En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Gros soucis

Attentat de Marseille : Collomb admet des "dysfonctionnements"

Publié le 08 octobre 2017
Le ministre de l'Intérieur était invité sur BFMTV. Il a rappelé que la menace terroriste reste "extrêmement élevée."
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le ministre de l'Intérieur était invité sur BFMTV. Il a rappelé que la menace terroriste reste "extrêmement élevée."

Une semaine après le dramatique attentat qui a coûté la vie à deux cousines, à Marseille, le ministre de l'Intérieur a reconnu des "dysfonctionnements." En l'occurrence, le tueur, en situation irrégulière, avait été remis en liberté après une garde à vue, la veille, à Lyon. "On s'aperçoit qu'il existe un certain nombre de dysfonctionnements. Nous avons à regarder ce qui ne fonctionne pas. (...) Je peux vous dire que ça va être pour moi une préoccupation essentielle, que de regarder tous les dysfonctionnements pour y mettre fin" explique Gérard Collomb sur BFMTV.

Il a rappelé que la menace terroriste reste "extrêmement élevée" dans notre pays, soulignant la nécessité, selon lui, de la dernière loi antiterroriste votée par l'Assemblée nationale. "Ce que je voudrais constater avec vous, c’est qu’on a besoin de telles protections" a-t-il insisté. Lundi dernier, il a saisi l'Inspection générale de l'administration (IGA) pour déterminer les raisons pour lesquelles le terroriste de Marseille a pu retrouver la liberté.

Vu sur : Lu sur BFMTV
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

02.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

03.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

06.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

07.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Greta Thunberg : un voyage à New-York en bateau... mais six vols en avion pour l'organiser

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Djib
- 09/10/2017 - 13:34
Pardon, mais il n'y a eu aucun "dysfonctionnement".
Tout a au contraire parfaitement "fonctionné" puisque justement toutes les institutions (conseil des Tatas, cour européenne des droits de mes deux, tribunaux, avocats, associations droits de l'hommiste subventionnées avec nos impôts, médias, universitaires "sociologues", guignols du show bizz) s'acharnent pour empêcher que les immigrés en situation irrégulière soient renvoyés chez eux. Et nos politiciens ravis de le mosquée ou cyniques leurs donnent tous les outils nécessaires en signant des traités pleins de bons sentiments mais parfaitement imbéciles ou en promulguant des lois et des réglements qui rendent impuissantes les forces de l'ordre et tous ceux qui tentent encore désespérément de mettre un peu d'ordre dans ce bordel. Un exemple parmi tant d'autres: la directive européenne dite "retour" (on devrait plutôt l'appeler "anti-retour") qui oblige l'administration à relâcher les clandestins après leur avoir notifié "une invitation à quitter le pays". "Dieu se rit des hommes qui se plaignent des effets dont ils chérissent les causes".
pasdesp
- 09/10/2017 - 12:15
Combien de "dysfonctionnements" en France?
Combien d'illégaux délinquants ou non sont ils renvoyés? S'insurgez aujourd'hui sur la non rétention de cet assassin est du plus beau hypocrite alors qu'aucun n'est renvoyé qu'arrivent encore en masse des illégaux à qui ont fourni protection médicale et subsides.
cloette
- 08/10/2017 - 20:43
politique d'immigration
irresponsable .L'Europe de Merkel est en cause .