En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© BERTRAND GUAY / AFP
Providentiel ?
Manuel Valls : "Ma candidature est une révolte face à une disqualification annoncée de la gauche"
Publié le 11 décembre 2016
L'ancien Premier ministre a donné les premiers détails de son projet pour la présidentielle de 2017.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'ancien Premier ministre a donné les premiers détails de son projet pour la présidentielle de 2017.

"Rien n'est écrit." Manuel Valls est de nouveau candidat à la présidentielle à gauche mais ne fait plus partie des outsiders, cette fois-ci. S'il sait que la victoire de son camp en 2017 est compliquée, il n'entend pas baisser les armes, comme il l'explique au Parisien. "Ma candidature est une révolte face à une disqualification annoncée de la gauche à la présidentielle. La gauche peut se réveiller, retrouver de l'espoir" explique l'ex-Premier ministre.

La primaire de gauche : S'il promet d'exclure les attaques personnelles contre ses rivaux à la primaire, il ne devrait pas se gêner pour attaquer Emmanuel Macron ou Jean-Luc Mélenchon qui font bande à part. "Les candidats qui ne participeraient pas à la primaire doivent prendre conscience du risque qu'ils feraient courir à la gauche d'être éliminée" rappelle-t-il.

François Hollande : Interrogé sur son rôle dans le retrait de François Hollande, Manuel Valls a réfuté toute implication."Ça suffit avec cette thèse ! Laisser penser que François Hollande se serait fait imposer ce choix est insensé... Il faut le respecter et ne pas l'instrumentaliser."

Les attentes des Français : "Nos compatriotes veulent plus de protection, de sécurité, de solidarité, de souveraineté, être davantage associés aux choix qui les concernent" assure-t-il.

Son projet pour la France : "Je veux redonner de la fierté" lance Manuel Valls. "Je veux être un président garant de l'esprit français : un esprit indocile et rebelle, une grande générosité, une affirmation farouche de l'indépendance de notre nation, une laïcité qui nous protège, mais aussi une langue universelle, le français, une exception culturelle et, enfin, un génie créatif, celui de nos entrepreneurs, de nos chercheurs. Je veux aussi être un président qui emmène la France plus loin."

La fiscalité : Manuel Valls en profite pour un mea culpa à propos des impôts. "Il faut dire la vérité aux Français : entre 2010 et 2014, les impôts ont augmenté bien trop fortement. Et on a fait entrer dans l'impôt (CSG, fiscalité locale, etc.) des personnes qui n'y étaient pas" assume-t-il.

Revenu universel : "Chaque personne de plus de 18 ans aura droit, sous condition de ressources, à un revenu minimum décent autour de 800 euros." Il s'agit, pour lui, d'un "revenu décent" qui remplacerait le système de minima sociaux "trop complexe" et qui "suscite par ailleurs de la suspicion parmi les Français." 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
langue de pivert
- 12/12/2016 - 12:19
Les masques tombent !
Comme le plouc suprême en décidant de renoncer, Valls en se présentant dit en creux ce que de nombreux citoyens avaient compris depuis longtemps : ils furent le président et un des premiers ministres des socialistes ! Pas de l'ensemble des Français DES SEULS SOCIALISTES ! Avec la fausse bonne idée de mettre des ministres socialistes dans son premier gouvernement, Nicolas Sarkozy avait fait au moins un pas vers l'ouverture ! Rien de cela n'arrivera jamais avec les "socialistes aux pattes crochues" Tout leur est du ! Contre le socialisme l'engagement doit être total : pas de mains tendues (ils vous arracheraient le bras et un œil :-) pas de compromissions, pas de fricotage !
Citoyen Ordinaire
- 12/12/2016 - 11:17
Le rebelle...soumis
Drôles de rebelles, soumis à l'Europe...
Comme son clone Macron...
La guerre des menteurs...
J'accuse
- 11/12/2016 - 15:15
Révolte contre ... les rivaux de gauche
Aucun candidat dit de gauche, y compris Valls, ne se soucie de la gauche: chacun ne pense qu'à lui, et se sert de l'étiquette "de gauche" pour se positionner et se valoriser. Ils ne se sont pas encore rendus compte que ça ne marchait plus.