En direct
Best of
Best of du 6 au 12 avril 2019
En direct
© Reuters
Prise de parole
Ras-le-bol des policiers : Manuel Valls accuse l'opposition "d'utilisation politique"
Publié le 20 octobre 2016
Le Premier ministre appelle également les policiers à poursuivre "le dialogue".
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Premier ministre appelle également les policiers à poursuivre "le dialogue".

Même expatrié pour la journée en Allemagne, Manuel Valls doit répondre aux polémiques françaises. En marque d'un déplacement à Francfort, le Premier ministre a appelé les policiers à "continuer le dialogue" entamé avec le gouvernement, tout en disant comprendre leur "angoisse". Depuis l'agression à Viry-Châtillon, le mouvement de colère des policiers ne faiblit pas en dépit des promesses du gouvernement.

"Moi ce que je demande aux policiers, c'est de continuer le dialogue, au niveau de chaque département". Evoquant les suppressions de postes et de moyens sous la présidence Sarkozy, le chef du gouvernement a poursuivi : "Je demande surtout à tous les responsables politiques de la dignité, de la hauteur de vue. L'utilisation politique de cette expression n'est pas digne. Surtout quand soi-même on n'a pas été à la hauteur, je parle de l'opposition, ce qu'il fallait faire pour les policiers".  

Le Premier ministre a ensuite assuré que le gouvernement prenait les mesures nécessaires. "Les policiers ont besoin de reconnaissance", a-t-il jugé. "Ils sont aimés par les Français, et pas seulement depuis Charlie [Hebdo]. Moi je comprends leur angoisse, leur impatience. Le gouvernement a montré tous les gestes et pris toutes les mesures nécessaires" et "les moyens arrivent progressivement. J'en appelle au calme et à la sérénité et je dis aux policiers de France qu'ils peuvent compter bien sûr sur mon soutien, ma solidarité, ma compréhension, mon engagement. Mais je leur demande aussi de respecter les règles, qui sont celles de la police".
 

Vu sur : Lu sur L'Express
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Un pognon de dingue pour Notre-Dame de Paris ? Oui, car l'Homme ne vit pas que de pain
04.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
05.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 9 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
06.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
07.
Près d'un milliard d'euros de dons pour Notre-Dame : une occasion en or pour repenser le lien entre sens de la dépense publique et consentement à l'impôt
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bd
- 02/11/2016 - 13:45
Plus de narcissique manipulateur à la présidence!
Ce message leur est plutôt destiné aux Sarkozystes. 
Sarkozy n'est pas Donald Trump mais on en est pas loin. 
Il a bon nombre de caractéristiques d'un narcissique... et en neuropsychiatrie, les narcissiques sont classés dans la même catégorie que les sociopathes et les psychopathes. 
Pourquoi lui donner une seconde chance alors qu'il a échoué lors de son précédent mandat et que l'offre politique est pléthorique? L'empathie est un meilleur critère pour un politique et le charisme est malheureusement une qualité bien différente de l'empathie. 
Le charisme de Nicolas Sarkozy cache bien son déficit d'empathie. 
Ne vous fiez donc pas au charisme d'un politicien pour effectuer votre choix. 
Il serait salutaire de débusquer et de neutraliser les narcissiques en politique.
Leucate
- 20/10/2016 - 17:00
Vire Chatillon - La goutte d'eau
qui fait déborder le vase. Le ras le bol exprimé par les policiers vient de loin, des années 90 et des violences urbaines de plus en plus violentes avec la volonté de tuer exercées contre l'ensemble de ceux qui représentent de près ou de loin l'Etat - enseignants, pompiers, policiers qu'il s'agisse de ceux des commissariats et de ceux des forces de maintien de l'ordre.
Est visée la non-réponse de l'Etat à ces défis contre lui, la réponse judiciaire et le refus de reprendre en main les zones de non-loi.
Les violences de plus en plus graves et de plus en plus fréquentes contre les personnels de l'Etat toutes catégories confondues qui sont envoyés au "casse-pipe" par des gouvernements pusillanimes. Parce que les émeutes leur font peur ?
langue de pivert
- 20/10/2016 - 16:27
Valls : tu sers à rien !
Valls ne veut pas protéger les policiers, il veut seulement retarder leur combustion...en leur fournissant des combinaisons ignifuges ! Quand j'ai entendu ça je n'en croyais pas mes oreilles ! Quel état d'esprit ! Cet exécutif de merde par son laxisme et sa permissivité a créé cette situation où la racaille se sent toute puissante et intouchable ! C'est pas Sarko ça ! Plus de moyen humain, plus de moyen matériel ça ne fait pas de mal mais ça coûte et ça prend du temps. Faire savoir que tout comportement menaçant et agressif contre la police appellera de celle ci l'ouverture du feu contre les agresseurs à sa seule appréciation . Gratuit, efficace effet immédiat. Ça c'est de la considération et de la protection !