En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© Reuters
Mon bébé !
Nicolas Sarkozy : "Ne jetez pas l’Europe avec l’eau du bain !"
Publié le 17 mai 2016
Alors que François Hollande répondait aux questions sur Europe 1, Nicolas Sarkozy s'est fendu d'une longue interview dans le Monde sur l'Europe.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que François Hollande répondait aux questions sur Europe 1, Nicolas Sarkozy s'est fendu d'une longue interview dans le Monde sur l'Europe.

Toujours pas candidat, Nicolas Sarkozy continue pourtant d'étaler son programme. Cette fois, il est revenu sur le dossier brulant européen, dans une interview donnée au Monde. D'abord, il a vertement critiqué la Turquie, chargée de réguler les arrivées des migrants en Europe. "Penser que la Turquie peut durablement gérer et résoudre ces problèmes est une erreur" avance-t-il. "L’Europe peut-elle faire confiance à un pouvoir turc, qui évolue de plus en plus vers un régime autoritaire ? Je le conteste (…) Mais ce qui m’a choqué, c’est de voir Mme Merkel négociant seule avec le gouvernement turc. Où était M. Hollande ? Où est passée la voix de la France ? Quand Barack Obama vient en Europe, il rencontre la chancelière en Allemagne, après s’être arrêté au Royaume-Uni. La France a-t-elle disparu de la carte diplomatique ? Quelle humiliation !"

En revanche, il se montre bien moins sévère contre la Hongrie de Viktor Orban et la Pologne de Jarosław Kaczyński, pourtant visés par les institutions européennes pour leur autoritarisme. "C’est le travers des élites françaises que de vouloir donner des leçons au monde entier" affirme Nicolas Sarkozy. "Après 50 ans de joug communiste, ces pays sont des démocraties qui fonctionnent."

A LIRE AUSSI - Bureau politique des Républicains sous tension : pourquoi Nicolas Sarkozy pourrait finalement faire marche arrière sur le vote des Français de l'étranger

Interrogé sur la percée de l'extrême-droite en Autriche, l'ancien chef d'Etat a admis que la situation était "très préoccupante (…) L’Autriche paie l’échec des grandes coalitions qu’aiment tant les élites : quand il n’y a plus ni gauche, ni droite, quand il n’y a plus de débat, vous laissez un espace immense aux extrêmes (…) En France, cela fait 25 ans qu’on ne peut pas discuter d’immigration sans être traité de raciste, d’islam sans être traité d’islamophobe, d’Europe sans être traité d’europhobe. Ce qui se passe en Autriche pourrait arriver en France" prévient-il.

Sur le Brexit, le patron des Républicains affirme qu'il s'agit "d'une opportunité pour refonder l’Europe. Je regrette que François Hollande n’ait pas fait de propositions en amont. Pourquoi attendre que la vaisselle soit cassée pour la réparer ? Sur nombre de leurs critiques, les Britanniques ont raison (…) Le pire serait le Brexit et l’adhésion de la Turquie : on aurait fait le grand chelem de l’erreur ! Mais Brexit ou pas, il faudra, dans tous les cas de figure, refonder profondément le projet européen."

"Fermement opposé à la politique des quotas" pour les réfugiés, Nicolas Sarkozy ne cache pas sa volonté de réformer Schengen pour créer un "Schengen 2". En attendant le passage à ce deuxième stade, il propose "un euro-Schengen, c’est-à-dire un gouvernement de Schengen composé des ministres de l’intérieur des pays membres, avec un président stable, qui aurait autorité sur Frontex. L’immigration est un sujet qui nécessite un pilotage politique, et non pas simplement un traitement administratif. Je propose par ailleurs que la liberté de circulation des extra-communautaires ne soit plus permise dans l’Union européenne, tant que Schengen 2 ne sera pas adopté."

Dans son idée, "adhérer à Schengen 2 supposera l’adoption préalable d’une politique d’immigration commune, avec notamment une harmonisation des prestations sociales accordées aux demandeurs d’asile, pour éviter le tourisme social" souligne-t-il. "Au-delà des demandeurs d’asile, tout nouvel entrant dans l’Union européenne ne pourra pas toucher une allocation sociale avant un délai de cinq ans, à l’image de ce que font les Britanniques, et projettent de faire les Allemands. Chaque pays européen devra aussi disposer de la même liste de « pays sûrs », c’est-à-dire de pays pour lesquels la demande d’asile est en principe refusée. Ce n’est qu’une fois que nous aurons atteint cette harmonisation que nous pourrons nous passer de frontières intérieures à l’Europe."

De la même façon, Nicolas Sarkozy affirme que "l’Union européenne à 28 s’occupe de trop de domaines, doit se concentrer sur le fonctionnement du marché intérieur et une dizaine de politiques prioritaires (agriculture, énergie, commerce…). Tout le reste doit être rendu à la souveraineté des Etats." Et aux électeurs qui sont tentés par l'euroscepticisme, il prévient : "Ne jetez pas l’Europe avec l’eau du bain ! L’Europe est un acquis et une chance. Certes, l’Europe actuelle n’est pas celle que nous voulons ; c’est bien pourquoi il faut la refonder."

Vu sur : Lu sur Le Monde
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
03.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
04.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
05.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
06.
Acte 19 des Gilets jaunes : victoire sur le terrain pour le gouvernement, incertitude politique maximale
07.
Retraites : ça coince. Santé : ça bloque. Protection sociale : ça n’avance pas. Macron n’aura aucun résultat durable s’il n’a pas le courage d’inviter le privé dans le jeu.
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
03.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
04.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 17/05/2016 - 17:32
Et dans pas longtemps
On va nous imposer l'entrée de la Turquie qui peut déjà aller et venir sans visa . Ensuite quoi d'autre ? Les migrants bien sûr il y en a des millions sur le départ , le flot ne tarit pas . On ne produit plus rien , l'argent ne provient pas de l'èconomie réelle , et il n'y a donc plus d'industrie , économie de services , d'abonnements en tout genre, chômage de masse pour lequel les gens recevront un salaire .... Petits boulots genre Uber pour arrondir ce salaire , voilà l'horizon ! Pas brillant ! Avec abrutissement généralisé , du pain et des jeux, d concours de Salma et de rap ( je viens d'en voir une affiche ) sponsorisé air un nombre impressionnant de multinationales !
Jardinier
- 17/05/2016 - 17:15
Il y a plein de pays qui ne sont pas dans l'euro,
Et les taux d’intérêts auxquels ils empruntent sont souvent comparables au notre. Et ils sont souvent en bien meilleur santé. Et on a déjà eu une monnaie nationale, avec laquelle on se portait alors mieux. Outre qu'elle nous est défavorable cette monnaie est mal née, et la seule chance de la rendre efficace pour tous, c'est de pousser les feux de l’intégration. C'est à dire de perdre encore des pans entiers de notre souveraineté. Outre que je ne suis pas sur que les français (si on les consulte) soit d'accord (ce qui serait une impasse), je ne suis pas sur non plus que ce soit souhaitable. Sarkozy par exemple, propose d'avoir une politique migratoire commune. C'est à dire négociée avec un pays, l’Allemagne, qui a un déficit démographique terrible, et qui est tellement en position de force et tellement soucieuse de ses intérêts qu'elle arrive quasi systématiquement a imposer son point de vue. Sur ce sujet (comme sur d'autres), au contraire, alors que l'on voit notre société se déliter sous les coup des boutoirs d'entrées continuelles et de plus en plus nombreuses, nous devrions avoir une politique nationale, conforme à nos seuls intérêts.
cloette
- 17/05/2016 - 15:28
La Grece
malgré toutes les subventions est dans le même état critique, elle vend son pays et ses iles