgueux pour la promotion de son livre, Les leçons du pouvoir, François Hollande s'est exprimé sur la condamnation de son ancien ministre du Budget, jugeant la "sanction exemplaire". "La justice devait passer parce que l'acte était grave", a indiqué l'ancien chef de l'État. "Grave d'exercer une responsabilité, et notamment au ministère des Finances, alors qu'il y avait une fraude. Grave, parce qu'il y avait eu mensonge. Mensonge à mon égard, mensonge à l'égard de la représentation nationale. Grave parce qu'il s'agissait d'un homme public qui devait être exemplaire. À partir de là, la sanction, celle qui a été prononcée par la justice, elle est exemplaire (...)", a-t-il poursuivi.

Dans son ouvrage, il affirme n'avoir "aucun regret sur ce qu'a été (s)on attitude". Il reconnaît également "qu'il aurait dû" faire partir son ministre du Budget dès le début de l'enquête en 2013. "J'avais dit à Cahuzac que j'attendais qu'il dise très clairement ce qu'était la vérité et il ne l'a pas dite. Et non seulement il avait menti au président de la République, au Premier ministre, mais à la Représentation nationale, c'est-à-dire à l'Assemblée nationale qui l'écoutait et voulait savoir ce qu'était la réalité de ces fameux comptes", a expliqué François Hollande. Et d'ajouter : "Donc c'était extrêmement douloureux de voir un homme qui avait des compétences, sans doute beaucoup de talents, qui mentait effrontément et qui donc devait subir les foudres de la justice et être écarté. Si j'ai un regret c'est de ne pas l'avoir écarté plus tôt".

 

Vu sur : Lu sur Europe 1
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
02.
5 indicateurs de la (faible) culture démocratique du gouvernement
03.
Auto-positionnement politique des Français : le sondage qui montre l’ampleur de la crise existentielle vécue par la droite
04.
Gilets jaunes : les états-majors des grandes entreprises imaginent trois scénarios de sortie de crise possibles
05.
Alain Finkelkraut étrille Marlène Schiappa après ses propos sur la Manif pour tous
06.
Le mystérieux contrat de 7,2 millions d'euros décroché par Alexandre Benalla
07.
Pour la mairie de Paris, la capitale serait sale à cause du réchauffement climatique
01.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
02.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
03.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
04.
Etat providence, immigration et Gilets jaunes : l’étude américaine explosive qui révèle la nature du dilemme politique français
05.
Le mystérieux contrat de 7,2 millions d'euros décroché par Alexandre Benalla
06.
5 indicateurs de la (faible) culture démocratique du gouvernement
01.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
02.
Ces lourdes erreurs politiques qui fragilisent la lutte contre l’antisémitisme
03.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
04.
Antisémitisme: voilà pourquoi je n'irai pas manifester le 19 février
05.
Auto-positionnement politique des Français : le sondage qui montre l’ampleur de la crise existentielle vécue par la droite
06.
Derrière les faits divers dans les Ehpad, la maltraitance que l’ensemble de la société française inflige à ses vieux
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
domdom99
- 16/05/2018 - 15:06
Ce qui manque a l'ENA
c'est deux heures de cours pendant le cursus ou ils apprendraient a fermer leurs grandes gueules...juste deux heures....on peut toujours rever!!!!
Atlante13
- 16/05/2018 - 11:18
Exemplaire?
vous voulez dire routage degueule, oui. Car ce monsieur qui prend 4 ans, avec 2 ans de remise de peine immédiate (? c'est quoi ça?), et ne doit plus que 2 ans qu'il ne fera jamais, vous trouvez ça exemplaire? Moi ça me fait plutôt penser à une association de malfaiteurs.
J'accuse
- 16/05/2018 - 11:17
Condamné à rien, c'est effectivement exemplaire
Ce jugement est un message à tous les fraudeurs, surtout s'ils sont de gauche: "allez-y gaiment, vous ne risquez rien". Et 5 ans après, vous vous représentez à un mandat (Sénat ou UE); et qui sait ? peut-être que vous pourriez redevenir ministre un jour, le temps que ça se tasse et que le peuple oublie. Comme pour Juppé; comme pour Fabius.