En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Reuters
Discours
Conseil national des Républicains : Sarkozy, boudé par ses rivaux, présente sa vision du parti
Publié le 14 février 2016
Le patron des Républicains a souligné l'absence de certains candidats à la primaire de la droite, ce dimanche lors du Conseil national des Républicains.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le patron des Républicains a souligné l'absence de certains candidats à la primaire de la droite, ce dimanche lors du Conseil national des Républicains.

A neuf mois de la désignation du candidat de la droite pour 2017, Nicolas Sarkozy a présenté aujourd'hui son texte d'orientations pour le parti, devant un auditoire où certains ont brillé par leur absence. Lors de ce week-end de Conseil national qui a notamment vu l’élection de Luc Chatel en remplacement de Jean-Pierre Raffarin, certains candidats ont fait le service minimum. Etaient absents ce dimanche Alain Juppé, Bruno Le Maire ou Jean-François Copé, qui ont prétexté des engagements familiaux, ainsi que Nadine Morano, qui compte célébrer les 100 ans de la naissance du général Bigeard. 

Nicolas Sarkozy n'a pas manqué de glisser une allusion à ces absents. Il a ainsi souligné la présence de Jean-Pierre Raffarin qui "nous honore de sa présence alors qu’il était déjà là hier" et a insisté sur la présence de "Michèle Alliot-Marie, Jean-Pierre Raffarin, Gérard Larcher et beaucoup d’autres", comme pour mieux mettre en lumière les absents.

Il a ensuite présenté son texte sur les orientations du parti pour 2017, en guise de clôture du Conseil national Les Républicains. Ce texte sera "soumis au vote des adhérents en avril", mais plusieurs ténors du parti estiment qu’il n’engage que Nicolas Sarkozy.

"Les racines chrétiennes de la France ne sont pas un obstacle à l'assimilation", a ainsi lancé l'ancien président, dans un discours à droite tourné autour des thèmes de l'identité, de la nation et de la République.

"Notre Conseil national a pour objet de débattre d'une ligne politique. C'est une bonne chose, sous réserve de ne pas oublier qu'une ligne politique, c'est le résultat d'un projet pour la France, ça ne peut pas être le fruit d'une synthèse hollandienne", a-t-il lancé.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
02.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
03.
Changement climatique : Alexandria Ocasio-Cortez déclare que "le monde touchera à sa fin dans 12 ans"
04.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
05.
Ce biais statistique qui explique pourquoi la redistribution en France est loin d’être aussi efficace qu’on le croyait pour corriger les inégalités
06.
L'étonnante proposition de Brigitte Macron à Valérie Trierweiler et Carla Bruni-Sarkozy
07.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
03.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
04.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
05.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
04.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
05.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
raslacoiffe
- 15/02/2016 - 10:24
Sinistre clique :Juppé, Fillon, Lemaire, NKM
En plus leur connivence est tellement énorme qu'elle devient contreproductive. Puisqu'ils ont fait le choix de faire obstacle à NS, ils n'ont qu'à tirer à la courte paille celui qui gagnera la partie pour représenter ce conglomérat d'antisarko. Ca nous évitera leur palabre sans intérêt et leur nombrilisme.
Quel irrespect pour les adhérents et ils veulent nos voix!!!
Orchidee31
- 15/02/2016 - 09:47
C'est une honte
Les Juppe Fillon Lemaire et cie ne respectent rien ni personne et surtout pas les militants - ils ne pensent qu'à "leur pomme" - comment peut-on voter pour des gens comme eux - ils sont indignes de respect - le parti ?
Ils n'en ont rien à "foutre" - Juppe Fillon pas les "c....s" de se présenter - c'est Sarko qui fait tout le boulot et eux qui attendent au coin du bois... Jamais je ne voterai pour de tels individus - je préfère le courage et le tempérament de NS au comportement de tous ces clowns minables -
clint
- 14/02/2016 - 19:19
LR n'est pas un parti à disposition de la gauche et du centre !
On voit poindre à nouveau les critiques de ligne dite Buisson. Mais que veulent ils ces rigolos : que les gens de droite soient obligés de voter Le Pen avec son programme économique chevènementiste ?