Fermeture
François Hollande ne veut pas d'ouverture
Publié le 19 avril 2012
Le candidat du PS choisira un Premier ministre de gauche.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le candidat du PS choisira un Premier ministre de gauche.

François Hollande a partiellement répondu aux spéculations autour de son Premier ministre éventuel. Ce matin sur RMC, le socialiste a refusé de donner un nom, mais a affirmé "avoir une idée".

Une chose est sure, le Premier ministre sera de gauche : "Je suis socialiste. Je suis de gauche. Il n'y aura pas d'ouverture", a affirmé le favori des sondages.

De fait, Jean-Luc Mélenchon a déclaré exclure " par honnêteté " de participer à un gouvernement socialiste. Un point de vue qu'il croit partager avec les communistes : "Il y a peu de raisons de penser que les communistes aient envie d'aller dans un gouvernement", a déclaré le leader du Front de Gauche ce matin sur France2.

Pour lui, les soutiens du Front de Gauche "ne supporteraient pas d'avoir fait tous ces efforts pour ensuite se retrouver avec leur bel outil, le Front de Gauche, emmistouillés dans une combine gouvernementale où pour trois strapontins, on renonce à tout ce à quoi on a cru".

En revanche, Jean-Luc Mélenchon a estimé "normal" que les écologistes souhaitent y participer, eux qui ont, selon lui, "tout sacrifié à quelques sièges aux législatives que vont leur donner les socialistes".

Vu sur : Lu sur Le Point
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
02.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
03.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
04.
Un pognon de dingue pour Notre-Dame de Paris ? Oui, car l'Homme ne vit pas que de pain
05.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
06.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
07.
Près d'un milliard d'euros de dons pour Notre-Dame : une occasion en or pour repenser le lien entre sens de la dépense publique et consentement à l'impôt
01.
Procès Chirac
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
oui
- 19/04/2012 - 15:56
hollande la presse étrangere
The New York Times, plutôt classé à gauche de l’échiquier politique américain, a publié un article sur François Hollande. Comparé à un « pudding au caramel », le candidat socialiste est décrit comme « un personnage politique de seconde zone » dénué de charisme. Si les journalistes
Le journaliste commence par dresser un portrait au vitriol de François Hollande « malgré un régime de pré-campagne », il « a l’air légèrement négligé » et ne fait toujours pas le poids. Reprenant la phrase de Martine Aubry, l’article explique qu’au sein même de son camp politique, Hollande est considéré comme une « couille molle ».
Le très sérieux New York Times revient ensuite sur le bilan politique ridicule de Hollande. Présent à l’élection grâce au prétendu viol de DSK, Hollande s’était même fait doubler par sa propre femme pour la course à la candidature de 2007. Homme politique depuis des décennies, Hollande « n’a jamais été responsable du moindre portefeuille ministériel », ce qui en fait un amateur. Pour le journaliste américain, il a uniquement ses chances grâce à la sarkophobie française. Hollande « n’a pas le cran » pour être un sérieux président.
oui
- 19/04/2012 - 15:52
hollande la presse étrangere
The New York Times, plutôt classé à gauche de l’échiquier politique américain, a publié un article sur François Hollande. Comparé à un « pudding au caramel », le candidat socialiste est décrit comme « un personnage politique de seconde zone » dénué de charisme. Si les journalistes

Le journaliste commence par dresser un portrait au vitriol de François Hollande « malgré un régime de pré-campagne », il « a l’air légèrement négligé » et ne fait toujours pas le poids. Reprenant la phrase de Martine Aubry, l’article explique qu’au sein même de son camp politique, Hollande est considéré comme une « couille molle ».

Le très sérieux New York Times revient ensuite sur le bilan politique ridicule de Hollande. Présent à l’élection grâce au prétendu viol de DSK, Hollande s’était même fait doubler par sa propre femme pour la course à la candidature de 2007. Homme politique depuis des décennies, Hollande « n’a jamais été responsable du moindre portefeuille ministériel », ce qui en fait un amateur. Pour le journaliste américain, il a uniquement ses chances grâce à la sarkophobie française. Hollande « n’a pas le cran » pour être un sérieux président.
Vincennes
- 19/04/2012 - 15:14
Ce que veut surtout Hollande : LA PLACE et qqu'en soit le prix
Même pas élu, il voit déjà comme se débarasser du "Figaro"!!
Cela en dit long sur la façon dont il envisagerait de gouverner en verrouillant les Médias (déjà aux 3/4 à sa botte) et attention aux "méchants"qui oseraient dire du mal de lui et de sa copine.... qui elle, actuellement, refuse tout interview, téléphone aux Journalistes qui osent critiquer son chéri....fait preuve d'un ostracisme, comme relayé dans "deshabillons les" sans oublier les mails incendiaires qu'elle envoit à Hollande même en cours d'émission comme relayé par Ardisson.
Elle ne veut pas qu'on parle d'elle alors qu'il serait normal que les Français la connaissent un peu mieux? de quoi a t'elle peur??
De toutes les façons, ça commence à "fuiter" et les médias ont encore 15 jours car après il serait trop tard!!!! "motus et bouche cousue" comme avec Mitterand, DSK, les "affaires PS" tout cela seraient ensevelli pour au moins 5 ans par ces chers Médias