En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
Soupçons

Mort de Gilles Jacquier : un journaliste sur place soupçonne le régime syrien

Publié le 15 janvier 2012
Jacques Duplessy était dans le même groupe de journalistes que le reporter français, tué volontairement par Damas selon lui.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Duplessy était dans le même groupe de journalistes que le reporter français, tué volontairement par Damas selon lui.

[Mis à jour le 15 janvier à 16h]

Sur le site de Ouest France, le journaliste indépendant Jacques Duplessy, qui faisait partie du convoi de journalistes autorisés à se rendre à Homs par le régime syrien, estime que la mort de Gilles Jacquier est tout sauf accidentelle et en impute la responsabilité aux troupes de Bachar al-Assad. 

Mon intime conviction c’est que c’était un guet-apens et qu’on s’est fait avoir. On nous attendait pour tuer du journaliste occidental", estime-t-il. Il donne plusieurs raisons pour justifier son "hypothèse". D’abord,  les journalistes ont été invités "au dernier moment" par les autorités syriennes à visiter un quartier alaouite de Homs. Ensuite, parce que "les seuls qui savaient oui on était au bon moment ce n'était pas la résistancemais les troupes du régime, puisque les journalistes faisaient partie d’un convoi de presse autorisé par l'exécutif syrien.

Jacques Duplessy estime également que le régime de Bachar al-Assad pouvait retirer quatre "bénéfices" à la mort d'un journaliste à Homs, qui justifieraient selon lui que le régime syrien ait eu tout intérêt à blesser ou tuer des journalistes occidentaux. D’abord, "répondre par des faits au discours de Bachar al-Assad mardi, où il disait que les médias occidentaux étaient responsables de la situation". Ensuite, "dissuader d’autres journalistes" de s’aventurer en Syrie. Troisièmement, "discréditer l’opposition" en faisant croire qu’elle est responsable du tir d’obus fatal au journaliste français. Enfin, dans la suite de cette idée, montrer aux Syriens que les "terroristes", ainsi que le régime qualifie ses opposants, "s’en prennent même aux journalistes occidentaux". Jacques Duplessy conclut : "ça n’aurait jamais dû arriver". Ce quartier de Homs "n’était pas sur le front" des combats entre régime et opposition. "J’ai l’impression qu’on était attendus". 

[Mis à jour le 13 janvier à 12h30]

Dans quelles circonstances le reporter Gilles Jacquier a-t-il trouvé la mort, mercredi à Homs en Syrie ? France Télévisions a de sérieux doutes sur la première version des faits, selon laquelle il aurait été la victime accidentelle d’un tir d’obus. Du coup, Rémy Pflimlin, le président du groupe audiovisuel public, a saisi le procureur de la République de Paris ce vendredi et une enquête pour homicide volontaire a été ouverte.     

Thierry Thuillier, directeur de l’information de France 2 a jugé qu’il y avait "des élements troublants" entourant la mort du reporter. "Pourquoi, alors que ce convoi de journalistes est escorté militairement, pourquoi d'un seul coup les militaires disparaissent de la circulation au moment des premiers tirs ?", a-t-il interrogé.

Ces doutes sont partagés par l’exécutif français. Selon Le Figaro, l’Elysée soupçonnerait une "manipulation" des autorités syriennes, qui pourraient être impliquées dans la mort de Gilles Jacquier. Une source proche de Nicolas Sarkozy déclare ainsi au quotidien : "les responsables syriens étaient seuls à savoir qu'un groupe de journalistes occidentaux visitait Homs ce jour-là, et dans quel quartier il se trouvait. On peut croire à un malheureux accident. Mais il tombe plutôt bien pour un régime qui cherche à décourager les journalistes étrangers et à diaboliser la rébellion."

Le corps de Gilles Jacquier a été rapatrié en France ce vendredi matin. 

[Mis à jour le 12 janvier à 12h]

Alain Juppé a demandé jeudi matin qu'une "enquête soit menée afin que toute la lumière soit faite sur les circonstances" de la mort de Gilles Jacquier, le journaliste de France 2 tué mercredi à Homs en Syrie, alors qu'il effectuait un reportage, avec d'autres journalistes de différents pays, autorisé par le régime de Bachar al-Assad. 

"Nous condamnons vigoureusement cet acte odieux", a ajouté le ministre des Affaires étrangères qui a exigé des autorités syriennes qu'elle assurent "la sécurité des journalistes internationaux sur leur territoire et [protégent] cette liberté fondamentale qu'est la liberté d'information". Selon Alain Juppé, l'ambassadeur de France à Damas a fait en sorte que "toute l'aide nécessaire soit apportée aux personnes qui accompagnaient notre compatriote".

[Mis à jour le 11 janvier à 17h]

C'est le premier journaliste étranger tué en Syrie depuis le début de l'insurrection. Un grand reporter de France 2, Gilles Jacquier, a perdu la vie mercredi à Homs, alors qu'il tournait un reportage avec l'autorisation du gouvernement. Le caméraman qui l'accompagnait a raconté sur France 2 que tous deux filmaient une manifestation quand des explosions de mortiers ont retenti. Ils se sont alors séparés. Gilles Jacquier serait mort dans l'explosion de l'immeuble dans lequel il s'était réfugié.

Le ministère des Affaires étrangères, la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton et Reporters sans frontières ont demandé l'ouverture d'une enquête. L'armée syrienne et la rébellion s'accusent mutuellement d'être à l'origine des explosions.

Gilles Jacquier était grand reporter à France 2 depuis 1999. En 2003, il avait obtenu le prix Albert-Londres récompensant un reportage. Il avait couvert nombre de conflit, comme la guerre en Irak, en Afghanistan, au Kosovo et en Israël. Il avait tourné de nombreux reportages pour le magazine de France 2, Envoyé Spécial.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Dépenses publiques : Emmanuel Macron s’est-il définitivement converti au chiraquo-hollandisme ?

03.

Un million de personnes veulent envahir la zone 51 aux Etats-Unis

04.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

05.

Le chômage est au plus bas au Royaume-Uni depuis 1974. Comment l’expliquer dans un pays empêtré dans le Brexit ?

06.

Implants cérébraux : se dirige-t-on vers un accroissement des inégalités sans précédent dans l’histoire de l’humanité ?

07.

Vous croyez que l'Algérie a gagné par 1:0 ? Erreur : le score final est de 3:0 !

01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

05.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

06.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

François de Rugy a démissionné

06.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Dsi
- 16/01/2012 - 15:42
Journalisme ou propagande?
Moi aussi j'ai des soupçons. Je soupçonne qu'on cherche à cacher que les manifestants pacifiques et désarmés utilisent des armes lourdes, comme en Libye. Dans cette version, que sont devenus les manifestants pro-Assad, tués par des obus, comme le rapportent le Guardian et le New York Times? Est-ce que les journalistes français ont une prime quand ils adoptent la bonne version?
caod4444
- 16/01/2012 - 14:56
Quelle désinformation !
au moins on reconnait entre les lignes que les "démocrates" d'Al qaeda mêne une guerilla :"n’était pas sur le front" => cool s'il y a un front ce n'est plus une manif pacifique babacool.
De plus il n'y a pas de cratère => ce n'est pas un "obus" mais une roquette thermobarrique qui tue par son souffle (10 metres pour un RPG7). Les syriens montrent d'ailleurs les ailettes de cette munitions
Antiquus
- 15/01/2012 - 11:53
Soupçons orientés
Le Quai d'Orsay ne veut pas admettre que le journaliste français ait été tué par ceux aux côtés de qui il s'est rangé: les insurgés. Alors il déclenche une enquête. Et déballe de vagues accusations. Lorsque l'enquête sera publiée, personne n'y prêtera plus attention.