En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© olivierfaure.fr
Critiques
Olivier Faure : "Cette majorité donne parfois l'impression de céder à une forme de paranoïa"
Publié le 30 octobre 2017
"Lors des législatures précédentes, même lorsque Nicolas Sarkozy était à l'Elysée, les députés gardaient leur rôle de représentants du terrain vers le pouvoir exécutif" critique le patron des députés socialistes dans le Parisien.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Lors des législatures précédentes, même lorsque Nicolas Sarkozy était à l'Elysée, les députés gardaient leur rôle de représentants du terrain vers le pouvoir exécutif" critique le patron des députés socialistes dans le Parisien.

Après 5 mois de présidence, Emmanuel Macron est évidemment loin de faire l'unanimité auprès de ses opposants. Dans le Parisien, le président de la Nouvelle Gauche, Olivier Faure critique les méthodes du chef d'Etat. "Emmanuel Macron avait promis de gouverner en s'appuyant sur une majorité ouverte au-delà des clivages droite-gauche. Or, on constate que la politique conduite s'inscrit dans la plus pure tradition libérale de la droite française. Juppé ou Fillon n'auraient pas fait différemment. Il n'a tenu aucun compte des propositions constructives de l'opposition" déplore le patron du groupe socialiste Nouvelle Gauche.

"Lors des législatures précédentes, même lorsque Nicolas Sarkozy était à l'Elysée, les députés gardaient leur rôle de représentants du terrain vers le pouvoir exécutif" poursuit-il. "Aujourd'hui, en dehors des stages de « team building » au cours desquels les députés LREM s'instruisent à la cohésion de groupe, le dialogue habituel entre la majorité, le Premier ministre et le président de la République n'existe pas ou n'est pas perceptible."

"Le plus choquant, c'est que même les amendements qui ne font que reprendre des promesses du candidat Macron sont retoqués" critique Olivier Faure. "Par exemple, l'obligation d'avoir un casier judiciaire vierge pour être élu ou encore l'augmentation progressive à 0,55 % du PIB de l'aide au développement. Cette majorité donne parfois l'impression de céder à une forme de paranoïa."

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cash investigation : poursuivi par Elise Lucet, un patron s'enfuit en courant
02.
Prime exceptionnelle de fin d’année : comment Emmanuel à Macron a (nettement) privilégié son électorat sans le vouloir
03.
Grand débat : ce vent de bêtise qui siffle sur nos têtes
04.
Iran-États-Unis : la tension est à son comble
05.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
06.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
07.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
03.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
06.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
01.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
04.
Brûler l’ENA ? Pour la reconstruire plus belle encore?
05.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
06.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 30/10/2017 - 08:37
Ce qu'il faut qu'Olivier Faure sache
C'est que le PS a mérité son score de 6% , et qu'il ferait mieux de raser les murs . Le quinquennat Macron n'est qu'une continuation sous une autre forme, du même sectarisme .