En direct
Best of
Best of du 6 au 12 avril 2019
En direct
© REUTERS/Philippe Wojazer
guet-appens
Viry-Châtillon : un des policiers agressés raconte l'attaque d'une violence surréaliste
Publié le 11 octobre 2016
"Ils ont été malins, c'était bien préparé" affirme Sébastien, 38 ans, dans le Parisien.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Ils ont été malins, c'était bien préparé" affirme Sébastien, 38 ans, dans le Parisien.

4 jours après la violente attaque subie par les policiers à Viry-Châtillon, la tension n'est pas retombée. L'un d'eux est toujours plongé dans un coma artificiel. C'est son collègue, Sébastien, 38 ans, qui est immédiatement sorti de la voiture et s'est couché sur lui pour éteindre le feu, ce qui lui vaut des brulures au second degré aux mains. "Je dois prendre des calmants et des somnifères" raconte-t-il au Parisien. "Je n'arrive plus à dormir et j'ai du mal à sortir de chez moi. Dimanche, quand je suis allé à la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP) pour être entendu, j'ai demandé à ma femme de prendre une autre sortie sur l'autoroute A 6. Je ne voulais pas passer par la Grande-Borne."

A LIRE AUSSI - Explosion de violences urbaines : comment les quartiers difficiles français sont en train de se transformer en véritables ghettos ethniques à l’américaine

Pour lui l'attaque de leur véhicule n'a rien d'un hasard. "On n'a pas vu les jeunes arriver, explique-t-il. Ils ont été malins, c'était bien préparé" précise-t-il. "On était stationnés devant la Grande-Borne, mais ils ont fait un grand tour en traversant devant le magasin Leclerc, puis ils ont longé le mur de la caserne de pompiers pour nous surprendre."

Le guet-apens d'une violence surréaliste peut débuter : "Ils ont cassé les vitres, leur ont donné des coups de poing pour les empêcher de sortir et leur ont jeté les cocktails Molotov sur les genoux" raconte Sébastien à propos du blessé grave et de sa collègue. "Nous sommes sortis et ils sont venus sur nous. Ils ont essayé de mettre KO ma collègue qui était côté conducteur en lui donnant des coups de poing. Ils ont ensuite lancé un cocktail Molotov dans notre voiture. Je suis allé dans le coffre pour chercher des grenades défensives, mais ils étaient déjà partis. Mon expérience des émeutes dans le quartier de la Grande-Borne m'a permis de rester lucide. Les riverains nous ont ensuite aidés, ils ont appelé les secours. Ils ont fait un super travail." Et de conclure : "Quand nous venons à la Grande-Borne, nous savons que nous pouvons être caillassés et que nous allons recevoir des cocktails Molotov. Mais on ne s'attendait pas à ce qu'ils viennent au contact au niveau de nos portières et qu'ils veuillent nous tuer."

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
02.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
03.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
04.
Un pognon de dingue pour Notre-Dame de Paris ? Oui, car l'Homme ne vit pas que de pain
05.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
06.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
07.
Près d'un milliard d'euros de dons pour Notre-Dame : une occasion en or pour repenser le lien entre sens de la dépense publique et consentement à l'impôt
01.
Procès Chirac
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deneziere
- 11/10/2016 - 14:58
Les bonnes nouvelles dans tout cela :
1/ Le métier rentre. Je pense que la Police va se mettre de plus en plus au niveau des enjeux et va commencer à élever son seuil de rudesse quand les circonstances le demandent. Là, c'était encore un peu gentil, pas très préparé et assez amateur. Mais ça viendra.
2 / Les riverains - de toutes ethnies d'ailleurs - peuvent choisir le bon camp. Ils en ont aussi marre des racailles et seraient assez facilement prêts à les balancer si on était capable de les protéger durablement contre les représailles.
Finalement, dégager les bobos du pouvoir et une bonne purge chez les juges de gôches (qui, comme la racaille, sont eux aussi bien connus) pourraient résoudre une bonne partie du problème.
assougoudrel
- 11/10/2016 - 12:45
La brulure d'un cocktail Molotov
n'est pas un coup de soleil. C'est un feu gras, car il y a de l'huile de vidange dans le mélange comme pour une bouteille incendiaire qu'on jette sur le moteur des chars dans les combats dans les localités. Il ne faut pas qu'il s'éteigne. A l'origine, seul les militaires s'en servaient. A présent les extrêmes gauchistes les utilisent et les délinquants qui "défendent" leurs trafics dans "leurs" localités. C'est un matériel de fortune utilisé pour la guerre. Donc, il est tout à fait normal que le policier riposte dès qu'il voit l'individu s'approcher pour lancer la bouteille. Que va faire le politicien? Il va le virer, le condamner? J'en doute, car le monde entier prendra la défense de cet homme de terrain. Qu'on le renvoie et il pourra faire un appel au don et je serai le premier à lui envoyer un chèque. Je ne me laisserai pas me faire brûler sans vider mon chargeur sur ces cochonneries. Ils réfléchiraient à deux fois après. Caseneuve ne risque pas de s'en prendre un, cette larve.
zen aztec
- 11/10/2016 - 11:06
Merde quoi!!
Vos flingues ils servent à quoi?Si c'est pas de la légitime défense ce qui vous est arrivé..!!