En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Faits divers
Héroique
Etats-Unis : Il désarme un élève armé d'un fusil à pompe en lui faisant un câlin
il y a 10 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "Sept ans de réflexion" : Une farce (un peu trop lourde) sur l'adultère

il y a 11 heures 40 min
light > Insolite
Dur à avaler
Un chef étoilé mange dans son restaurant : 14 000 euros de redressement de l'Ursaff
il y a 13 heures 54 min
décryptage > Environnement
Découvrons l'écoféminisme

"Ma planète, ma chatte, sauvons les zones humides" !

il y a 15 heures 39 min
décryptage > Economie
Experte

Esther Duflo à Bercy, vite. Mais pas comme ministre

il y a 16 heures 13 min
décryptage > France
Mauvais prisme

Pourquoi les chiffres officiels sur l’immigration ne décrivent que très approximativement la réalité française

il y a 16 heures 33 min
décryptage > France
Interdit d'interdire

Pourquoi la France devrait résister à la tentation de répondre par des interdictions à tous les défis qu’elle rencontre

il y a 16 heures 47 min
décryptage > Economie
Manque d’ambition ?

PLF 2020 : l’étonnante stabilité de la ventilation des dépenses publiques françaises à travers le temps

il y a 16 heures 58 min
décryptage > Culture
Culture

"Miroir du temps" d'André Suarès : une occasion précieuse de découvrir une pensée d’une inventivité débridée et salutaire

il y a 1 jour 5 heures
pépite vidéo > International
Ultimatum
Liban : nouvelle journée de mobilisation contre la classe politique et la corruption
il y a 1 jour 7 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vania : Une même nuit nous attend tous" : "Oncle Vania" revisité

il y a 11 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le roman de la France- une histoire de la liberté" de Laurent Joffrin : Tome 1, de Vercingétorix à Mirabeau

il y a 11 heures 46 min
décryptage > Education
Tous égaux

Discriminations positive à l’entrée dans les Grandes écoles : l’égalitarisme en mode délire

il y a 15 heures 34 min
décryptage > Economie
Dépenses très privées

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

il y a 15 heures 57 min
décryptage > High-tech
La Minute Tech

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

il y a 16 heures 24 min
décryptage > Justice
L'armée des ombres

Corse : mobilisation pour la lutte contre une mafia... qui n’existe pas

il y a 16 heures 40 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Brexit : si vous avez aimé les deux premières saisons, vous serez passionné par la troisième

il y a 16 heures 55 min
décryptage > Politique
En même temps

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

il y a 17 heures 10 min
"Climate change"
Jane Fonda et Sam Waterston ont été arrêtés lors d'une manifestation pour le climat
il y a 1 jour 6 heures
pépites > Justice
Défense
Rachida Dati dénonce une "instrumentalisation" dans le cadre de l'information judiciaire dans l'affaire Ghosn
il y a 1 jour 7 heures
© PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP
© PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP
Sensible

Corse : Manuel Valls s'est montré ferme face aux revendications nationalistes

Publié le 04 juillet 2016
Co-officialité de la langue corse, amnistie des prisonniers "politiques", statut de résident... Manuel Valls a rejeté les revendications des dirigeants autonomistes corses.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Co-officialité de la langue corse, amnistie des prisonniers "politiques", statut de résident... Manuel Valls a rejeté les revendications des dirigeants autonomistes corses.

Ce lundi 4 juillet, Manuel Valls a effectué sa première visite en tant que premier ministre en Corse, où les dirigeants nationalistes de l'exécutif de l'île l'attendaient de pied ferme pour pour discuter les points sensibles, de l'amnistie des « prisonniers politiques » au statut de la langue corse. Même si Manuel Valls, qui entretient des rapports parfois tendus avec les nationalistes, s'est déjà rendu à plusieurs reprises dans l'île en tant que ministre de l'Intérieur, cette nouvelle visite a pris un tournant particulier. En effet, c'est aussi la première de très haut niveau - président ou Premier ministre - depuis la victoire des nationalistes Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni aux élections régionales de décembre 2015.

"La co-officalité (de la langue corse) n'est pas un caprice"

Comme attendu, le président indépendantiste de l'Assemblée de Corse Jean-Guy Talamanoni a de nouveau présenté les demandes des nationalistes à Manuel Valls. "La co-officalité (de la langue corse) n'est pas un caprice", a-t-il soutenu lors de son discours à l'Assemblée de Corse. "Un pays comme la France peut-il continuer à refuser à un petit peuple, le droit à l'existence ?", a-t-il ajouté. Jean-Guy Talamanoni a également abordé les autres sujets portés par les nationalistes, comme le statut de "résident" sur l'île et l'amnistie de ceux qu'il considère comme des prisonniers "politiques". « Ces revendications sont pour nous essentielles. En nous élisant, les Corses nous ont donné mandat de défendre ces revendications, de les porter », a résumé Jean-Guy Talamoni.

Une "ligne rouge" réplique Valls

Face à ces revendications nationalistes corses, Manuel Valls est resté sur ses positions. Selon lui, une langue corse "co-officielle" avec le français et la création d'un statut de "résident" sont des "lignes rouges". « La République a une seule langue officielle, le français, car elle est pratiquée par tous. Nous ne reviendrons pas bien sûr sur ce principe », même si elle « reconnaît, aussi, pleinement la langue corse, ciment de votre culture », a poursuivi le chef du gouvernement, dont le discours devant l'Assemblée de Corse a été peu applaudi. « J'aime la Corse », a assuré le Premier ministre, qui, s'il a globalement rejeté les demandes les plus poussées du camp nationaliste, a aussi accordé quelques garanties. En effet, le chef du gouvernement a annoncé plusieurs mesures en faveur de l'île de Beauté, dont la création d'une agrégation en corse, la mise en place d'une "chambre des territoires" à Bastia dans le cadre de la nouvelle collectivité unique de Corse, ainsi que sa volonté de "prolonger" des régimes fiscaux dérogatoires valables en Corse pour lutter contre la hausse des prix de l'immobilier local.

Un accueil "chaleureux"

Toutefois, il semblerait que les propositions du Premier Ministre n'ont pas fait l'unanimité. Alors qu'il se rendait à pied à la mairie de Bastia, un peu plus tard dans la journée, il a été hué par une centaine de personnes, membres de la CGT et du PCF, aux crises de "Démission ! Démission !".

 

Vu sur : Lu sur Le Point
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 04/07/2016 - 19:58
Jeu de marionnettes
l'affaire était entendue et il fallait faire plaisir au dogme Jacobin en affirmant du menton que "scrongneugneu c'est qui qui commande!" et donner à Darth Valls Vador des trucs à rejeter.
La Corse est une entité unique et est pionnière sur ce qui va permettre de faire de la politique au niveau où l'on peu changer les choses, la Région à structure historique et culturelle. En 2017 On révise la copie de la loi NOTRe et conforte les régions culturelles et détruit les "machins-je veux voir une tête et une seule".