En direct
Best of
Best Of
En direct
© Reuters
Vif du sujet
Pour l'UMP, le programme de Hollande est "totalement déconnecté de la réalité"
Publié le 26 janvier 2012
Après l'annonce de ses "60 propositions", François Hollande essuie les critiques des autres partis.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après l'annonce de ses "60 propositions", François Hollande essuie les critiques des autres partis.

 


François Hollande : Projet à la France par LCP

 

[Mis à jour le 26 janvier à 17h10]

Le ministre de l’Energie, Éric Besson a critiqué le volet énergétique du programme de François Hollande. Il estime que ses propositions sur le nucléaire et les tarifs de l’énergie ne sont pas suffisamment détaillés. "Vous avez dit que désormais l'eau, l'électricité et le gaz seraient d'un tarif progressif indexé sur le revenu. (Mais) comment on le collecte, comment c'est fait, personne ne le dit", a-t-il déclaré.

A l’extrême gauche, Philippe Poutou, candidat du NPA a regretté que François Hollande ne propose "rien sur le Smic, rien sur les salaires, les pensions et les minimas sociaux".

Au centre, François Bayrou ne croit pas à la crédibilité du projet. "On ne reviendra pas à l'équilibre avec ce programme-là. Ce n'est pas vrai, ce n'est pas imaginable. Il n'y a pas dans ce programme une seule mesure d'économie", a-t-il déclaré.

Côté Verts, Daniel Cohn-Bendit a admis qu’ "il y a des réformes positives dans ce que propose François Hollande".

[Mis à jour le 26 janvier à 16h40]

Jean-François Copé a déclaré sur France Info que le programme de François Hollande était dédié au "matraquage fiscal des classes moyennes", "totalement déconnecté de la réalité du monde d'aujourd'hui".

[Mis à jour le 26 janvier à 14h15]

La ministre Valérie Pécresse a pour sa part estimé que ce programme mettait en péril "le modèle social français".

Au PS, Martine Aubry est satisfaite du programme annoncé. "Ce projet, c'est d'abord un projet qui rassure, parce qu'il montre qu'il y a une autre politique pour sortir de la crise que celle que mène le gouvernement", a-t-elle déclaré.

Ségolène Royal partage cet enthousiasme. "On a des réponses précises, chiffrées, crédibles pour sécuriser les Français, leur donner confiance, accompagner le changement en avril et mai prochain", a affirmé l’ancienne candidate à la présidentielle.

[Mis à jour le 26 janvier à 13h25]

A droite Christian Estrosi estime que François Hollande "recycle les illusions d’hier". Benoit Apparu, secrétaire d’état chargé du logement estime qu’il n’y a "rien de nouveau".

Dans un communiqué, le secrétaire général du Nouveau centre,Philippe Vigier estime que "François Hollande va se casser les dents sur la réalité".

[Mis à jour le 26 janvier à 11h10]

Ce jeudi, sur I-Télé, Jean-Luc Mélenchon a déclaré que les propositions de François Hollande étaient "un filet d’eau tiède". Le candidat du Front de gauche s’est dit ouvert à des discussions avec les socialistes. "S'il (le candidat socialiste) veut me tendre la main, qu'il le dise, et qu'il dise de quelle manière ça va se passer", a-t-il déclaré.

Du côté de l'extrême droite, Marine Le Pen a qualifié de "mesurettes" les propositions du candidat socialiste, "un projet aseptisé" a-t-elle ajouté. "Où est la rupture avec le modèle ultra-libéral? Où est la rupture avec la concurrence déloyale qu'on nous fait connaître avec le modèle (établi) sur le principe du libre-échange fou qui s'applique depuis des années?", a-t-elle aussi lancé.

Pour François Sauvadet, le ministre de la Fonction publique, le programme du candidat socialiste n’est "pas tenable" et "irréaliste".

 

60 mesures, pour un coût de 20 milliards d’euros en 2017, 3 grandes priorités, la fiscalité, les PME et la jeunesse. François Hollande a détaillé ses "60 propositions" ce jeudi. Le candidat socialiste a indiqué que s'il était élu, le quinquennat serait "organisé en deux temps": des réformes structurelles pour redresser les finances dans un premier temps, puis ensuite une politique de "redistribution".

  • Côté fiscalité, le candidat prévoit d’annuler près de 29 milliards d’euros de niches fiscales, qui seront "équitablement répartis entre les ménages et les entreprises". Les banques verraient la taxation de leurs bénéfices bondir de 15%, alors que les activités d’investissement et celle de spéculation seraient séparées.
  • Concernant les PME, François Hollande dit vouloir créer une Banque publique d’investissement et refondre l’impôt sur les sociétés à leur profit. Un"livret d'épargne industrie" sera dédié au financement des PME, alors que le plafond du livret durable sera doublé, de 6 000 à 12 000 euros. Cet ensemble de mesures doit traduire une volonté de donner la "priorité" aux petites et moyennes entreprises.
  • Enfin, le député de Corrèze reste fidèle à l’une de ses lignes directrices depuis l’annonce de sa candidature : la jeunesse et l’éducation. Les 60 engrangements présentés jeudi confirment la volonté du socialiste de créer 60 000 postes dans l’Education nationale. Il maintient également une idée déjà présentée, son "contrat de génération", qui doit favoriser l’emploi des jeunes et des séniors, permettant "l'embauche en CDI de jeunes accompagnés par un salarié plus expérimenté qui sera ainsi maintenu dans l'emploi jusqu'à son départ en retraite". François Hollande s'est fixé l'objectif de 500 000 emplois.
  • Sans surprise, le livret présenté par François Hollande confirme qu’il veut ouvrir le "droit au mariage et à l'adoption aux couples homosexuels", faire voter loi sur le "non-cumul des mandats", introduire une "part" de proportionnelle pour les législatives et accorder le droit de vote aux élections locales aux étrangers.
  • Côté institution, le socialiste propose de réduire de 30% de la rémunération du président et des ministres ainsi que la réforme du statut pénal du chef de l’Etat.
  • Sur le plan de l’environnement, François Hollande assure qu’il réduira la part du nucléaire de 75 à 50% « à l’horizon 2025 ». Il confirme la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim. "Une nouvelle tarification progressive de l’eau, de l’électricité et du gaz" devrait permettre à 8 millions de Français de sortir de la "précarité énergétique".
  • Le candidat socialiste s’est aussi engagé à encadrer le prix des loyers "lors de la première location ou de la relocation, dans les zones où les prix sont excessifs". Il a aussi annoncé le développement de logements accessibles en construisant 2,5 millions de logements dont 150 000 sociaux. Le seuil des logements sociaux devrait être relevé à 25% contre 20% aujourd’hui.

François Hollande reprend en bonne partie le projet du PS, mais s’en détache parfois également : ainsi il n’est plus question que de 150 000 emplois d’avenir, moitié moins que ce qu’avait annoncé le parti. De même, le nombre d’emplois annuels à créer dans les secteurs de la police de la gendarmerie et de la justice, est revu drastiquement à la baisse, de 10 000 à 1000 par an pendant 5 ans.  Des propositions sont moins détaillées que d’autres, notamment sur les retraites, ou sur le quotient familial dont la réforme concernera "moins de 5% des foyers fiscaux".

Les propositions du candidat socialiste sont déjà en ligne sur son site Internet.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
La France va devenir la première puissance mondiale en moins de 5 ans
03.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
04.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
05.
Emmanuel Macron, pourquoi n’allez-vous pas en boîte comme Christophe Castaner plutôt que de faire du ski ?
06.
Acte XVIII des Gilets jaunes : retour prévu de la violence, réponse difficile à prévoir du gouvernement
07.
Recep Tayyip Erdogan critiqué pour avoir diffusé des images de l'attentat de Christchurch
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Le voile est-il vraiment un accoutrement souhaitable pour vendre des petites culottes ?
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
03.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
04.
Quand Nathalie Loiseau teste les nouveaux "éléments de langage" du progressisme face à Marine Le Pen sans grand succès
05.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
06.
Grand Débat : l’étrange victoire d’Emmanuel Macron
Commentaires (57)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ORAdedroiTurEURoCOPTEr
- 26/01/2012 - 23:10
Démouler Flanby
Juppé a commencé avec brio mais la bataille va être très rude, tant l'adversaire paraît nager en eau trouble. A suivre.
vangog
- 26/01/2012 - 21:55
Ce coup-ci, Flamby agite son doigt vengeur vers la Finance !
Alors à bas la Finance! Vainquons-la comme l'illustre Tonton a vaincu le dragon du capital et de l'argent qui corrompt (SIC)! Taxons la finance, enfin celle qui reste taxable par l'impôt Français, celle qui n'a pas fui à l'étranger! Taxons cette finance Française, le fruit de notre épargne Française, pour ne pas dire:celui de nos entrailles! Taxons ce qui reste à quelques chanceux après les 56 % de taxation étatique sur tout ce qui luit, tout ce qui est produit... Et s'il en reste encore, nous re-taxerons ce qui reste, jusqu'à la mort de la perfide Finance. c'est alors que les Français vivront heureux, le soleil brillera éternellement et l'air sentira le muguet...
Equilibre
- 26/01/2012 - 18:57
Après retour vers le futur, I, II et III, vous adorrerez
retour vers le passé. Un condensé de 1981, 1988, 1995, 2002 et 2007.
Pour 2012, rajouter une pincée de mesures sociétales, quelques belles incantations vide de sens, de l'indignation, mais oui, en ces temps, il faut l'être. En plus de cela, quelques bidules existant déjà, mais renommés, cela fait mieux, même si j'appelle cela de la malhonnêteté intellectuelle. Et surprise, même quelques petites choses avec lequel le camp ennemi pourrait être d'accord (les votants, pas les dirigeants), comme quelques niches fiscales brocardés avec justesse par beaucoup.
Ne parlons pas de ce qui fâche, comme l'immigration et les traités européens.
Cela fait un candidat. Cela fera peut-être un président.
Il m'est simplement d'avis que la partie redistribution n'arrivera jamais.