En direct
Best of
Best of du 03 Novembre au 09 Novembre 2018
En direct
© Michel Spingler / POOL / AFP
Immigration
Emmanuel Macron à Calais : "En aucun cas, nous ne laisserons se reconstituer une 'jungle'"
Publié le 16 janvier 2018
En visite à Calais, le chef de l'État a défendu sa politique migratoire.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En visite à Calais, le chef de l'État a défendu sa politique migratoire.

Dans son discours prononcé ce mardi à midi, à Calais, Emmanuel Macron a rappelé son engagement à combattre l'immigration illégale. "Tout est fait pour que le passage illégal au Royaume-Uni ne soit pas possible. Calais ne doit pas être une porte d'entrée dérobée vers l'Angleterre", a-t-il déclaré, ajoutant qu'"en aucun cas", le gouvernement ne laissera "se reconstituer une 'jungle' à Calais". "L'enjeu fondamental est d'assurer la sécurité du port de Calais et du tunnel sous la Manche", a lancé le chef de l'État devant les forces de l'ordre réunies à la caserne de gendarmerie mobile. Et d'ajouter : "Nous devons assurer l'ordre républicain".

Une "prime exceptionnelle de résultat" en 2018 pour les forces de l'ordre

Alors que deux associations d'aide aux migrants de Calais ont porté plainte contre X pour "destruction" et "dégradation" de "sacs de couchage, duvets, bâches et tentes" qu'elles avaient "prêtés" aux migrants, Emmanuel Macron a dénoncé des "manipulations" et des "mensonges" dans les critiques sur les forces de l'ordre à Calais. "La République se doit de reconnaître la dignité de chacun. L'exemplarité se traduit dans le respect absolu de la déontologie policière", a indiqué Emmanuel Macron, assurant que "si manquement il y a, les sanctions seront prises." Le chef de l'État a annoncé une "prime exceptionnelle de résultat" en 2018 pour les forces de l'ordre affectées dans le Calaisis. "Soyez fiers de votre action", a-t-il lancé aux fonctionnaires

>>> À lire aussi : (Tentatives de) contrôle de l’immigration : Emmanuel Macron dans les pas de ses prédécesseurs

En outre le président de la République a mis en garde les associations pro-migrants : "Lorsque des associations encouragent des femmes et des hommes à rester là, elles prennent une responsabilité immense". "Rester à Calais, se fabriquer des abris de fortune, constitue une impasse. L'alternative est claire, elle passe par des centres d'hébergement où chaque cas sera étudié", a-t-il précisé, appelant toutes les associations à la responsabilité dans leur action vis-à-vis des migrants.

Des réponses spécifiques de la part des Britanniques

Emmanuel Macron a aussi assuré que l'accès à la nourriture et aux repas pour les migrants sera pris en charge "mais dans l'ordre républicain". Il est également revenu sur les législations européennes. "Nous devons nous donner tous les moyens pour une convergence de nos législations européennes", a-t-il déclaré. Et d'ajouter : "Nous devons ramener le délai de procédures de demande d'asile, de 18 mois en moyenne aujourd'hui, à 6 mois, comme le font nos voisins européens." "Nous devons faire plus pour permettre une intégration plus rapide. Le volume de cours de français doit être porté à son maximum." In fine, Emmanuel Macron a appelé la Grande-Bretagne à apporter son soutien dans la crise des migrants. "Je souhaite que nous puissions aussi avoir, de la part de nos amis britanniques, des réponses spécifiques sur ce sujet".

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
"Les filles bien n'avalent pas" ! C'est le titre d'un des livres de Marlène Schiappa…
02.
L'Italie prépare une bombe capable de faire exploser l'Europe et de lui faire perdre sa souveraineté politique
03.
Pourquoi les nouveaux iPhones vous coûteront le double du prix que vous pensez payer si vous en changez
04.
L'initiateur de #sansmoile17... est salarié de LREM
05.
Bruxelles : si l’Italie veut vivre son aventure populiste, ce sera sans l’Union européenne
06.
33 000 morts dues aux bactéries résistantes aux antibiotiques : faut-il limiter drastiquement les prescriptions ?
07.
Maggy Biskupski ne sera plus jamais en colère...
01.
"Les filles bien n'avalent pas" ! C'est le titre d'un des livres de Marlène Schiappa…
02.
L'Italie prépare une bombe capable de faire exploser l'Europe et de lui faire perdre sa souveraineté politique
03.
Pourquoi les nouveaux iPhones vous coûteront le double du prix que vous pensez payer si vous en changez
04.
L'initiateur de #sansmoile17... est salarié de LREM
05.
Bruxelles : si l’Italie veut vivre son aventure populiste, ce sera sans l’Union européenne
06.
33 000 morts dues aux bactéries résistantes aux antibiotiques : faut-il limiter drastiquement les prescriptions ?
07.
Maggy Biskupski ne sera plus jamais en colère...
01.
Radicalisation en prison : pourquoi l'Etat reste-t-il le "premier recruteur de Daech" ?
02.
Tunisie : Human Rights Watch dénonce des arrestations pour "homosexualité"
03.
#DansMaRue : l’application de la mairie de Paris qui promeut le retour de la délation
04.
Semaine d'itinérance mémorielle : bien maigre retour sur investissement pour Emmanuel Macron
05.
Le retour d’une Marine Le Pen gonflée à bloc ?
06.
Brexit : et si Theresa May était un génie méconnu
01.
Extension de la PMA : faux sujet de bioéthique mais vraie question de filiation
02.
Edouard Philippe : "On ne va pas annuler les hausses de carburant"
03.
Nicolas Mathieu décroche le Goncourt pour "Leurs enfants après eux" et Valérie Manteau obtient le Renaudot pour "Le Sillon"
04.
L’Etat social, 25 ans après Maastricht : une ambition en péril
05.
"Les secrets du vin" : à déguster sans modération
06.
Maastricht : la désillusion de Philippe Séguin suite à la trahison de la droite la plus libérale et face au climat de "terrorisme intellectuel" dans les médias
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 16/01/2018 - 20:26
Réponses Brtanniques
A mon avis il va avoir la réponse typique: piss off...
Beredan
- 16/01/2018 - 19:44
Encore un effort , Macron !
Après les magistrats , douche froide pour certaines associations pro-migrants qui sentent le pactole leur échapper ...
J'accuse
- 16/01/2018 - 18:58
Le vrai problème de Calais: les associations
Les associations ne prennent pas "une responsabilité immense", elles violent la loi -avec de l'argent public puisqu'elles sont subventionnées- en encourageant des clandestins à venir et à rester à Calais dans la clandestinité, pour tenter de franchir illégalement la frontière. Si elles n'étaient pas là, la nouvelle se répandrait vite que Calais est une impasse et qu'il est inutile d'y aller. Il ne resterait à évacuer qu'une poignée de paumés.