En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
Ciao !
Frédéric Lefebvre a décidé de claquer la porte des Républicains
Publié le 08 juin 2017
"Je ne supportais plus que ces gens, un quarteron de généraux sectaires qui sont à la tête des Républicains, parlent en mon nom", a-t-il expliqué sur franceinfo.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Je ne supportais plus que ces gens, un quarteron de généraux sectaires qui sont à la tête des Républicains, parlent en mon nom", a-t-il expliqué sur franceinfo.

Ce 8 juin, Frédéric Lefebvre, le député sortant de la 1ère circonscription des Français de l'étranger, a annoncé sur franceinfo qu'il quittait le parti Les Républicains. "C'est une décision que j'ai mûrement réfléchie qui est à la fois douloureuse et libératrice", a-t-il déclaré, avant d’expliquer que sa décision est "devenue incontournable". "Je ne supportais plus que ces gens, un quarteron de généraux sectaires qui sont à la tête des Républicains, parlent en mon nom". "On a tenté de me museler, on m’a moqué, on m’a menacé dans ma famille politique, on a sorti des coupures de presse pour dire que j'étais un traître", a-t-il expliqué, annonçant qu'il avait voté pour Emmanuel Macron dès le premier tour de l'élection présidentielle.

"Menacé par Sarkozy dans la loge de Carla Bruni"

Celui qui fut porte-parole de l'UMP de 2008 et 2010 et secrétaire d'Etat au commerce de Nicolas Sarkozy de 2010 à 2012, a également dénoncé la droitisation de LR avec Sarkozy et la ligne Buisson. "En 2011, j'ai commencé à voir la pente sur laquelle Nicolas Sarkozy emmenait toute la droite". "On a vu d'ailleurs cette pente devenir de plus en plus glissante. On a vu les centristes se sentir de plus en plus mal à l'aise à l'intérieur des Républicains et je crois que c'est un moment de rupture idéologique que j'ai très clairement à ce moment-là avec Nicolas Sarkozy qui considère que c'est comme ça qu'on va gagner. (...) Nicolas Sarkozy, quand il a rencontré Buisson, il a cru qu'il avait la martingale", a-t-il déclaré.

En outre, il a affirmé avoir reçu des menaces après avoir voté le pacte de responsabilité de François Hollande. "Le tournant, ça a été mon vote pour le pacte de responsabilité où j'étais le seul député Les Républicains dans l'hémicycle avec tous les regards sur moi, avec des menaces qui m'ont été faites. Y compris par Nicolas Sarkozy lui-même. A Pasadena quand Carla était venue donner un concert et que dans la loge, j'ai subi ses menaces. Je ne vais pas rentrer dans le détail", a-t-il expliqué.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Castaner : l'inconnue n'en était pas une (et peut-être pas la seule); Foresti rit au soleil, Laeticia Hallyday & Paris Jackson dépriment à L.A; Meghan engage un coach "gestion de bébé"; Public voit un enfant pour Jenifer et une joueuse du PSG pour MBappé
03.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
04.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
05.
Accusation de plagiat : Kev Adams trouve "inacceptable" le procès fait à Gad Elmaleh
06.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
07.
Game of thrones : six trônes de fer ont été cachés de par le monde
01.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
02.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
05.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
06.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
01.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
02.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
VV1792
- 08/06/2017 - 21:14
Au moins connait-on les noms
Au moins connait-on les noms des traitres..On vous balaiera lorsque l' heure de la Reconquista aura sonne..
pepoucet
- 08/06/2017 - 19:19
problème
Comment peut-on quitter son parti au nom duquel on se présente, au milieu du processus électoral - alors qu'il n'est plus possible pour ledit parti de désigner un autre candidat. Quelle légèreté et mépris des électeurs ! C'est révélateur quant à l'éthique du personnage.
BABOUCHENOIRE
- 08/06/2017 - 19:09
Mr Lefebvre, quelle tristesse vous etes l'exemple même
du politicard sans foie ni âme, attendre des années pour quitter un parti, qui vous a fait petit marquis après avoir subi tant d'affronts, est le signe évident d'un manque de courage et de caractère. Faites vraiment autre chose hors de la vie publique, vous êtes indigne de représenter la France et vos compatriotes.