En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© Reuters
Out

L'Union européenne demande au Royaume-Uni d'accélérer le Brexit

Publié le 28 février 2018
Un point semble particulièrement poser problème, celui de l'Irlande du Nord.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un point semble particulièrement poser problème, celui de l'Irlande du Nord.

Michel Barnier, négociateur en chef de l'Union européenne sur le dossier de sortie du Royaume-Uni a présenté une proposition de traité validant le Brexit et traduisant juridiquement les accords trouvés en décembre dernier entre les deux parties. 

"Si nous voulons réussir cette négociation, et je veux la réussir, nous devons accélérer" a-t-il affirmé, rappelant que l'horloge tourne et que le Brexit doit légalement survenir dans désormais 13 mois (le 30 mars 2019). 

Une partie du texte a été présentée, et elle est particulièrement sensible : elle concerne la frontière entre l'Irlande du Nord, qui fait parti du Royaume-Uni, et l'Irlande, membre de l'UE. Sur ce point, la réaction de la Première ministre britannique a été claire : elle a affirmé devant le Parlement ne pas vouloir remettre en cause l'intégrité territoriale de son pays, alors que se profile le retour d'une "frontière dure" entre le Royaume-Uni et l'Irlande. 

L'UE souhaite désormais que la frontière soit faite au-delà de la zone nord-irlandaise, ce qui signifierait pour le Royaume-Uni une partition du territoire nationale, un compromis inacceptable pour le gouvernement de Theresa May, qui s'est expliquée :

"Le projet d'accord publié par la Commission, s'il est mis en oeuvre, nuirait au marché commun britannique et menacerait l'intégrité constitutionnelle du Royaume-Uni en créant une frontière douanière et réglementaire en mer d'Irlande. Aucun Premier ministre britannique ne l'acceptera"

 L'Irlande et le parti Sinn Fein (indépendantiste) de Belfast poussent le leur côté pour que soit reconnu ce compromis.  

D'autres détails, comme les droits des expatriés ou la question du divorce provoquent une certaine division parmi le parti Conservateur, et font que les tensions entre les différentes parties sont de plus en plus nombreuses.

 
Vu sur : Lu sur Le Point.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

05.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

03.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

04.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

05.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerint
- 01/03/2018 - 18:00
Tout est bon pour se venger de l'Angleterre
Vivement que d'autres pays s'extraient aussi de cette UE, quitte à en recréer une plus sympathique.
vangog
- 28/02/2018 - 23:05
Aïe, aïe, aïe! C’est l’UE qui exige une frontière??????
Alors que l’UE a cassé toutes les frontières préservatrices d’identité et de créativité, en UE et hors d’UE, cette marâtre aigrie exige soudain le rétablissement d’une seule frontière, celle entre l’Irlande et l’Angleterre...comme une vengeance contre Albion qui la quittât perfidement...pleine de fiel et d’aigreur, cette UE!