En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Capture d'écran
Le voyage pour rien
GM&S : Échauffourées et lacrymogènes en marge de la visite d'Emmanuel Macron
Publié le 04 octobre 2017
Des salariés de l'entreprise de la Creuse, mécontents de ne pas voir le président venir à eux sont allés à sa rencontre. Ils ont été repoussés par la gendarmerie.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des salariés de l'entreprise de la Creuse, mécontents de ne pas voir le président venir à eux sont allés à sa rencontre. Ils ont été repoussés par la gendarmerie.

C'est une colère perceptible qui agite les employés et personnalités politiques de la Creuse. Soutenus par des militants politique de gauche et par des habitants de la région, un groupe d'une centaine de manifestants a décidé de profiter de la venue du Président au campus d'Égletons pour aller à sa venue. 

Arrêté en chemin par la gendarmerie, ils ont tenté d'avancer malgré tout et ont été repoussé par les forces de l'ordre à l'aide de gaz lacrymogènes. Ils ont ensuite tenté de contourner les forces de l'ordre, sans succès.

Pour rappel, ce sont 277 emplois qui sont menacés dans cette région largement sinistrée. L'entreprise GM&S ne parvient pas à retrouver de repreneurs et la situation laisse entrevoir le pire pour ses salariés. 

Par ailleurs, les manifestants avaient refusé un entretien avec le secrétaire d'État chargé du dossier au Ministère, Benjamin Griveaux, et avec le préfet de la Creuse. 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
02.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
03.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
04.
Un pognon de dingue pour Notre-Dame de Paris ? Oui, car l'Homme ne vit pas que de pain
05.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
06.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
07.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
04.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Yves3531
- 05/10/2017 - 09:21
Si être digne, c’est bêler devant les conneries de la CGT...
alors vive le retour de Hollande, Juppé....
boulegan
- 05/10/2017 - 08:16
Le boulot que je veux devant ma porte..
Macron a raison la cgt a toujours encouragé l immobilisme plutot que la recherche du travail .c est son coeur de metier.
clint
- 04/10/2017 - 21:10
De plus Macron a eu des propos peu dignes !
Il ne connait pas le monde des "travailleurs" ! Tout n'est pas le milieu start-up ni le milieu des grandes banques d'affaires. Il est comme d'habitude méprisant envers les pauvres. on est tout sauf social !