En direct
Best of
Best Of
En direct
Salut, Je suis venu vous dire salut
Fillon fait ses adieux à sa famille politique, "sans chercher d’excuses, et sans donner de leçons"
Publié le 19 novembre 2017
François Fillon a remercié ses soutiens et sympathisants, dimanche, au moment de céder la présidence de son micro-parti, Force républicaine, à Bruno Retailleau.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Fillon a remercié ses soutiens et sympathisants, dimanche, au moment de céder la présidence de son micro-parti, Force républicaine, à Bruno Retailleau.

François Fillon, candidat malheureux à l'élection présidentielle, a prononcé dimanche son premier discours depuis la défaite, et possiblement le dernier de sa vie politique. Retiré de la vie politique depuis son échec au premier tour de la présidentielle (20,01%) au mois d’avril, il a décidé de faire ses adieux à ses amis et militants, lors de l'assemblée générale de son micro-parti Force républicain à Paris. Il en a profité pour passer le témoin à Bruno Retailleau.

"Votre amitié me touche, et elle me touche d’autant plus intensément que je reviens de loin", a-t-il lancé aux militants réunis à la Maison de la chimie, dans un discours diffusé en direct sur Facebook. "Vous m’avez encouragé lorsque je traversais le désert des sondages, vous m’avez soutenu lors de mon échappée victorieuse aux primaires de la droite, vous m’avez protégé dans la tempête des présidentielles"

"Je ne suis pas là pour régler des comptes où remettre quelques pendules à l’heure… Je n’en ai ni le cœur, ni d’ailleurs le droit. Dans la défaite, le chef se retire sans chercher d’excuses, et sans donner de leçons", a déclaré l'ancien candidat des Républicains.

Critiqué par une partie de la droite pour avoir maintenu sa candidature à la présidentielle, malgré ses déboires judiciaires, François Fillon n'a donc pas voulu régler ses comptes, mais a tout de même lancé quelques piques à destination des ses adversaires et d'Emmanuel Macron : "Certains estiment qu’il n’y a plus de clivages, qu’il n’y aurait plus, en définitive, qu’une seule politique possible." 

"Entre le pouvoir actuel et les extrêmes, il serait insensé et inquiétant de laisser s’installer un vide politique et intellectuel", a-t-il lancé, avant d'inciter ses militants à ne pas renier leurs valeurs. "On m’a parfois reproché d’être trop radical dans mes propositions, je l’ai été et je vous incite à le rester, a-t-il martelé. On ne relèvera pas notre nation avec des ajustements."

"Je suis présent à cette assemblée générale pour passer le témoin et pour vous dire que notre association doit poursuivre sa mission", a-t-il conclu au moment de passer le témoin à Bruno Retailleau, qui fut le coordonateur de sa campagne présidentielle. "Pas de regrets, pas de soupirs, vous allez, avec Bruno et les élus ici présents, vous réinventer, vous redresser, vous allez écrire une nouvelle page".

.@FrancoisFillon : "Je redeviens un citoyen parmi vous, qui aime son pays et qui, du fond du cœur, vous dit merci." pic.twitter.com/G9vVDGxnft

— Force Républicaine (@ForceRep_fr) 19 novembre 2017
Vu sur : Lu dans Le Monde
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Mont Everest : la fonte des glaces fait apparaître de nombreux corps d'alpinistes
03.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
04.
Fumer du cannabis à forte concentration de THC augmenterait les risques de développer une grave maladie mentale
05.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
07.
Francois Xavier Bellamy enchante la droite, Bruno Retailleau laboure son sillon (et l'électorat Fillon), Le Point charge Castaner, L'Express les dérives de la médecine douce ; Anti-social quand la CGT piétine le droit du travail
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
04.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
05.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
06.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
crobard007
- 20/11/2017 - 10:13
Pendant ce temps à Paris
Anne Hidalgo est toujours à la tête de la mairie...
Beredan
- 19/11/2017 - 21:29
Bon vent !
FIFI , félon , tu as appelé à voter Macron !
kelenborn
- 19/11/2017 - 18:43
Je suis venu te dire que je m'en vais..
Au moins , quand c'était Gainsbourg, la musique , c'était pas de l'harmonium !