En direct
Best of
Best Of
En direct
© Elysee
Fermeté
Brexit : "le Royaume-Uni sera un pays extérieur à l'Union européenne", précise François Hollande
Publié le 29 juin 2016
À l'issue du Conseil européen à 27 États ce mercredi, François Hollande réaffirme la fermeté de l'UE quant à la procédure de sortie du Royaume-Uni, en attente au moins jusqu'au mois de septembre.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
À l'issue du Conseil européen à 27 États ce mercredi, François Hollande réaffirme la fermeté de l'UE quant à la procédure de sortie du Royaume-Uni, en attente au moins jusqu'au mois de septembre.

Ce mercredi se tenait la première réunion des dirigeants des pays membres de l'UE sans le Royaume-Uni. En conférence de presse à l'Élysée ce mercredi, François Hollande a évoqué le sujet de la position de l'Union en attente de la demande de retrait officielle de l'UE au Conseil européen de la part du gouvernement britannique.

Reprenant les propos du président du Conseil européen, Donald Tusk, à la sortie de cette même réunion, François Hollande a indiqué que "si le Royaume-Uni veut accéder au marché intérieur de l’Europe, il devra respecter ce qu’on appelle les quatre libertés : la liberté de circulation des biens, la liberté de circulation des services, la liberté de circulation des capitaux et la libre circulation des personnes et il ne peut pas y avoir de dérogations. On ne peut pas prendre trois libertés et en écarter une quatrième : notamment la liberté de circulation des personnes".

"Ce n'est pas la France qui a provoqué le Brexit. (…) Ce sont les Britanniques qui se sont posé la question, et qui y ont répondu. (…) Il faut bien comprendre qu'il n'est pas possible de garder ses acquis.", a ajouté le chef de l'État, soulignant bien que cet état de fait ne serait valable qu'une fois que les autorités britanniques auront fait connaître leur décision officielle..

Quant à Donald Tusk, il avait bien annoncé, , qu'il n'y aurait "pas de marché unique à la carte" pour le Royaume-Uni, préconisant une date pour le prochain Conseil dès le 16 septembre prochain. "L'accès au marché unique nécessite d'accepter les quatre libertés, y compris la liberté de mouvement", avait-il déclaré à la sortie du Conseil des 27 le 29 juin.

Lire aussi : Pourquoi il faudra beaucoup plus qu'un Brexit pour que la France retrouve son influence perdue en Europe

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
02.
5 indicateurs de la (faible) culture démocratique du gouvernement
03.
Auto-positionnement politique des Français : le sondage qui montre l’ampleur de la crise existentielle vécue par la droite
04.
Au tableau : Christophe Castaner mal à l’aise après une question d’un élève
05.
Alain Finkelkraut étrille Marlène Schiappa après ses propos sur la Manif pour tous
06.
Gilets jaunes : les états-majors des grandes entreprises imaginent trois scénarios de sortie de crise possibles
07.
Votre mémoire pourra-t-elle être piratée dans le futur ? La réponse est plus inquiétante que vous ne le croyez
01.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
02.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
03.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
04.
Etat providence, immigration et Gilets jaunes : l’étude américaine explosive qui révèle la nature du dilemme politique français
05.
5 indicateurs de la (faible) culture démocratique du gouvernement
06.
Le mystérieux contrat de 7,2 millions d'euros décroché par Alexandre Benalla
01.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
02.
Auto-positionnement politique des Français : le sondage qui montre l’ampleur de la crise existentielle vécue par la droite
03.
Ces lourdes erreurs politiques qui fragilisent la lutte contre l’antisémitisme
04.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
05.
Antisémitisme: voilà pourquoi je n'irai pas manifester le 19 février
06.
Derrière les faits divers dans les Ehpad, la maltraitance que l’ensemble de la société française inflige à ses vieux
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
langue de pivert
- 30/06/2016 - 16:40
"Coin". Je dirais même "coin-coin" ! ☺
Il répète ce que Donald Trusk disait hier ! On a besoin d'un président pour ça ? Par contre à Calais les Anglais garderont le privilège de nous laisser faire le boulot à leur place !
winnie
- 30/06/2016 - 12:03
Attention!
Hollande va etre ferme! Leonarda peut revenir! et on garde leurs migrants bien sure!
Deudeuche
- 30/06/2016 - 08:13
@J'accuse
Le Royaume dés-Uni.