En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
combattant de l'Etat islamique drapeau Irak Atlantico.fr
Dirty business
Un ancien dirigeant de Lafarge admet des versements d'argent à l'Etat islamique
Publié le 21 septembre 2017
L’organisation terroriste aurait perçue une somme de "l'ordre de 20 000 euros par mois", d'après un article du Monde.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’organisation terroriste aurait perçue une somme de "l'ordre de 20 000 euros par mois", d'après un article du Monde.

Le dossier sent le "soufre", selon Le Monde. Le quotidien français a publié ce mercredi des extraits de l'enquête judiciaire sur les agissements de Lafarge, soupçonné d'avoir payé des taxes à l’Etat islamique afin de maintenir l'activité d’une partie de ses activités en Syrie. Les neuf principaux responsables du groupe ont été entendus dans le cadre de l'enquête, ouverte en octobre 2016 pour "relations financières illicites entre la France et la Syrie".

D’après Le Monde, depuis 2010, le cimentier français "n’a qu’une obsession : maintenir coûte que coûte l’activité de son usine de Jalabiya, à 87 kilomètres de Rakka, quitte à financer indirectement des organisations terroristes". Le directeur général adjoint opérationnel de Lafarge, Christian Herrault, a reconnu que le groupe s'est soumis à une "économie de racket" menée par des milices armées dès "septembre ou octobre 2012" afin de rester sur le site, dans l'optique d'une construction de la Syrie après la guerre. Et d'estimer que cette stratégie était validée par les autorités françaises. "Tous les six mois, on allait voir le Quai d'Orsay, qui nous poussait à rester".

Mais les bouleversements vont alors se succéder dans le pays en proie au chaos. Le 13 juin 2013, l'Etat islamique prend le contrôle de Rakka. "Daech vient dans la liste des racketteurs", lance Christian Herrault aux enquêteurs. Selon lui, un responsable du groupe terroriste rencontre alors l'intermédiaire mandaté par Lafarge. Directeur de Lafarge Syrie, Bruno Pescheux avoue avoir lu le nom de Daech sur des documents. La somme perçue par l'organisation terroriste était de "l'ordre de 20 000 euros par mois", a-t-il affirmé. Le groupe djihadiste s'empare finalement du site de Jalabiya le 19 septembre 2014 : Lafarge cesse alors ses activités.

Vu sur : Lu sur Le Monde
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Travaux à Paris : « Je creuse donc je suis ! »
02.
Une série d’erreurs serait à l'origine de l’incendie de Notre-Dame de Paris
03.
Les médecins de Britney Spears dévoilent la vérité sur son hospitalisation
04.
Les princes William et Harry n’auraient jamais dû s’appeler ainsi
05.
Pourquoi la France est malade de son immobilier
06.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
07.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
03.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
04.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
05.
Tous végétariens ou vegans ? Quand l’OMS met le hola sur les régimes universels écologiques
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
02.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
03.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
04.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
05.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
06.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 21/09/2017 - 23:14
Oui, les deux commentaires précédents sont justes!
Fabius et les socialos ont promu le terrorisme islamiste, aveuglés qu'ils étaient par leur haine d'Assad. Lafarge n'a fait que s'adapter à la diplomatie de phoques à la française...
kilian
- 21/09/2017 - 18:12
@ ikaris
Ceux que fabius désignait pour leur bon boulot était Al Nostra, un moment dépendant d' al quaida mais pas de l'état islamique qu'ils ont fini par combattre ...un peu. Ça reste des islamistes terroristes. Sacré fabius stratège d'opérette.
ikaris
- 21/09/2017 - 11:30
Lafarge victime expiatoire ?
Je ne vois vraiment pas pourquoi on sanctionnerait Lafarge alors que, exactement sur la même période, les services des pays occidentaux ont soutenu indirectement la montée en puissance de Daesh. Fabius en était alors à parler du "bon boulot" faits par les extremistes locaux et la France distribuait armes, munition et entrainement à tout ce qui était contre Assad.