En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
Les premiers pas
Assemblée générale de l'ONU : Emmanuel Macron en désaccord avec Donald Trump
Publié le 19 septembre 2017
Ce mardi 19 septembre, Emmanuel Macron s a prononcé son premier discours à la tribune de l'Assemblée générale des Nations unies.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce mardi 19 septembre, Emmanuel Macron s a prononcé son premier discours à la tribune de l'Assemblée générale des Nations unies.

"Le migrant est devenu le symbole de notre époque"

"Le peuple syrien a assez souffert", a-t-il déclaré. "Agir pour la paix en Syrie, c'est agir pour le peuple syrien mais aussi pour nous protéger tous". Il a notamment annoncé que la France fera preuve d'une "intransigeance absolue sur l'emploi des armes chimiques" et sur "l'absolue nécessité d'aménager les accès au soin pour tous".

Puis, Emmanuel Macron a déclaré que la sécurité doit devenir la "première priorité", alors que le "terrorisme a frappé sur tous les continents quelle que soit leur religion". Après avoir évoqué la menace terroriste au Mali, il a parlé des migrants et des réfugiés. "Le migrant est devenu le symbole de notre époque", a-t-il annoncé. Au siège de l'ONU, Emmanuel Macron a également évoqué la crise des Rohingyas, en Birmanie. Il a condamné un "nettoyage ethnique".

En outre, Emmanuel Macron a fait une annonce : "la France consacrera 0,55% de son revenu national d'ici 5 ans à l'aide publique au développement". Tout l'enjeu, c'est que cette "aide publique au développement arrive bien sur le terrain", a jouté le chef de l'Etat.

"Le migrant est devenu le symbole de notre époque"

"Le peuple syrien a assez souffert", a-t-il déclaré. "Agir pour la paix en Syrie, c'est agir pour le peuple syrien mais aussi pour nous protéger tous". Il a notamment annoncé que la France fera preuve d'une "intransigeance absolue sur l'emploi des armes chimiques" et sur "l'absolue nécessité d'aménager les accès au soin pour tous".

Puis, Emmanuel Macron a déclaré que la sécurité doit devenir la "première priorité", alors que le "terrorisme a frappé sur tous les continents quelle que soit leur religion". Après avoir évoqué la menace terroriste au Mali, il a parlé des migrants et des réfugiés. "Le migrant est devenu le symbole de notre époque", a-t-il annoncé. Au siège de l'ONU, Emmanuel Macron a également évoqué la crise des Rohingyas, en Birmanie. Il a condamné un "nettoyage ethnique".

En outre, Emmanuel Macron a fait une annonce : "la France consacrera 0,55% de son revenu national d'ici 5 ans à l'aide publique au développement". Tout l'enjeu, c'est que cette "aide publique au développement arrive bien sur le terrain", a jouté le chef de l'Etat.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
02.
Pourquoi Oxfam se trompe de combat (et passe totalement à côté de ce qui se passe dans les pays développés)
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
05.
Libéraux en peau de lapin : pourquoi la polémique autour de François-Xavier Bellamy en dit long sur le raidissement des soit-disant « modérés »
06.
Peut-on encore s’enrichir autrement qu’avec l’immobilier en France ?
07.
Mort du Comte de Paris : et la porte du placard de l’Histoire se ferma sur les Orléans
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clint
- 20/09/2017 - 21:08
J'aurais été fier d'avoir un président "la France d'abord !"
Il parle du "multilatéralisme" pour jouer à celui qui "dirige" le monde avec Trump, Poutine, Xi Jinping ! Mais il oublie qu'il a au dessus de lui Merkel et Juncker ! Qu'il aime d'abord la France et les français même ceux qui ne sont pas issus de l'émigration ! Qu'il ne se serve pas de l'histoire de France que pour jouer les pièces de théâtre !
assougoudrel
- 20/09/2017 - 12:21
Les journalistes et autres
bien-pensants n'ont pas aimé la phrase de Trump :"l'Amérique d'abord", car cela ressemble à l'ancien slogan de MLP qui disait "les français d'abord' et qu'elle a laissé tomber.
adroitetoutemaintenant
- 19/09/2017 - 23:30
Un homme contre une moitié d'homme.
En résumé, un patriote contre un dhimmi !