En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© AFP
Réformes

Assemblée nationale : François de Rugy veut réformer la retraite des députés et réduire leurs privilèges

Publié le 30 juillet 2017
Dans Le JDD, le président de l'Assemblée nationale présente ses idées de réformes pour "bâtir une Assemblée nouvelle".
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans Le JDD, le président de l'Assemblée nationale présente ses idées de réformes pour "bâtir une Assemblée nouvelle".

Le président de l'Assemblée nationale, François de Rugy, dans une interview au Journal du dimanche, avance des pistes pour réduire le budget de l'Assemblée et réformer le travail des députés.

Parmi ses projets de réforme, "faire rentrer le régime des députés dans le droit commun". Il souhaite la mise en place du "même mode de calcul que le régime général des retraites pour les députés, même mode de calcul pour l'allocation chômage. "Actuellement, les députés obtiennent une retraite à taux plein après 31 ans de cotisations, contre 40 ans pour les salariés. 

Pour le président de l'Assemblée, "avec des règles simples et claires, celles du droit commun, on parlera enfin des députés non plus pour des soupçons mais pour le travail qu'ils font".

Il veut aussi s'attaquer à certains privilèges, comme par exemple "supprimer la gratuité sur le réseau SNCF dont bénéficient les anciens députés ayant fait plus de trois mandats". Une suppression qui permettrait de grosses économies : "Je ne vois pas ce qui peut justifier un tel avantage. Reconduire cela coûterait 800.000 euros par an à l'Assemblée !"

Pour travailler sur ces réformes, il va mettre en place des groupes de travail qui "traiteront de sujets aussi variés que la réforme de la procédure législative, les moyens de contrôle et d'enquête des députés, la question du statut des collaborateurs, la mise en oeuvre du développement durable à l'Assemblée ou la démocratie numérique."

"Chaque sensibilité politique animera un de ces groupes, composés de dix députés de toutes tendances, afin d'associer tout le monde", ajoute le député. "La conduite des réformes s'articulera ensuite autour de périodes de six mois, jusqu'à la fin de la législature, en 2022".

 
Vu sur : Lu dans Le JDD
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Guillaume Larrivé à droite toute ; François-Xavier Bellamy refuse d’enfoncer Wauquiez après les européennes ; Ziad Takieddine nie toute "machination" contre Nicolas Sarkozy ; Benjamin Griveaux ou les ravages de la transparence (anonyme)

02.

Si vous pensiez que la dette américaine détenue par la Chine met Washington à la merci de Pékin, ce graphique pourrait vous surprendre

03.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

04.

Un Rugy de perdu, 10 populistes de retrouvés ? Quand les opérations mains propres ne produisent pas la vertu escomptée

05.

A ses ralliés, la République (En marche) pas reconnaissante

06.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

07.

Rentrée sous pression : pourquoi la mi-mandat pourrait être fatale pour l’unité de la LREM

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

05.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
l'enclume
- 31/07/2017 - 12:59
L'arbre qui masque la forêt
Et les mecs, il faut arrêter de délirer, certes les privilèges accordés aux députés et sénateurs sont exorbitants. Que penser des privilèges EXORBITANTS de certains fonctionnaires. Je viens de recevoir pour consultation nationale de Sauvegarde Retraites, un document ahurissant. Je constate que dans le privé il faut travailler parfois jusqu'à 67 ans, quand dans le public certains partent à 57 ans voire 52. D'autre part, les retraites du public sont 100% garanties, puisque payées par les impôts et, scandale des scandales certains dirigeants de nos caisses de retraite sont issus de la fonction publique, idem pour les caisses complémentaires AGIRC-ARRCO, ce qui permet à ces poissons pilotes de nous ponctionner environ 1 milliards d'euros, pour atténuer le déficit des caisses du public. Il y a quelques mois ces syndicalistes lors des négociations Agirc-Arrco ont signé l'accord condamnant des millions de retraités à voir leur pension baisser par rapport à leur dernier salaire et, quelques semaines plus tard, ils enchaînent manifestations et grèves pour défendre les "avantages acquis" de la SNCF.
zen-gzr-28
- 31/07/2017 - 09:20
On peut rêver
Après que FERRAND (au fait, pourquoi lui) a décrété que exiger un casier judiciaire vierge pour les députés serait inconstitutionnel alors qu'il est obligatoire pour une kyrielle de professions.
Nous n'avons pas entendu Macron décrier cette imposture. On ne l'a pas entendu dire C'est moi le chef...etc...etc.
vangog
- 30/07/2017 - 22:21
"Abrogation des privilèges" gauchistes...
serait plus nécessaire et définitif que "réduction des privilèges"...allez, De Rugy, encore un effort pour la vraie égalité entre citoyens (rien de comparable avec l'égalitarisme de Chiavalpa...)