En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© LUDOVIC MARIN / AFP
En colère
Maires de France : André Laignel émet des doutes sur la "crédibilité de la parole publique" de Macron
Publié le 30 novembre 2017
"Une fois de plus, l'État supprime en douce certaines de nos ressources", fustige le vice-président de l'AMF.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Une fois de plus, l'État supprime en douce certaines de nos ressources", fustige le vice-président de l'AMF.

Une semaine seulement après le discours d'Emmanuel Macron au 100e congrès de l'AMF, André Laignel, premier vice-président de l'AMF et président du comité des finances locales, ne décolère pas. Alors qu'Emmanuel Macron a assuré aux maires "qu'aucune décision impactant les collectivités ne serait prise sans concertation en amont", le numéro 2 de l'AMF a découvert des annulations de crédits en faveur des communes rurales. "La raison de la colère se trouve dans un décret d'avance examiné par la commission des finances de l'Assemblée nationale, cette semaine, annonçant l'annulation de 48 millions d'euros de crédits pour la dotation de soutien à l'investissement", précise Le Figaro.

"Une fois de plus un mauvais coup aux finances locales"

"Une fois de plus, l'État supprime en douce certaines de nos ressources. Cela questionne directement la crédibilité de la parole publique et la considération de cette majorité pour les territoires", fustige-t-il dans un communiqué. Et quand André Laignel parle de "parole publique", il pense surtout à celle du président de la République. Le maire d'Issoudun (Centre-Val -de-Loire) exprime donc sa "stupeur" et dénonce "une fois de plus un mauvais coup aux finances locales".

Il affirme que l'argument, selon lequel ce décret aurait été prévu au motif d'une "sous-consommation" des crédits, ne tient pas. Selon lui, il serait même "fallacieux". Même si le texte n'a pas encore été adopté, il le voit d'un mauvais œil et estime qu'il s'agit d'une une nouvelle attaque après le gel des dotations. "L'adoption de ce décret serait un nouveau pied-de-nez aux élus locaux", martèle-t-il. "La mécanique continue imperturbable".

"Je ferai tout pour que notre association ne se divise pas"

En outre, les maires n'auraient pas été convaincu par la prestation du chef de l'État. "À tel point qu'au sein des maires de France, un débat existe sur leur participation à la prochaine conférence nationale des territoires le 14 décembre", affirme Le Figaro. Il s'agirait donc d'un nouvel acte de défiance à l'égard de l'exécutif. "Au-delà de la question de notre participation ou pas à la CNT, nous devons savoir pourquoi nous irions. On ne peut pas y aller simplement pour afficher notre présence. Nous devons poser des conditions revendicatrices très fermes", indique le vice-président de l'AMF.

Certains de l'association pensent même que le gouvernement essaye de créer des "divisions" dans l'espoir d'imposer ses choix. "Je ferai tout pour que notre association ne se divise pas mais je ne le ferais pas à n'importe quel prix", prévient André Laignel, qui entend porter la voix des maires en colère. 

Vu sur : Lu sur Le Figaro
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Travaux à Paris : « Je creuse donc je suis ! »
02.
Une série d’erreurs serait à l'origine de l’incendie de Notre-Dame de Paris
03.
Les médecins de Britney Spears dévoilent la vérité sur son hospitalisation
04.
Les princes William et Harry n’auraient jamais dû s’appeler ainsi
05.
Pourquoi la France est malade de son immobilier
06.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
07.
Ces risques malheureusement ultra prévisibles liés au retour de l’encadrement des loyers à Paris
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
03.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
04.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
05.
Tous végétariens ou vegans ? Quand l’OMS met le hola sur les régimes universels écologiques
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
02.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
03.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
04.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
05.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
06.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 01/12/2017 - 22:30
Finaces locales
Djib a bien raison. Mais tant qu'on n'aura pas limité le pouvoir de nuisance des maires par la loi ça continuera. Et ce n'est pas Macron qui va le faire.
kelenborn
- 01/12/2017 - 16:42
Djib
mille fois d'accord!!! Il faut les sevrer!
Djib
- 01/12/2017 - 15:55
Les plus mauvais "coups aux finances locales"
ont été portés par les élus locaux: embauches surnuméraires de fonctionnaires, vacataires, chargés de mission, dont beaucoup recrutés chez les proches et les copains, absentéisme, clientélisme, logements sociaux attribués sur des critères ethniques ou politiques, augmentation vertigineuse des taxes d'habitation et foncière, accords donnés aux promoteurs pour construire des centres commerciaux en surnombre qui enlaidissent les accès de villes et désertifient les centres, édification à grand frais de "palais de la région", de centres "culturels et sportifs", de "musées de la constipation" ou de "l'histoire des maladies vénériennes" ... Dernière trouvaille d'une tête à claques ceint de son écharpe bleu blanc rouge: taxer les cellules commerciales inoccupées dans le centre ville dont il a tué la fréquentation.