En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
A cause de lui…

Législatives : Gérard Collomb pense que l’affaire Ferrand pourrait coûter cher à En Marche !

Publié le 31 mai 2017
Selon lui, elle aura le même effet que "la TVA sociale de Borloo" en 2007.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon lui, elle aura le même effet que "la TVA sociale de Borloo" en 2007.

Cité par Le Canard Enchaîné ce mercredi 31 mai, le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, a évoqué quelques inquiétudes concernant les législatives. Selon lui, l’affaire Ferrand, qui secoue le gouvernement, pourrait coûter cher à La République en Marche les 11 et 18 juin prochains. Et il compare cette situation à celle causée par Jean-Louis Borloo en 2007. A l’époque, en plein entre-deux-tours des législatives qui suivaient la victoire de Nicolas Sarkozy à la présidentielle, le socialiste Laurent Fabius avait poussé le nouveau ministre de l'Économie, Jean-Louis Borloo, à évoquer une hausse de la TVA après l'élection de la nouvelle Assemblée nationale. Cet épisode, qui s’est produit sur France 2, avait coûté de nombreux sièges à la droite même si l'UMP avait tout de même obtenu la majorité. De nombreux cadres du parti du chef de l'État avaient alors pointé les dommages dans l'opinion causés par Jean-Louis Borloo. Ce dernier avait donc été exfiltré vers le ministère de l'Écologie. Dix ans plus tard, Gérard Collomb se souvient de cette situation et "affirme", selon Le Canard enchaîné, "que des dizaines de circonscriptions vont se jouer à 1 ou 2 points près" et "parle même du risque d'un effet équivalent à celui de la ‘TVA sociale de Borloo’".

>>> À lire aussi : Sarnez, Ferrand: la démoralisation de la vie politique est En Marche

Il semblerait qu’Edouard Philippe ne partage pas cet avis. En effet, hier soir, il a fait comprendre sur France 2 que Richard Ferrand ne sera pas évincé du gouvernement tant qu’il n’est pas mis en examen. "Un ministre qui serait mis en examen devrait démissionner, il n'y a aucune ambiguïté là-dessus", a expliqué le Premier ministre, rappelant la volonté du gouvernement de "limiter les choses qui ne sont pas illégales, mais ne sont pas acceptables", et de faire entrer la France "dans un nouveau monde, un monde de règles précises qui rétablissent la confiance dans les acteurs publics."

 

Vu sur : Lu sur Le Lab
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

02.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Comment St Gobain est devenu le Google français de la transition énergétique

05.

Greta Thunberg : un voyage à New-York en bateau... mais six vols en avion pour l'organiser

06.

Grand est le désespoir de Donald (Trump) : Greta (Thunberg) a été d’une cruauté sans pareille avec lui.

07.

Les relations entre frères et soeurs : un lien primordial

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

En deux siècles, les forêts ont doublé en France et voici pourquoi

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
nf04
- 31/05/2017 - 21:32
La blanchisserie Macron
@ Létard : Comme dit Catherine NAY, «le blanc, c'est salissant».
tennisman
- 31/05/2017 - 14:49
et Bayrou??
on apprend que le Modem de Bayrou se financait avec des attaches
suspects.
Bayrou passe entre les gouttes dans les medias.
g16
- 31/05/2017 - 14:43
Entre Colomb et Philippe, les
Entre Colomb et Philippe, les enjeux sont différents.
Colomb est en marche pur jus, et Philippe s'accommodera de ses anciens amis LR