En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Reuters
Polémique
Christophe Castaner critiqué pour ses propos sur les SDF qui "refusent d'être logés"
Publié le 30 décembre 2017
Le président de LREM, très critiqué, estime qu'il n'y a "rien de nouveau" dans ses propos, "à part la volonté polémique de certains".
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président de LREM, très critiqué, estime qu'il n'y a "rien de nouveau" dans ses propos, "à part la volonté polémique de certains".

"Je ne veux plus d'ici la fin de l'année avoir des femmes et des hommes dans les rues, dans les bois", avait déclaré Emmanuel Macron fin juillet à Orléans lors d'un discours sur l'accueil des migrants. A la veille de la Saint-Sylvestre, alors que 200.000 personnes sont encore dans la rue selon RTL, il va sans dire que la promesse n'a pas été tenue, loin de là.

Le président de LREM, Christophe Castaner, a néanmoins choisi de voir le verre à moitié plein et a vanté, vendredi, les efforts accomplis dans ce domaine. "La promesse de l’Etat, c’est de garantir des places d’accueil et vous avez, à l’heure où je vous parle, encore des places d’accueil disponibles en Ile-de-France et dans les grandes villes. Peut-être pas assez, il faut un peu de temps pour améliorer cela", a-t-il expliqué vendredi au micro de BFM TV.

Promesse de Macron pour les sans-abris: "Des femmes et des hommes, dans le cadre des maraudes, refusent aussi d'être logés" selon Castaner pic.twitter.com/jen1HznygA

— BFMTV (@BFMTV) 29 décembre 2017

Il a ajouté : "Ensuite, il y a des hommes et des femmes qui refusent aussi, dans le cadre des maraudes, d’être logés parce qu’ils considèrent que leur liberté – et je n’ai pas à juger de savoir si c’est bien ou pas – les amène à ne pas être en sécurité, à l’aise, dans ces centres".

Des propos tenus aussi par Julien Denormandie, le secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Cohésion des territoires : "Quand [les associations] vont à la rencontre des personnes, il y en a beaucoup qui refusent de venir avec eux, il y en a beaucoup qui préfèrent ne pas avoir un hébergement d'urgence et rester dans la rue. Ce n'est pas du tout une généralité, mais c'est la réalité du terrain", a-t-il dit dans le Figaro.

Cette analyse a fait bondir de nombreuses associations qui s’occupent de sans-abri. Le président du Secours catholique Bernard Thibaud a invité sur Twitter Christophe Castaner à se joindre à une maraude "pour prendre la mesure de l’indécence de [son] affirmation." "Je ne suis pas sûr qu’on soit à la rue par plaisir", a ajouté le directeur général d’Emmaüs Solidarité, Bruno Morel, interrogé par France Info.

"Hélas rien de nouveau dans mes propos, à part la volonté polémique de certains", s'est défendu Christophe Castaner sur Twitter.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
"Il entend, mais il n'écoute personne" : les conseillers de Macron sont au bout du rouleau
02.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
03.
Et si le Rassemblement National était en train de faire un bien mauvais coup à l’euro en renonçant à exiger que nous en sortions ?
04.
Brexit : rien n’est joué pour le royaume-Uni même en cas de sortie sans accord
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Iran, pourquoi la menace d’une intervention militaire brandie par John Bolton pourrait marcher
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
04.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
05.
Vivons-nous dans un univers-bulle en expansion dans une autre dimension ? ; Hubble nous offre un magnifique portrait très détaillé de la galaxie du Triangle
06.
Et la raison pour laquelle les Allemands commencent sérieusement à s’inquiéter d’un Brexit sans deal est…
07.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 02/01/2018 - 01:26
ces sans-abris refusent d'être hébergés
avec les racailles importés des pays de l’est ou d’Afrique, car ils savent qu’ils seront systématiquement dépouillés, violentés (voire violés pour les femmes) dans les hébergements d’urgence. Ils veulent un toit provisoire, indépendant afin de se donner une nouvelle chance. Dans les hébergements d’urgence, et dans le contexte de sauvagerie importée par les gauchistes, cette seconde chance est impossible...
cloette
- 31/12/2017 - 17:28
d'où viennent ces sdf ?
d'une mauvaise pioche au départ . orphelinat, déficit d'affection ...dur dur .( je parle des souchiens)
ou bien des schizophrènes ayant perdu le contact avec le réel ...
MIMINE 95
- 31/12/2017 - 16:48
le 28 ou le 29 décembre sur la 2 ou la 3
dans un journal diffusé vers 11h30 - 00h, un reportage sur les SDF. Etait interrogé un SDF nommé Cyril, logeant dans une tente et racontant ses difficultés à trouver un hébergement hélas toujours provisoire, il ne souhaitait : " pas grand chose juste une chambre pour me poser et pouvoir repartir". Dans le reportage, un responsable d'assos dénonçait le manque d'hébergement, et chose qui m'a profondément choqué , ce responsable confiait " mais pour les familles qui sont de plus en plus nombreuses dans la rue ... il n'y a rien, rien à leur proposer" ! Impossible de retrouver le replay de ce JT. Si quelqu'un l'a vu et peut m'envoyer un lien je lui en serais très reconnaissant. A DJIB , il est vrai que certains SDF refusent l'hébergement proposé mais en général, ils ont des raisons valables, violence, agression, vols dans certains lieux dits "d'accueil". Pour eux, on ne rachète pas les hotels accord , on ne restaure pas à tout va , on ne construit des modules écolo le long du périph...Marianne est devenue une mère indigne !