En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© CHRISTOPHE SIMON / AFP
Fin d'année universitaire
Nanterre, Toulouse, Tolbiac : Le point sur la situation dans les universités à l'approche des examens
Publié le 02 mai 2018
Après le mouvement de contestation étudiante, les universités de Toulouse, Nanterre et Tolbiac sont confrontées à de nouvelles difficultés à mesure que les examens approchent.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après le mouvement de contestation étudiante, les universités de Toulouse, Nanterre et Tolbiac sont confrontées à de nouvelles difficultés à mesure que les examens approchent.
La grande majorité des universités à travers l'Hexagone organise actuellement des périodes d'examens ou s'apprête à le faire dans les toutes prochaines semaines. Certains sites particulièrement perturbés, dans le cadre de la contestation étudiante contre la loi ORE sur la réforme de l'accès à l'université, traversent actuellement une phase de transition qui ne va pas rassurer les étudiants les plus studieux de ces campus universitaires en question.  
 
Le tribunal administratif de Toulouse, saisi en référé par le syndicat UNI et quatre étudiants, a ordonné, ce mercredi 2 mai 2018, le déblocage de l'université de Toulouse II Jean-Jaurès. Les locaux de l'université étaient bloqués depuis le 6 mars.
 
Un communiqué a été publié par le tribunal administratif de Toulouse. "Le magistrat désigné a constaté que l'occupation des locaux depuis le 6 mars 2018 avait engendré des dégâts et des détériorations (...) et que l'accès au site de toute personne non gréviste était impossible". Selon  cette nouvelle décision, la direction de l'université pourra "faire usage de son pouvoir de police administrative afin de faire libérer l'accès".
 
De leurs côtés, les étudiants de Nanterre se sont réunis en assemblée générale ce mercredi 2 mai. Ils ont voté la reconduite du blocage de l'université jusqu'à lundi prochain. Ils ont fait planer une nouvelle menace de report des partiels, normalement prévus cette semaine. 
 
Selon des informations du Figaro, 1 444 personnes présentes à l'AG se sont prononcées en faveur du blocage. 351 participants à l'AG ont voté contre. Ce vote crucial a été organisé au premier jour de la rentrée après dix jours de vacances. La plupart des débats ont concerné l'organisation des partiels, censés se dérouler du 2 au 18 mai sur le campus. Les examens de mercredi à Nanterre avaient déjà été reportés par la présidence de la faculté afin de permettre à l'assemblée générale de se tenir.
 
L'université de Nanterre est entièrement bloquée et occupée par des étudiants opposés à la loi Orientation et réussite des étudiants (ORE) depuis plus de deux semaines. Ils considèrent cette réforme comme une sélection à l'entrée des universités.
 
En raison de dégradations liées à son occupation, les locaux de la faculté de Tolbiac ne peuvent pas accueillir les examens du second semestre. Les partiels ont donc été délocalisés à Rungis. La direction de la faculté a loué plusieurs salles. Les étudiants en économie, en histoire et en histoire de l’art vont y passer leurs examens pendant deux semaines. Ce nouveau site entraîne des complications pour les étudiants dans les transports. Ils ne seront d'ailleurs pas aidés par la SNCF avec les perturbations prévues dans le RER dans la journée du jeudi 3 mai. Les enseignants de l’UFR de géographie considèrent que les conditions ne sont pas toujours pas réunies pour que les examens se déroulent sereinement. Ils ont donc décidé d’annuler l’examen et de le remplacer par une note de contrôle continu.
 
Vu sur : Lu sur BFM TV
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
02.
François Ruffin craint d’être visé après les perquisitions chez Mediapart et La France Insoumise
03.
Le mystère de la chambre (d’écho des Gilets) jaune(s)
04.
Psychologie de la Saint Valentin : attention au danger psychologique d’un abus de romantisme
05.
Le coffre-fort d'Alexandre Benalla aurait été déplacé par Chokri Wakrim, le compagnon de l'ancienne cheffe de la sécurité du Premier ministre
06.
Et les pays qui participent le plus à l’extension des forêts sur la planète sont…
07.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Il faut détruire Jean-Luc Mélenchon et le secret de l’instruction avec…
03.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
04.
Laeticia Hallyday s'ennuie à L.A; Johnny Depp craque pour la fille d'un vieux pote; Dany Boon veut que vous sachiez qu'il est amoureux (pour vous faire oublier ses impôts); Nicolas S. & Carla B. qu'ils étaient à Venise pour leur anniversaire de mariage
05.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
06.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
03.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
04.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 02/05/2018 - 20:44
Nombre d'étudiants à Nanterre = 32000!...
Nombre d’etudiants à l’AG = 1444, soit 4,5% du total des étudiants. Ceux qui ont voté la poursuite de la grève sont moins de 3,4% du total des étudiants, soit l’exacte proportion de militants trotskystes et fascistes rouges dans toutes les sociétés...sauf que la plupart des sociétés démocratiques n’acceptent pas qu’une base fasciste et minoritaire dicte sa loi au plus grand nombre...